Visite chez Lorie Vagnotti Collectionneuse
  • Actuellement 498 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 73 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 184 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Visite chez Lorie Vagnotti

Collectionneuse

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Visite chez Lorie Vagnotti Collectionneuse

Transcription :

On va se rendre chez Lorie pour ces rendez-vous du lundi d’Aiguillages. Lorie c’est une jeune Aiguillonaute lyonnaise qui avait réagi il y a quelques mois à la diffusion d’un reportage que j’avais consacré à Gérard Masson et son travail sur l’échelle T, le 1/450 ème. Lorie m’avait dit alors, mais il existe encore plus petit c’est le 1/900 ème j’ai ça chez moi j’aimerais bien que les Aiguillonautes connaissent également et leur faire découvrir. Lorie à organisé chez elle une collection autour de la connaissance des différentes échelles du modélisme ferroviaire, je vous propose de la découvrir.

Lorie vous la connaissez peut-être déjà, elle s’est beaucoup impliquée dans différentes associations de modélisme ferroviaire et elle se rend régulièrement en exposition où elle présente des micros réseau, un domaine dans lequel elle est spécialisée. Chez elle des trains il y en a de partout, sauf dans la salle de bain ou ils ne feraientt pas bon ménage avec l’humidité ambiante. Lorie s’est lancée dans une collection qui l'a amenée à rassembler dans sa maison des trains à à peu près toutes les échelles.

Sa passion pour les chemin de fer, Lorie l'a doit au fait d'avoir beaucoup pris le train pour ses études. Sans sa collection, pas de focalisation sur un thème, une région où une époque, c’est un angle différent qu'elle a décidé de prendre.

Quand j’ai commencé à prendre le train pour aller à l’université, j’ai commencé à m’intéresser à tout ce qui touchait au train, au chemin de fer en général, à poser des questions à des cheminots sur le fonctionnement en général, et puis après quelqu’un m’a parlé de modélisme et des quelques magasins qu’il y avait sur Lyon donc j’ai commencé à acheter des choses. Sachant que je n'aurais peut-être pas la capacité de faire de réseau, je me suis dit qu'il faudrait que je trouve un un centre d’intérêt ou quelque chose d'original pour être une modéliste qui puisse intéresser les gens dans les salons ou intégrer un club. Donc je me suis dit que les différentes échelles ça pouvait être sympa et du coup j’ai commencé à acheter des choses à plusieurs échelles, à faire des circuits indépendants et puis petit à petit j’ai commencé à avoir une bonne collection de lococomotives, de tous types de traction, à une dizaine d’échelles, avec les wagons un peu différents. Des voitures voyageurs et puis un peu de tout. J'ai un peu des machines fétiches. Je ne sais pas pourquoi, c’est venu comme ça. Je les ai à plusieurs échelles. Elles n'ont rien à voir les unes avec les autres, à part la forme de la machine. J'ai la V200 par exemple parce que je l’aime bien, par la forme de la machine. J’aime bien aussi la Taurus, parce que quand elle est sonorisée elle fait un bruit un peu particulier au démarrage et à l’arrêt.

Chez Lorie les trains il y en a un peu de partout sur les meubles, les étagères et même sa table de nuit. Les convois sont prêts à tourner.

J’ai déjà les compositions de marchandises qui sont sur les voies directement, et puis les voitures voyageurs. Je les installe selon l'humeur. Par exemple j’ai envie de faire rouler t'elle machine à t-elle échelle, je n’ai qu’à brancher le transformateur qui va bien, j’installe la machine et puis c’est parti.

À la première occasion Lorie aime bien aussi présenté en exposition une partie de sa collection

Ma spécialité en exposition ce sont les micros réseaux. J’ai fait un petit réseau au 1/450ème que je n’ai pas emmené parce que c’était un peu compliqué. C’est le train japonais que tu avais déjà présenté il y a quelques mois, avec des collages, des décors des petites voitures que j’ai trouvé dans le commerce, des personnages, des maisons. Il y en a que j’ai fabriqué. Il y en a que j’ai acheté dans le commerce et puis sinon les « Train in Box » que j'ai repris en Z, en N. Celui en HO également, je l’ai fait bien sûr. Des petits réseaux tout simple à transporter en exposition

Le réseau le plus simple à transporter, il se trouve sur la table de la cuisine de Lorie. Il est TY soit au à 1/900eme, le nom TY vient de l’anglais Tiny Train, et c’est vrai que plus petit on ne doit pas pouvoir faire. Pour autant, sa mise en route n’est pas plus compliqué que ça.

Ça s'imbrique assez facilement, il y a de gros ergos. C’est même beaucoup plus simple que le Z ou le N les motrices s'aimante sur le circuit, c’est vraiment pas difficile à faire rouler.

À cette échelle rails et attelages disparaissent. Tout se passe au travers de la magie de l'aimantation.

La particularité c’est que ça fonctionne avec un moteur linéaire. Il y a donc les éléments qui s'aimantent. Il faut bien les mettre dans le même sens, et dès qu’on branche, on installe le matériel ça se positionne tout seul et ça part. Après il y a la musique. On peut ou non la mettre en marche. Là c’était en train de Noël que j’avais acheté, avec un petit coffret en bois pour la somme modique de neuf euros supplémentaires. Celui-là pour le transporter, il n'y a pas de problème. On peut le mettre en mode aléatoire pour qu’il circule, qu’il arrête, qu’il reparte en arrière … Souvent les gens me demandent à quelle échelle c'est. Donc en exposition, je mets une pièce de un centime selon ce que j’expose pour que les gens se rendent compte de la taille. C'est surtout les petits qui s’intéressent aux grosses échelles et les adultes qui demandent comment fonctionne le T ou le TY.

Le train, une fois lancé peut tourner sans aucun problème toute une journée. Comme il n’y a pas de rails, mais juste une plate-forme, la poussière ne s'y dépose pas, à la différence de ce que subi son grand frère en T. En exposition, il est nécessaire de procéder très souvent au nettoyage des rails.

Chez Lorie les réseaux en tailles intermédiaires se retrouvent dans une pièce, avec des circuits par ordre de grandeur, dans les échelles Z, N, T et HO, deux et trois rails. Comme Lorie a orienté sa collection autour des différentes échelles, elle a eu le plaisir de dégoter récemment des trains dans une échelle que peu de modélistes pratiquent ou même connaissent. Le S. Une acquisition qu’elle a fait récemment et qui n’a pas encore trouvé sa place dans son appartement.

Le 1/64ème, se situe entre le O et le HO, mais roule quand même sur des rails à l'écartement HO.
Quand aux grandes échelles le 0 et le I, c’est sur quelques mètres d’étagères installées le long d’un mur du salon que les locomotives de Lorie peuvent se dégourdir les essieux. Sa collection Lorie ne sait pas encore comment elle va évoluer. Tout va dépendre des prochaines trouvailles qu'elle fera et de ses coup de cœur, que vous découvrirez lorsque vous la croiserez dans une prochaine exposition.

Quelque soit la ou les échelles que vous pratiquez vous trouverez sur le site Aiguillages www.aiguillages.eu tous les reportages diffusés sur cette chaîne. Vous pourrez retrouver très facilement les reportages consacrés à votre échelle favorite, en faisant une recherche par mot-clés, écartements, expositions visitées, par saison ... Il serait bien étonnant que ne trouviez pas ce que vous cherchez. Sinon dites-le-moi dans les commentaires.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Réseau privé