Les îles Vapeur Parc (Sion)
  • Actuellement 522 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 76 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 165 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Les îles Vapeur Parc

(Sion)

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Les îles Vapeur Parc (Sion)

Transcription :

Je vous emmène faire du train dans un grand jardin à Sion en Suisse. Le domaine des Iles, c'est une immense base de loisirs sur laquelle Renaud Ruppen, un passionné de trains à installé un circuit en 5 pouce et 7 pouces ¼ , il y a de cela quelques années. Lorsque l'été dernier je suis allé lui rendre visite, il venait tout juste de construire une deuxième boucle sur son circuit qui a conduit à doublé la longueur de son réseau.

Les îles vapeur parc, c'est un réseau de train de jardin installé aux pieds des montagnes du canton du Valais en Suisse sur un terrain appartenant à la Bourgeoisie de Sion. Renaud Ruppen l'auteur du réseau n'en n'est pas à son coup d'essai, c'est le deuxième circuit à ces écartements, qu'il a créé dans la région.

A plusieurs reprises dans ce reportage, vous allez entendre parler de la Bourgeoisie de Sion, alors autant profiter d'un premier petit tour à bord du train, pour vous expliquer ce dont il s'agit. Les bourgeoisies sont des institutions datant du moyen-âge qui continuent d'exister au sein de certaines communes. D'un canton à l'autre elles gardent un pouvoir plus ou moins grand et s'impliquent dans la culture et l'action sociale ou se contentent de gérer le patrimoine dont elles ont héritée. Au Moyen-âge, elles regroupaient les natifs d'une ville, et depuis on devient Bourgeois par sa naissance. Pour faire court parce-que cette histoire peut devenir très vite compliquée si on veut la développer, après les révolutions que l'Europe à connu, toute les structures datant de l'ancien régime ont été abolies, sauf en Suisse ou certains cantons ont fait le choix de conserver leurs bourgeoisies. Elles sont encore nombreuses dans celui du Valais, et la Bourgeoisie de Sion, est, en taille, la 2ème de Suisse. Elle administre un patrimoine important qui va d'immeubles locatifs à une zone industrielle, en passant par des terres agricoles et viticoles, des forêts et le domaine des iles. Ce domaine est situé à l'ouest de Sion, à environ 2 km du centre ville, et son histoire est mêlée à celle du chemin de fer. Au milieu du XIXème siècle, cette zone est occupée par des terrains marécageux très fertiles que l'on doit aux méandres que le Rhône formait ici. Pour que le chemin de fer puisse arriver dans la région en provenance de Martigny, de gros travaux d'endiguement du fleuve sont entrepris. La zone occupée par l'actuel domaine des iles appartient à la Bourgoisie de Sion et reste marécageuse jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Dès cette époque, le Valais connais un important développement économique et la demande en béton augmente considérablement. Pour le produire, il faut du gravier, que l'on trouve en abondance dans l'ancien lit du Rhône. L'exploitation d'une gravière est entamée là ou se trouve aujourd'hui le lac. Elle durera une quarantaine d'années. Les bénéfices accumulés à la fin de son exploitation sont ré-investis par la Bourgeoisie dans l'aménagement d'une base de loisirs de 55 hectares. Un camping, un restaurant, un plan d'eau et différents équipements sportifs y sont installés. Les rails du circuit Les îles Vapeur Parc ont été posées plus récemment. Renaud Ruppen a toujours été un passionné de trains. Après avoir travaillé durant plusieurs saisons au Swiss Vapeur Parc lorsqu'il était adolescent, il est resté habité par l'envie de posséder une petite machine à vapeur, voire de construire un circuit pour la faire rouler. Le Swiss Vapeur Parc se trouve non loin de là, à 80 km de Sion. Il a inspiré bien des créations de parcs, un peu de partout en Suisse, mais aussi en Europe. Pour Renaud, l'occasion de concrétiser son rêve s'est présentée pas loin de chez lui et il s'est lancé dans l'exploitation d'un premier réseau en 5 pouces.

Il a existé pendant presque 10 ans, pendant 9 ans pour être précis, à Grimisois, qui est un petit village au-dessus de Sion, uniquement en 5 pouces et une longueur d'environ 150 m, mais on avait toujours envie de s'agrandir et on s'est déplacé vers la capitale du Valais. Il n'y avait plus de possibilité de s'agrandir à Grimisois, donc on s'est orienté vers un endroit ou il y a beaucoup plus de place. Ici, il y a 55 hectares, donc on en a plus qu'assez de la place ! Ici, c'est un peu le parc public de Sion, on pourrait presque dire le Central Parc de Sion. C'est une place extraordinaire pour nous.

La gare de départ du train est installée à quelques mètres des rives du lac qui a été créé pour reboucher le trou creusé par l'exploitation de la gravière. Le site est très fréquenté par les habitants de la ville et même ceux du canton, qui viennent se baigner, pic-niquer et bien sur prendre le train. Une fréquentation qui a amené Renaud à faire très vite évoluer son circuit.

Au bout de la 2ème année, on a mis le 7 ¼, pour avoir des trains qui permettent d'avoir plus de fréquentation, et puis maintenant on a augmenté le réseau, mais plus qu'en 7 ¼ cette fois.

Une deuxième boucle qui a été inaugurée au printemps dernier et qui permet aux voyageurs qui le souhaitent de prolonger le plaisir. Avec cette extension, le circuit est passé de 500 et quelques mètres à 930 mètres de long.

Tous les chauffeurs et tous les trains, on fait toujours la totalité du parcours, c'est un 8 et les gens ont la possibilité soit de faire le parcours complet, soit la moitié, pour leur permettre de rester au même tarif qu'avant selon la possibilité des différentes bourses. Le tunnel, on y passe la journée, le soir il permet de garer les wagons. Le pont vient de la gravière qui a cessé ses activité il y a deux ans en arrière, et avec la Bourgeoisie on a décidé de garder un monument. C'est l'ancienne passerelle qui servait à convoyer le gravier sur les bord du lac. On l'a transformée en pont ferroviaire. Donc on a un objet commémoratif de la gravière, et un pont ferroviaire pour nous.

L'activité de Renaud s'est suffisamment développée pour qu'il s'y consacre pleinement. En plus de l'exploitation des îles Vapeur Parc, sa petite entreprise se charge de la maintenance du circuit du Gyron Parc, créé par un autre passionné décédé il y a une 15 aine d'année, et qui est désormais la propriété de l'office de tourisme de la ville de Gyron, dans le canton de Vaud voisin. Un circuit plus modeste, puisque uniquement en 5 pouces et se développant sur une longueur de 180 m. Renaud dispose également d'un circuit portatif qu'il peut installer le temps d'une fête locale. Mais c'est bien sur le circuite des ïles Vapeur Parc qui l’occupe le plus, tout au long de l'année.

Nous, je le dis toujours, on travail à l'inverse des enfants. Quand les enfant ont congé, nous on travaille. On est ouvert à chaque fois que les enfants ont congé. Que ce soit vacances scolaires, samedi après-midi, dimanche et jours fériés bien sur ! On est ouvert toute l'année, on circule même s'il y a de la neige, on a une fraiseuse, on ouvre le circuit, mais le principal de l'activité se fait sur le printemps, après on est ouvert bien sur toute la saison d'été, et en automne, c'est toujours ouvert, mais là, il y a moins de fréquentation.

Comme son nom l'indique, le circuit des Iles Vapeur Parc voit circuler autant que possible des machines à vapeur. Pas de chance, le jour du tournage de ce reportage, une machine avait bien été mise en chauffe, mais un petit souci mécanique à contraint Renaud à renoncer à la mettre en exploitation. C'est donc un locotracteur diesel et une motrice électrique reproduisant l'une de celles en service au sein de la compagnie Transports de Martigny et Régions qui ont assuré le service. Des motrices que l'on voit régulièrement engagées sur le Mont-Blanc Express en direction de Chamonix. Pour son circuit, Renaud a encore des idées plein la tête. A l'automne prochain 2 nouveaux tunnels verront le jour. Il s'agira cette fois-ci de vrais tunnels, creusés dans la colline. Ils feront 10 mètres chacun. Le premier sera emprunté par les passagers du train, le second permettra de ranger des wagons. Des discussions ont été engagées avec la Bourgeoisie pour établir une portion de voie à crémaillère. Promis, je vous tiens au courant










Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Ecart. 5 et 7 pouces 1/4