Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le Mosan

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Mosan

Transcription :

Peut-être vous souvenez-vous du premier numéro de la saison 6 d'Aiguillages, j'y rencontrais Jean-Marie Poupinot qui nous racontait son projet vieux de 10 ans, de faire rouler un jour un train imaginaire qui relierait Dijon à Hook van Holand aux Pays Bas, en raccordant les réseaux de différents clubs des régions traversées. Ce train s'appellerait le Mosan, car il ferait l'essentiel de son parcours, le long de la Meuse. Et bien l'appel a été entendu et au tout début du mois de juin à Nouvion sur Meuse, profitant d'une exposition organisée par un club local, le Chemin de fer Nouveionais, un premier raccordement de modules a pu être concrétisé. Cet ensemble ne représente pour le moment qu'une partie du parcours envisagé, mais ce n'est sans doute qu'un début.

5 réseaux raccordés, et je crois, je n'ai pas mesuré personnellement, mais on doit friser les 80 mètres, ce qui est quand même pas mal, et on a vu quand même là où il y avait des problèmes parce que pour une première on sait qu'on ne peut pas faire un sans faute total, et on s'aperçoit qu'en fait on est bons, et on va peaufiner tout ces petits détails, mais le Mosan a roulé, il a roulé partout, et on s'est aperçus que les gens étaient intéressés, certains même pensaient qu'il s'agissait de la reproduction d'un train réel, donc on a dit « Non non, c'est un train imaginaire », mais il semblerait qu'il rentrerait dans cet imaginaire, qu'il deviendrait bien réel. Là, encore une fois, c'est une grande satisfaction.

En l'état, le parcours du Mosan trouve son origine, tout près de là ou nous nous trouvons en ce week-end d'exposition, Nouvion sur Meuse.

On part même un peu plus au nord de Nouvion, puisqu'on a Mouzon aussi, qui se trouve être sur l'ancienne ligne de Verdun, entre Sedan et Verdun, donc là aujourd'hui on part de Mouzon, on passe par Nouvion, Revin, Givet, Waulsort, Heer-Agimont pardon, en Belgique, alors effectivement maintenant, l'évolution c'est de trouver d'autres clubs, on sait qu'ici parmi les clubs présents ça va s'agrandir, on va avoir la gare de Dinant la prochaine fois, on aura le tunnel de Moniat, alors évidemment le tunnel de Moniat ne peut pas être connu de manière internationale, mais c'est un site remarquable sur le circuit, c'est un goulet d'étranglement, où passe le train, qui est magnifique, donc il va être représenté à la prochaine exposition, et on espère, j'ai contacté des gens en Hollande, certains ont répondu, d'autres qui étaient intéressés mais qui malheureusement sont en réseau fixe, alors ils nous ont quand même invités ils nous ont dit « Vous venez quand vous voulez, vous venez faire le film » puisqu'il y a aussi le projet de ce film derrière ça, « Vous venez faire le film, », je pense que ça va continuer, j'ai eu des contacts grâce à internet, de gens intéressés, certains ne sont pas sur le parcours, c'est bien dommage, parce que là aussi c'était des gens qui s'étaient enflammés tout de suite pour ce projet, donc j'ai bon espoir pour l'avenir.

Le Mosan aura même inspiré des modélistes, qui pour ce projet ont sorti leurs outils pour construire de nouveaux modules.

Il y a eu des constructions vraiment pour ce projet-là, c'est le cas de la gare de Givet, et puis c'est le cas aussi de tous les petits bouts, comme vous avez pu les filmer, les petits morceaux qui n'ont pas de décor et bien tout simplement, c'est les morceaux de raccordement qui ont été faits, il faut savoir quand même que tout ça a été mis sur pieds en 6 mois, donc 6 mois c'est très vite passé, et malheureusement on a eu à subir des décès, des accidents de gens qui étaient importants dans leur section, et là ça a retardé énormément le... Hier encore, enfin avant-hier, puisqu'on a démarré hier, avant-hier soir on était encore en train de serrer des boulons, on a vraiment terminé in extremis, mais enfin ça roule, on peut pas dire qu'il y ait eu de problèmes majeurs, et le Mosan roule, moi je suis radieux.

Il restait un autre défi à relever dans ces six derniers mois, il s'agissait de trouver les voitures qui constitueraient les rames du Mosan, mais également les motrices chargées de le tracter.

J'ai volontairement arbitrairement décidé de mettre des voitures Hornby, alors aujourd'hui on pourrait dire qu'elles sont dépassées d par leur précision de représentation, seulement elles apportent un autre avantage, et certains commerçants n'ont même pas voulu me vendre des voitures plus modernes, ils m'ont dit « Non, pour ce projet-là gardez celles-ci, parce que celles-là vous perdrez pas de pièces, celles-ci sont fiables, ». La seule chose qu'il a fallu modifier, c'est les roues, j'ai quand même mis des roues aux normes, et il a fallu graphiter à cause du bloc automatique, on les a encadrés avec des signaux à chaque extrémité, pour pouvoir faire les rebroussements, et les attelages ont été complètements retirés de façon à mettre des attelages à élongation dessus et mettre des barres de liaisons, mais les voitures elles-mêmes sont restées telles quelles. Alors l'évolution future, si ça roule bien, ce serait peut-être de mettre des voitures Rivarossi, après essai, je veux m'assurer que ça roule bien, même si elles ne sont pas précises dans leur finalité, c'est peut-être pas des voitures de vitrines, mais c'est des voitures qui roulent. Les locomotives, la boucle est bouclée, il manquait quand vous étiez venu la 25.5, je l'ai enfin trouvée, tout est ok, alors là, si on se contente de mettre des vieilles voitures parce qu'on sait qu'elles sont simples mais fiables, là les locomotives on a mis des modèles moyennement hauts de gamme si on peut dire, ce sont toutes des locomotives actuelles, et qui sont fiables puisqu'on les a toutes essayées et qu'elles ont bien roulé.

L'exposition de Nouvion sur Meuse aura été un galop d'essai car déjà, à l'automne prochain un nouveau défi attend Jean-Marie et ses compagnons d'aventure.

Dans 5 mois, sur Marche-en-Famenne , théoriquement on devrait faire encore mieux, je me le souhaite, et puis vous savez ce fameux film qui est derrière, le film, l'histoire, bon on sait que Paris s'est pas montée en un jour. Je reprends souvent une citation de Jacques Félix, textuellement, précisément je ne l'ai pas en tête, Jacques Félix c'est le créateur du festival des marionnettes de Charleville, et il a dit : « Avec l'amitié et la ténacité, les plus folles idées peuvent être menées à bien, et là où on voit de l'utopie, ça peut se transformer en réalité. ». Elle me plaît cette citation, parce que les premiers temps, il y a quand même 10 ans que j'ai ce projet en tête, et les premiers temps que j'ai parlé de cette idée-là, : « Oh t'es fou avec tes idées ». Je suis peut-être fou, c'est peut-être un projet fou, c'est pas une histoire de faire mieux que les autres, alors là si c'est fou j'en ai rien à faire de ça, mais c'est plutôt histoire de se faire plaisir, et apporter quelque chose, un voyage qui fasse rêver, on est quand même au fil d'un fleuve, et la Meuse c'est quand même un grand fleuve, c'est un fleuve majestueux, quoi de mieux que de faire rouler un train majestueux le long ? Il n'y plus de rails aujourd'hui, du côté de Verdun jusqu'à Sedan, il n'y a pas tous les rails, ils ont existé, eh bien nous on fait rouler le Mosan. Aujourd'hui, si ça roulait, ça roulerait peut-être qu'à 30 à l'heure, nous on roule à 140 et alors, la belle affaire, nous, on roule entre Dijon et Hook van Holand, on se fait plaisir et je pense qu'on fait plaisir, on l'a vu le public, je ne m'attendais pas à un enthousiasme pareil du public. Là, ça a été la première, on peut dire qu'on a réussi notre coup, et on sait dores et déjà qu'on remet le couvert pour le mois de Novembre, en Belgique, où là on nous attend de pied ferme, et on sera encore plus gros si on peut dire, on va être encore plus long. Les gens qui me verront, qui verront ce reportage, et qui sont sur le parcours entre Dijon et Hook van Holand, qu'ils sachent que je les attends, qu'ils nous contactent, qu'ils viennent nous voir, nous on demande que ça, on n'a pas l'intention de battre des records, c'est pas mon but, j'en ai rien à faire, c'est qu'on s'amuse, qu'on rêve, que ce soit poétique, tout simplement, qu'on fasse un beau voyage, un grand voyage, avec un petit train, c'est tout ce que je demande, alors venez nous retrouver, venez nous rejoindre, et sachez aussi qu'on n'est pas des pointilleux, on va pas compter les rivets, c'est pas notre genre, nous ce qu'on veut, vous l'avez vu Thierry, on est une bonne équipe, on rigole, on s'amuse, on est gaulois, et puis un petit peu néerlandais aussi puisqu'on raccorde tout le monde, là, on raccorde les 3 pays.

Et ces trois pays ont été raccordés à l'occasion de cette exposition grâce aux club de Nouvion sur Meuse, bien sur, mais aussi de Revin, de Givet, et de Her Ajimont. Vous avez déjà découvert certains de ces clubs dans de précédents numéros d'Aiguillages, vous fairez connaissance avec les autres au cours de la saison 7, et je n'oublie pas que outre le Mosan, de nombreux réseaux étaient exposés à Nouvion Sur Meuse. Comme il n'était pas possible d'étendre à l'infini cette saison d'Aiguillages, c'est dans la prochaine que nous reviendrons sur cette exposition, et sur les clubs qui y ont participé.

En attendant nous allons faire manœuvrer le Mosan en gare de Givet, l'un des modules créés spécialement pour l'exposition par Fabien et Benjamin Fremaux du club Miniature Givetois.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Réseaux en construction