Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le Train Jaune à l'échelle Hoe

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Train Jaune à l'échelle Hoe

Transcription :

Ce train, c'est le Canari, il tient son nom de la couleur de sa livrée jaune, et circule entre Villefranche-de-Conflent et Latour-de-Carol, passant d'une altitude d'un peu plus de 400 mètres, à à peine moins de 1600, lorsqu'il rejoint la gare de la Bolquère, qui se trouve être la plus haute de France. Le terminus se fait à un peu plus de 1200 mètres d'altitude, après un parcours de 63 km. On imagine aisément la beauté des paysages, que ce train traverse et la hardiesse de son parcours. Il traverse pas moins de 650 ouvrages d'art dont 19 tunnels et deux ponts remarquables : les viaducs de Séjourné et le pont Gisclard.

La ligne a été construite au début du 20ème siècle entre 1903 et 1910 dans un premier temps. Le canari, que l'on appelle aussi le Train Jaune, reliait alors Villefranche de Conflent à Mont-Louis. Elle atteindra Latour de Carol son terminus actuel, en 1927.

Rien d'étonnant que le pédigré de cette ligne lui vaille une renommée qui s'étend bien au delà du pays Catalan dont il arbore fièrement les couleurs. Ce sont ainsi des clubs des 4 coins de la France qui ont choisit d'unir leurs efforts pour le représenter à l'échelle HOm, puisqu'il s'agit d'une ligne à écartement métrique.

C'est un réseau qui a été construit au sein de l'UAICF : l'Union Artistique et Intellectuelle des Cheminots Français, et on a présenté le projet de faire une association de modélistes en France. Ont répondu présent le club de Perpignan, puisque c'est les locaux, le club d'Amiens, le club de Chartres, du Mans, et de Compiègne. Tout ça forme un grand réseau, on peut partir de la gare de Fontpédrouse, on traverse le pont Séjourné, le viaduc de Ramounails, on passe devant la centrale de Thuès, la gare de Thuès, on passe par la gare de Nyer pour arriver par Villefranche.

Le réseau avait été monté dans son intégralité dans une précédente exposition regroupant les jeunes modélistes ferroviaires pratiquant le module Junior, à Argelès sur Mer, mais ici au Ramma à Sedan, la place manquant, malgré la taille conséquente de l'exposition, il a fallut faire le sacrifice de quelques modules de pleine ligne et de celui représentant la gare de Nier. Julien quant à lui, est membre du Modélisme Rail Catalan, le club de Perpignan, qui se trouve être celui qui est le plus proche des voies du Train Jaune et par conséquent à l'origine ce ce projet. Et pour les Aiguillonautes qui se dirait qu'ils l'ont déjà vu quelque part, Julien est aussi l'un des modélistes qui a été recruté pour construire les mondes de Mini-World Lyon.

12 clubs ont réuni leurs efforts pour construire cette maquette d'au total une 30 aine de mètres de long. Avec pas mal de défis à relever, puisque la ligne du train jaune est à voie métrique, alimentée par un 3ème rail, et que les rames qui en assurent la desserte n'existait pas à l'échelle HOm, lorsque le projet a été lancé.

Si le train jaune a toutes les caractéristiques d'un train touristique, il transporte d'ailleurs de nombreux estivants en été, sa vocation à dès l'origine été de relier les hauts-plateaux Catalans au reste du département des Pyrénées Orientales. Aujourd'hui encore il assume cette vocation, alors qu'il a été intégré au réseau TER Languedoc-Roussillon.

C'est un train SNCF, il est en convention TER, donc il circule tous les jours à des horaires bien définis. C'est plutôt les touristes qui le prennent, en été, mais à l'heure actuelle il est fermé pour travaux, ils rénovent la voie, sinon il circule tous les jours, c'est un vrai TER. Le matériel a été rénové, c'est la deuxième rénovation, rouge et jaune, le matériel qui circule actuellement, c'est des Z100 modifiés, c'est du ? Tôlé qui a été fait aux ateliers SNCF de Béziers, et ces motrices n'existent pas en miniature, il faut les construire.

Pour ceux qui s'intéressent à cette ligne, et à la construction du réseau la représentant, à noter que le site du Modélisme Rail Catalan, propose une importante documentation sous la forme de fiches librement téléchargeables, qui font d'incessants allers-retours entre l'observation sur le terrain de la ligne, des bâtiments et du matériel roulant, et leur retranscription par les clubs, à l'échelle Ho.

Au cours des différentes rénovations que le matériel a connu, la livrée du train est passée de tout jaune, au moment de son inauguration à jaune et rouge, les couleurs Catalanes, pour revenir à tout jaune avec un filet rouge.

Le parcours du train Jaune, se fait à l'intérieur du parc régional des Pyrénées Catalanes, dont il dessert un grand nombre de communes. La ligne étant très accidentée, sa vitesse de croisière n'est pas très élevée. Il roule en moyenne à 30 km/h avec des pointes à 55. Difficile de faire mieux avec des rampes qui peuvent atteindre une déclivité de 6%. L'énergie électrique qui lui permet de se déplacer est produite sur place. Principalement par le barrage des Bouillouses et l'usine hydroélectrique de la Cassagne. L'eau est puisée dans les vallées et acheminées jusqu'aux sites de productions, par ce genre de gros tuyaux que l'on peut voir tout au long du parcours. Comme la production est excédentaire, le surplus d'électricité produit est revendu à EDF pour être intégré dans son propre circuit de distribution. Le courant est transmis aux motrices par un troisième rail situé, le long de la voie, selon une technique couramment utilisée pour les lignes de montagne.

Au cours de ces derniers mois, le trafic sur la ligne a été bien perturbé. Par des travaux d'abord rendu nécessaires par le vieillissement des infrastructures, soumises aux rudes épreuves que les intempéries peuvent lui faire connaître, et par la pénurie de conducteurs que traverse la SNCF dans différentes régions, et qui l'ont amené à affecter certains de ses agents sur d'autres lignes jugées prioritaires. Ces différents incidents, ont conduit à plusieurs reprises à la fermeture temporaire de la ligne. De là à ce qu'un certain nombre d'usagers ou de sympathisants ne s'alarment de la pérennité de celle-ci, il n'y a qu'un pas. Espérons que l'attachement au train jaune, les nombreux services qu'il rend aux riverains de la ligne, et la force d'attraction qu'il exerce sur les touristes, suffiront à lui assurer un avenir.

La semaine prochaine dans Aiguillages, découverte d'un autre train touristique mythique, grandeur nature cette fois-ci, puisque je vous emmènerais entre Anduze et Saint-Jean du Gard, à bord du Train à vapeur des Cévennes.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie :