Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le club de modélisme ferroviaire

de Pertuis

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le club de modélisme ferroviaire de Pertuis

Transcription :

Pertuis est situé à mi-chemin entre Manosque et Aix en Provence, dans le Lubéron, sa gare est l'une de celles se trouvant sur la ligne Lyon-Marseille, pas celle bien connue empruntant la vallée du Rhône, mais l'autre, celle qui coupe directement à travers les Alpes pour rejoindre par le chemin le plus court, la cité phocéenne, en passant par Grenoble. C'est une gare de bifurcation comptant à l'une de ses extrémités une patte d'oie, un dispositif ferroviaire qui permet aux trains de poursuivre leur chemin vers Marseille ou Lyon, s'en avoir à la desservir ou à y effectuer un rebroussement. Avant sa mise en place à l'époque représentée sur le réseau, Pertuis était une gare en cul de sac, et les locomotives à vapeur devaient être retournées sur le pont tournant de la rotonde, avant de pouvoir être replacées en tête de leur train et de pouvoir poursuivre leur chemin. Des opérations qui prenaient un temps certain, ce qui a justifié l'ouverture d'un buffet de la gare, pour faire patienter les voyageurs en transit. La gare de Pertuis était également le point d'origine d'une section de ligne secondaire la reliant à celle de Cheval Blanc, sur la ligne Avignon-Gap. Tout cela a fait de la gare de Pertuis un centre ferroviaire conséquent dans l'entre-deux guerres. Un grand bâtiment voyageur, 30 mètres de quais couverts, 60 mètres de quai découverts, une remise à voiture, une rotonde pouvant abriter 24 locomotives comptent parmi les divers équipements du site. Celui-ci a été reproduit par les membres de la section Modélisme ferroviaire de l'EMPL, l'association Electronique et Modélisme en Pays du Lubéron, en presque totalité à l'échelle HO. Presque car il ne manque que deux mètres à la longueur de la maquette pour que l'ensemble du site ai pu être fidèlement reproduit. Le réseau s'étend sur 11 mètres 50 par 7 mètres de quoi tout de même permettre au visiteur de mesurer l'importance du site et d'imaginer à quel point il pouvait être animé.

A Pertuis, il y avait de grandes gares, il y avait jusqu’à 180 employés en 1945. Tous les trains qui partaient de Marseille pour Briançon manœuvraient à Pertuis. Il y avait beaucoup de circulation, jusqu’à 10 trains voyageurs par jour qui allaient sur Marseille, Digne, Avignon ou montaient sur Veynes et Briançon. Mon grand-père travaillait au dépôt à Pertuis : on avait 4 ans, il nous faisait monter sur des machines à vapeur dans le dépôt. J’ai un cousin qui était ingénieur aux ateliers de Veynes, j’ai travaillé à Grenoble donc je prenais les panoramiques en 1964-65, il y avait les 2400, 2800 …

Largement de quoi éveiller une vocation de modéliste ferroviaire. Entouré de 3 amis Jacques a ainsi créé l'EMPL. L'association a d'abord construit un réseau modulaire dans un autre local de la commune, mais la crue d'une petite rivière passant à proximité à totalement noyé cette première création. Relogés dans l'ancien foyer des pompiers de la commune, les modélistes se sont remis alors au travail pour produire la maquette que nous découvrons aujourd'hui. La section modélisme ferroviaire de l'EMPL a compté jusqu'à une 20 aine de membres, aujourd'hui, les effectifs se sont stabilisés autour d'une dizaine de membres.

Comme dans la réalité toute proche qu'il reproduit, le réseau permet aux trains de suivre de multiples itinéraires, ceux-ci sont définis en différents point de la maquette ou sont répartis de petits postes de contrôle.


Je vais d’un poste à l’autre, je ne dois surtout pas oublier de fermer des aiguilles, des itinéraires, parce que parfois le train ne part pas dans la direction qu’on souhaite. De ce côté, vous avez un triangle qui permet d’aller à Mirabeau, donc il y a une boucle, et de Mirabeau, du pupitre de Pertuis j’ai le choix d’aller sur Meyrargues ou de revenir à Pertuis, et de Pertuis, à la sortie, remonter sur le grand réseau, qui est sécurisé par un BAL, moi qui ai un 7 cantons, donc on peut faire circuler 4-5 trains, sinon, si tous les cantons sont occupés, plus rien ne bouge. Par contre, le bas, c’est tout manuel. Ici après on peut aller à Meyrargues et après j’ai le choix : soit par une boucle revenir sur Meyrargues, soit de revenir sur Pertuis, ce qui permet de faire retourner des trains. Parce que si jamais on veut les faire remonter sur le circuit du haut, il n’y a qu’une rampe, qu’un itinéraire donc il faut bien positionner le train. Sur le circuit principal, il y a des voies de doublement, donc il y en a une à chaque colline. Là, les trains, on est obligé de les arrêter. Par contre, de ce côté, on peut aller avec la double voie jusqu’au bout, au château. Donc là les trains peuvent se doubler, tel qu’on peut le voir dans le réel.

L'EMPL a fêté ses 30 ans le premier octobre dernier, en organisant une journée portes ouvertes à laquelle était conviée la population et les élus de Pertuis, les modélistes espèrent bien que cette démarche leur vaudra d'attirer de nouveaux adeptes. En attendant, ils ont reçu un appel du pied de la municipalité qui leur a demandé de réfléchir à un déménagement dans la future médiathèque de la ville. Une affaire à suivre.

La semaine prochaine dans Aiguillages, je vous proposerais de faire la connaissance d'un modéliste qui a commencé à produire des modèles au 1/10ème avant de se convertir au 5 pouces, échelle à laquelle il a notamment reproduit des éléments du Train Jaune à bord duquel nous rouleront dans son jardin.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Visite de club