Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Rail Océan 2017

Rassemblement des modules Juniors

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Rail Océan 2017 Rassemblement des modules Juniors

Transcription :

C'était à Nantes fin octobre. Le Mini-Rail Nantais organisait le 14ème rassemblement des modules juniors auquel était couplé une nouvelle édition de l'exposition Rail Océan. Au total une grosse 20aine de réseaux étaient présentés dans la salle de la Trocardière sur la commune de Rezé, sur un plateau de près de 2000 mètres carrés. Je reviens aujourd'hui sur le déroulement de cette manifestation.
Bonjour et bienvenue dans Aiguillages !

La salle de la Trocardière est située à Rezé, une commune limitrophe de la ville de Nantes. Un espace modulable de près de 2000 mètres carrés qui se prêtait bien à l'organisation d'une telle manifestation.
Les premiers exposants ont commencé à en prendre possession le vendredi en début d'après-midi. L'heure de vérité pour certains, et des derniers arbitrages. Car si pour la plupart des clubs rompus à l'installation de leur réseau, cette opération se déroule sans la moindre difficulté, les choses sont un peu plus délicates pour ce réseau éphémère qui ne sera monté en l'état qu'une seule fois pour cette exposition. Celui-ci est constitué par les participants au 14ème rassemblement des modules juniors et jusque-là il n'a existé que sur le papier. Un réseau créé sur mesure en fonction de la place allouée par les organisateurs de l'exposition, et de ce que chacun des participants a à proposer. Cette année, les modules mis bout à bout conduiront à la constitution d'un réseau d'environ 80 mètres linéaire. Une sorte de puzzle ou de casse-tête grandeur nature pour celui qui est chargé de sa création.

Le casse-tête, c’est qu’il faut réfléchir à la fois à ce qui est présenté mais aussi à ce que ce soit exploitable, c’est-à-dire que comme on est en voie unique il faut qu’on puisse croiser des trains à un endroit ou à un autre. Je ne choisis pas les modules qui sont inscrits et en fonction de ces modules-là il faut après que moi j’adapte avec ce qu’on pourrait appeler le roulement et le stock de modules anciens qu’on peut posséder dans certains clubs puisque je sais à peu près où sont les modules pour avoir des gares supplémentaires pour faire croiser des trains, pour avoir des raquettes de stockage ou des boucles de retournement afin que le réseau soit exploitable. Si on m’avait amené 92 modules droits il fallait bien à un moment donné ou à un autre qu’on tourne donc il faut avoir un certain rayon de courbe pour arriver à épouser le réseau et surtout ce que je m’attache à faire c’est qu’à ne jamais un module reste sur la touche, c’est tous les jeunes qui viennent avec leurs modules, tous sans exception sont incorporés au réseau donc c’est effectivement un casse-tête, c’est du Tetris !

Ne pas oublier de rajouter dans les règles du jeu, les surprises de dernière minute.

Il y a toujours des surprises parce qu’il y a des plans qu’on m’envoie qui ne sont pas forcément complets, et il y a parfois des erreurs, là par exemple j’ai un petit jeune qui est arrivé, qui était très content de participer, il a fait son module tout seul chez lui, il m’a demandé s’il pouvait venir je lui ai dit « bien sûr », je lui ai demandé qu’il m’envoie un plan il m’a envoyé son plan avec un module de 60 cm par 40 cm, et quand il l’a défait de sa caisse son module faisait 80 cm. Donc on dernier moment on arrive à changer, à modifier des modules de façon à ce que tout rentre et que ça fonctionne. C’est du module donc c’est modulable effectivement, on peut arriver à le faire ! Le fait de faire un plan qu’on ne respecte pas forcément parce qu’arrivés sur place avec ces surprises on est amenés à déplacer des modules ou à changer un petit peu, il m’est arrivé une fois qu’un club me dise « oui, on vient avec deux modules » et quand ils sont arrivés « bon ben finalement on en a 9 ! » mais on a fait rentrer les 9, on a modifié au dernier moment sur place de façon à ce que ça rentre, mais tous les modules sont rentrés.

Le principe est que chaque club ou modéliste indépendant qui souhaite participer à la constitution et à l'exploitation de ce grand réseau se fait connaître afin que son ou ses modules puissent être intégrés à la maquette constituée pour l'occasion.

Tous les ans, quand l’animation du rassemblement se fait, il y a des fiches d’inscription qui se font, chaque club ou chaque adhérent qui souhaite participer au rassemblement m’envoie une fiche avec les dimensions de son modules, le raccordement qu’il a, on a des anciens systèmes avec des fiches bananes et des nouveaux systèmes avec des fiches téléphones et on a du digital ou de l’analogique, là on est entièrement en digital cette fois-ci mais il est arrivé qu’on fasse les deux réseaux, un digital un analogique, et en fonction de ça, moi avec ces dimensions-là je fais une petite maquette du module en lui-même au dixième, et en fonction de l’organisation qui me dit par exemple « vous avez 15 m par 10 m ou 9 m par 3 m » je dessine au dixième l’emplacement et avec mes petits cartons, comme un puzzle, je fais mon réseau. Le réseau qu’on a constitué ici, parce que chaque rassemblement a un réseau différent effectivement, il y a 92 modules qui représentent 14 clubs, la dimension totale fait 18 m par 13 m et le linéaire d’un train qui part à un bout et arrive à un autre fait environ 80 m.

Des dimensions impressionnantes, mais qui pour autant n'égalent pas un record établi il y a quelques années.

Le record a été fait lors du rassemblement de 2013 à Argelès où on avait 126 modules de 22 clubs qui venaient de 4 pays différents et en superficie on avait à peu près ça mais c’était beaucoup plus sinueux on va dire.

Le module junior existe depuis maintenant 14 ans. Il est ouvert à tous. Il suffit de se procurer le hors-série de la revue Le Train dans lequel toutes ses spécifications ont été publiées, pour concevoir en club ou même chez soi un ou plusieurs modules qui pourront être raccordés à ceux des autres participants, à l'occasion des rencontres annuelles.

Le rassemblement a lieu tous les ans dans une ville différente à la même époque, le dernier week-end d’octobre parce que c’est les vacances de la Toussaint et c’est la seule période de vacances où toutes les académies sont en vacances en même temps, comme ça il n’y a pas de souci, avec une petite exception l’année prochaine puisque l’année prochaine le rassemblement national module Junior aura lieu en Espagne. Pour l’instant, avec ce qui se passe au niveau politique dans la région, c’est prévu en Catalogne mais on a un plan B de repli si jamais ça devait changer, mais pour l’instant c’est prévu à Mataro au nord de Barcelone à la même époque en 2018.

Une incursion hors des frontières nationales qui ne sera pas une première, car les modules juniors vivent déjà depuis une dizaine d'année, à l'échelle Européenne.

Les modules Junior sont déjà internationalisés depuis 2007, en 2007 nous avons fait une réunion sur Chartres où nous avons des clubs différents qui sont venus, des fédérations différentes, et nous faisons un rassemblement qu’on appelle un rassemblement dans un pays différent tous les ans et à l’heure actuelle il y a énormément de pays Européens, donc là le rassemblement qu’on a fait, on rentre de Hongrie où on était à Debrecen, l’année prochaine nous serons en Autriche mais nous avons déjà fait des rassemblements modules Junior en Allemagne, en Lettonie à Riga, en République Tchèque, en République Slovaque, en Hongrie, en France, c’est aussi pratiqué en Espagne et en Suisse.

Au sein du Mini-Rail Nantais, club qui organisait l'exposition cette année, on pratique le module junior. Une demi-douzaine de jeunes s'initie par ce biais, à la pratique du modélisme ferroviaire.

Les modules Junior, c’est les débutants dans le minirail et on expose nos modules pour présenter aux gens, pour leur donner envie. On a reproduit la gare du Croisic et les marais salants, les cabanes de pêche. On a travaillé à partir de photos et après on a fait un peu comme on le voulait pour ajouter des voitures, des personnages… Tous les samedis après-midis, on se regroupe et on parle un peu et on se réparti les tâches selon ce qu’il y a à faire.

Les plus jeunes participants ont 8 ans, et comme visiblement, beaucoup se trouvent bien au sein de cette organisation, certains continuent de participer au-delà de 25/30 ans, avant de rejoindre l'équipe d'encadrement. Concernant les circulations sur le réseau qui supposent une certaine discipline vu que celui-ci est en voie unique, les plus jeunes conduisent les trains à l'aide de leur télécommande, tandis que les adultes jouent les chefs de gare et se répartissent au niveau des différents modules ou des gares de croisement ont été installées, pour s'occuper de la régulation des convois.

Chaque club amène sa multimauss pour chaque locomotive et chacun se déplace avec la multimauss et se connecte aux différentes prises qui sont au niveau du réseau et on suit le train tout au long du tracé. C’est une sorte de point-à-point mais géant. Pour moi, je mets 30 minutes à peu près parce que je roule très lentement avec la vapeur mais pour certains ça doit mettre 10 minutes.

Kiliam qui fait partie du club de Coutras, mais qui pratique outre le module junior, à titre personnel l'échelle N et qui est un passionné de trains Suisses.

Là j’ai commencé un réseau qui représente la gare de Territet, en Suisse, sur les bords du lac Léman.

Et puis, ces rassemblements du Module Junior, ce sont aussi des séances de travail qui permettent de poser les jalons de futurs projets ou des prochaines expositions. Le module Junior est né du rapprochement de deux clubs, tous deux membres de l'Union Artistique et Intellectuelle des Cheminots. Celui de Mainvilliers près de Chartres, et celui d'Amiens, qui sans le savoir avaient développé la même approche pour favoriser la pratique du modélisme ferroviaire chez les plus jeunes.

On est dans une structure qui s’appelle l’UAICF et dans notre UAICF nous sommes 54 associations sur le plan national et certaines ont souhaité participer à cette aventure démarrée avec le club d’Amiens et puis après il y a eu Perpignan qui est venu faire des modules, Chalindrey dans l’Est, Tergnier dans l’Aisne, Nantes, là où nous sommes aujourd’hui, Tours, Montauban … Aujourd’hui il y a pratiquement une quarantaine de clubs en France aussi bien FFMF que UAICF qui pratique cette norme si on peut appeler ça comme ça, et au niveau Européen on a des liaisons avec l’Espagne, la république Tchèque, la Hongrie, l’Allemagne et on fait pour les enfants comme pour les adultes des rencontres autour de ce thème.

L'UAICF est une structure qui a été créée en 1938 au sein de la SNCF née la même année pour permettre aux cheminots de pratiquer la plupart des disciplines artistiques et culturelles existantes : chant, musique, peinture, philatélie, photo, vidéo, mais aussi modélisme ferroviaire ou non. Elle compte 20000 adhérents qui se répartissent en 7 comités régionaux qui tour à tour organisent une grande exposition nationale. Au sein de l'UAICF, la Commission Technique Nationale se charge entre autres choses de faire évoluer les normes. La réunion qui s'est déroulée pendant ce week-end d'exposition, a été le moment choisi pour officialiser la naissance de la version 3 des modules juniors.

Notre rôle à la Commission nationale c’est d’animer ce module Junior et ce qui est intéressant c’est qu’il faut toujours apporter une petite nouveauté sans trop faire la révolution et la troisième version qu’on va mettre en place l’année prochaine pour les 15 ans des Modules Junior, on souhaite développer un peu plus les fonds de décor, un peu plus l’automatisme puisqu’aujourd’hui on a des systèmes comme la carte Arduino qui permet beaucoup de choses et c’est au programme scolaire en première pour certains adolescents et on va le mettre en pratique dans notre loisir sur ce système module Junior. L’année prochaine, on va créer des fonds de décor en 3 dimensions qui permettront d’avoir des animations.

Autre innovation, le projet du Tacot. Il s'agit d'un nouveau concept de modules qui permettra à ceux ayant fait leurs premières armes avec le module Junior à l'échelle Ho, de passer à la voie étroite, tout en allant plus loin dans leur apprentissage et leur pratique du modélisme ferroviaire.

Les modules Junior s’adressent plus pour la tranche 0-15 ans et puis on m’a souvent dit « viens, on fait un module, 2 modules … » mais effectivement c’est toujours un peu pareil quand on en a fait 3 ou 4 on aimerait bien passer à autre chose alors les jeunes m’ont dit « on aimerait autre chose, plus libre, différent … » et précisément, qu’est-ce que vous voulez ? Alors on est parti sur un autre concept donc on oublie l’interface modulaire classique, on laisse de côté l’écartement normal et on est repartis dans ce qui est vraiment beaucoup plus libre, c’est la voie étroite. On a baptisé ce projet « le Tacot » pour illustrer un peu cette voie étroite et l’idée c’est de faire soit des dioramas ou des modules qui sont reliés les uns aux autres par des ponts. On oublie les pieds, on oublie beaucoup de contraintes, par contre la difficulté c’est de bien réaliser ce pont qui permet de passer d’un diorama ou d’un module vers l’autres.

En attendant de voir en exposition, les premières réalisations bâties sur ce concept, jetons un coup d'œil au reste de l'exposition. Une 20 aine de réseaux dont certains ont déjà fait ou feront l'objet d'un reportage dans Aiguillages. Par exemple, le très remarqué réseau du Club de Coutras, représentant la gare de la ville et ses abords immédiats sur une longueur totale de 22 mètres. Un réseau pour lequel les modélistes du club ont décidé de laisser peu de place aux compromis. Les circulations se font pantographes levés, un détail que beaucoup d'Aiguillonautes apprécieront, dans le respect des époques, des plages horaires sont définies pour cela. La signalisation ferroviaire est précise et respectée. Elle est reportée sur le devant de la maquette pour que les amateurs puissent apprécier.
Le club de Rennes, autre association membre de l'UAICF présentait également un grand réseau inspiré de paysages ferroviaires Breton, cela va de soi.
De même qu'un club de la région parisienne pourtant, le Liberty Rail, qui proposait Ker-Ausene, évoquant à s'y méprendre un port Breton.
PK149, le réseau d'Eric et Antoine Limousin était également exposé.
Et bien sûr, le réseau d'exposition du Rail Miniature Nantais était de sortie.
Quant au Séné-Rail Miniature, club dont je vous avais présenté les activités dans un précédent numéro d'Aiguillages, il était présent à Rail Océan 2017 avec notamment son matériel en 7 pouces ¼.

On vous présente l’avant-dernière acquisition du club, c’est une machine Decauville et c’est une vraie vapeur. On nous demande souvent comment ça fonctionne et comme je réponds aux gens : avec du charbon et de l’eau, tout simplement ! C’est la reproduction en 7 pouces ¼ de la vraie.

Le Séné-Rail Miniature n'a pas de réseau fixe sur lequel faire circuler ce type de matériel, en revanche, il doit être le seul club de l'Ouest de la France à disposer d'un réseau portable, prêt à être installé à la demande d'organisateurs de manifestations en tous genres.

Dans l’Ouest on est les seuls, on a un réseau qui fait 65 mètres sur 35 m de large, qui pèse 2 tonnes et demi, c’est un peu le handicap, on demande quand on sort qu’on vienne chercher les rails, nous on s’occupe du chargement des camions, du déchargement, des montages du réseau ce qui n’est pas toujours simple, ça dépend les lieux où on va, on a eu quelques galères il y a quelques années et on exploite toute la journée, on démonte et on range. Grâce à la mairie de Séné et je les remercie, on a un local où on stocke tout le matériel, aussi bien une des loco et tous les rails et les aiguillages, parce qu’il y a aussi des aiguillages.

Pour venir renforcer le parc de matériel roulant, le club vient de faire l'acquisition d'un nouveau loco-tracteur.

On a fait l’acquisition dernièrement d’un yoyo qui est là, c’est une très belle acquisition parce que c’est un locotracteur thermique et qui est pour ainsi dire neuf, mais là il a déjà été rodé à Chitenay, un très beau parc ferroviaire là-bas, on a eu une très belle journée, un week-end sensationnel avec eux, et là il a tourné dernièrement à Auray lors d’une manifestation qui était la deuxième où on était présents et il a tourné avec la Decauville et on y retourne, on est déjà retenus pour l’année prochaine.

Quant à la locomotive Mallet de l'association qui avait eu quelques soucis de chaudière, elle était présentée en cours de remontage. Celui-ci devrait être terminé en début d'année prochaine.

Le Séné-Rail Miniature présentait à l'exposition de Nantes deux autres réseaux, l'un dédié à la vapeur vive et un second en LGB.

L'organisation de cette double exposition a reposé en grande partie sur les épaules du Rail Miniature Nantais et de ses membres, et ce n'est pas une mince affaire.

C’est un travail sur 2-3 ans et plus on se rapproche de l’échéance, plus le travail est conséquent, ça fait 15 jours que pratiquement tous les jours on pense expo, on vit expo, on travaille expo ! Rien que les repas, on est à 190 repas exposants-revendeurs.

Un autre exercice qui a donné quelques sueurs froides à Erwan a consisté à emmener le samedi soir 140 personnes en tramway jusqu'au lieu où était organisé un repas de gala.

C’est un grand moment qui est très apprécié, on l’a fait pour la première fois en 2013 on ne l’avait jamais fait avant et ça ne se fait jamais ailleurs. On a souhaité pour que tout le monde se connaisse, se fédère, emmener de la Halle Trocadière à Rezé jusqu’à la gare Nord de Nantes avec un changement au Commerce, toute la petite tribu, 140 personnes aller-retour, ça fait des sueurs froides à moi en tant qu’organisateur mais aussi à Tan qui fait le transport des tramways de Nantes.

Mais rassurez-vous tout s'est bien passé, les Catalans et les Modélistes venus des Hauts de France, en particulier, se sont juste contenté de mettre un peu d'ambiance.

N'empêche, après une telle effervescence, les membres de l'équipe du Rail Miniature Nantais ne seront pas fâchés de revenir aux activités qui font le quotidien de leur club, en temps ordinaire.

Comme beaucoup de clubs, on va voir nos collègues dans d’autres expositions en tant que visiteurs ou alors exposants, et en local on va aussi proposer aux jeunes de s’initier au modélisme ferroviaire, on fait aussi des stages, on a pas mal d’adhérents qui ne sont pas cheminots, qui ne connaissent pas la signalisation ferroviaire donc on a proposé un stage sur un samedi pour leur montrer ce que c’était les que signaux et à quoi ça correspondait, pourquoi on réagissait à tel signal ou autre. On fait des stages de montage décodeur, on a prévu de faire un stage de patine, on est actuellement sur un stage de montage d’un Y2500. C’est une volonté de chacun, on s’exprime chaque année sur ce qu’on veut faire l’année suivante et ça se passe très bien parce que chacun a des compétences et les donne aux autres, c’est le but d’un club d’ailleurs.

Une fin d'année 2017 qui sera tout de même un peu bousculée, puisque passée l'exposition Rail Océan, le club va être amener à déménager.

On a notre CE, la SNCF de Nantes, qui nous propose un bâtiment de plein pied, plus grand donc pourquoi refuser ? On est en plein dedans, ce soir on déménage toute l’exposition et nos modules, plutôt que de repartir dans l’actuel local, iront dans le nouveau qu’on va occuper d’ici 5 à 6 semaines.

Je vous reparlerai un peu plus tard dans la saison d'autres réseaux vus lors de cette exposition, celui de l'Union des Modélistes Ferroviaires Bordelais, ou encore Atmafer de Gaëlle et Olivier Taniou, mais arrêtons-nous pour terminer ce premier tour d'horizon, sur ce réseau.

Un train jouet, pour que jouent les enfants, jusqu'ici rien de très surprenant, sauf que le réseau en question va sur ses 70 ans. Il a été créé par un médecin à la retraite qui a patiemment attendu d'arriver en fin de carrière pour ressortir rails et matériels roulants des cartons dans lesquels ils avaient été soigneusement rangés.

La petite Micheline que vous voyez là, jaune et rouge, je l’ai eue à 12 ans. Donc à partir de 12 ans j’ai continué à jouer aux trains jusqu’à l’âge de 17 ans mais après j’ai arrêté de jouer parce que je rentrais à l’école de médecine à Paris donc j’ai attendu d’être retraité pour pouvoir construire ce réseau. C’était pas évident avant parce que j’étais avec mes parents en appartement à Paris et que je faisais rouler tranquillement un train sur le parquet avec ses rails bien sûr sur le parquet et quand mon père rentrait le soir il fallait que le train soit rangé. Donc après j’ai décidé quand j’ai été plus vieux de faire ce réseau avec plusieurs objectifs : premièrement, que ça roule, je suis pas un collectionneur « vitrine », je suis un collectionneur joueur donc il fallait que ça roule et que tout le monde puisse le faire rouler donc tout ce que vous voyez c’est des années 50 sauf de relais et des ILS que j’ai rajoutés pour la sécurité des trains.

Egalement par mesure de sécurité, plusieurs circuits sont définis sur le réseau, mais restent indépendant des uns des autres, évitant ainsi tout risque de collision.

Les 4 trains ont un itinéraire bien séparé et par contre ils ont tous une voie de garage donc ils ont chacun leur voie et il y a 4 voies donc il y a 4 trains à faire circuler. Le bouton poussoir c’est pour faire démarrer le train quand il est arrêté au feu rouge à la gare, donc quand on appuie sur le bouton le feu se met au vert, le train démarre mais le feu se remet tout de suite au rouge derrière grâce aux block systems qui sont d’origine, 1950. La maison du train JEP 1904-1964. La maison a fermé en 64 pour deux raisons : la production devenait trop cher et les gens n’avaient pas la place pour installer ça.

Heureusement quelques collectionneurs comme Jean-Pierre, ont continué à s'intéresser à ce matériel et à cette échelle.

Je trouve cette échelle sympa parce qu’il est plus gros qu’un Ho mais surtout il est un peu plus facile d’installation puisque mes modules sont montés sur des tables à tapisser. Les rails sont fixés dessus et quand je démonte mon réseau j’ai juste à enlever le décor qui est dessus, les rails restent fixés, je replie mes tables et je mets ça dans la voiture.

Un collectionneur qui en était à sa 7ème exposition cette année, c'est dire le succès rencontré par son réseau, qu'il présente très souvent à Nantes. Le lendemain de Rail Océan il devait le remonter pour une semaine dans le centre de la ville, puis pour 15 autres jours dans une maison pour enfant.
Jean-Pierre qui avait également une question à poser aux Aiguillonautes.

J’aimerais savoir s’il y a d’autres réseaux en France de trains de cette échelle-là 0 qui sont interactifs et ambulants, et si les gens sont intéressés de me répondre, qu’ils n’hésitent pas à le faire. Je m’appelle Jean-Pierre Brutus et mon site internet est andreebrutus@sfr.fr, qu’ils n’hésitent pas à me contacter et à me dire « oui, moi j’ai un réseau comme ça, il est à tel endroit, etc. », ça me ferait plaisir d’avoir des nouvelles.

Seul bémol à relever dans le déroulement de ces journées, le public n'a malheureusement pas été au rendez-vous, la presse régionale qui avait pourtant été contactée de longue date n'a pas vraiment non plus couvert l'événement, résultat 2000 visiteurs seulement, alors que les organisateurs comptaient sur le triple, un chiffre qu'ils avaient atteint lors de la précédente édition de Rail Océan il y a 4 ans.

La semaine prochaine dans Aiguillages, nous serons en Belgique, à Thuin, près de Charleroi ou se trouve un très intéressant musée vivant consacré aux tramways vicinaux. Une belle collection de matériels, et trois lignes pour le faire rouler au départ du dépôt.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie :