Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le réseau à l'échelle N

d'André Pinat

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le réseau à l'échelle N d'André Pinat

Transcription :

Un voyage sur la ligne Paris-Toulouse, autour de la gare de la Motte-Beuvron, c'est le voyage que nous propose de faire André Pinat, sur son réseau. Une maquette ferroviaire à l'échelle N très aboutie c'est le moins que l'on puisse dire, que je vous propose de découvrir ou de re-découvrir dans ce reportage. Bonjour et bienvenue dans Aiguillages !


La Motte Beuvron est située dans la région Centre-Val de Loire, au sud d'Orléans, c'est une gare de la ligne Paris-Toulouse, et l'un des points de départ possibles pour la découverte du réseau d'André Pinat. Une maquette à l'échelle N de 8 mètres par 5 dont la construction a débuté il y a une 20aine d'années, et qui ne cesse de se renouveler au fil des ans. Les techniques et les matériaux évoluant au fil du temps, son auteur se fait un devoir d'évoluer avec eux et de refaire telle ou telle partie de son réseau pour qu'il profite des progrès réalisés dans différents domaines : le décor, les bâtiments ou encore l'éclairage ont ainsi bénéficié de ces apports. Une activité qui visiblement contribue à maintenir notre homme en bonne forme, puisqu'André, qui a vaillamment dépassé les 80 ans continus de promener sa dernière création, d'exposition en exposition, en peu de partout en France et même à l'étranger. Seul avec sa femme, il charge ses modules à bord de sa voiture et monte et démonte inlassablement son réseau une 10aine de fois par an, même si un coup de main des copains, n'est pas de refus. Car si ce réseau est une réalisation personnelle, André est depuis de nombreuses années très impliqué dans le monde associatif. Président de l'Association des Modélistes Ferroviaires du Centre à Orléans, qui organise tous les deux ans autour du 11 novembre, un très gros salon au parc des expositions de la ville, il est aussi délégué Fédéral pour la région Centre, au sein de la Fédération Française de Modélisme Ferroviaire, ou encore membre de l'AFAN, l'Association Française des Amis du N. Une soixante d'années au service du modélisme ferroviaire, puisqu'André a fait ses premiers pas de modéliste, à l'âge de 14 ans.

J’ai commencé par du HO à l’époque, j’avais fait des maisons de barrière, des choses comme ça et puis je me suis lancé dans le viaduc d’Anthéor, j’ai fait le viaduc d’Anthéor, je l’avais mis dans la salle d’eau et je pouvais plus le sortir après. Alors le balbutiement de l’échelle N s’est présenté et maintenant c’est une échelle qui me permet de faire beaucoup dans peu de place. J’en ai fait 4 ou 5 des réseaux à l’échelle N, c’était des réseaux en rond, qui tournaient un peu en rond, celui-là aussi mais enfin ce n’est pas le même principe, pour des vitrines de magasin aussi, j’ai été à la Bastille avec un réseau de quart de cercle.

Après cette petite série de réseaux sur lesquels les trains tournaient classiquement en cercle ou en ovale, André a décidé de se lancer dans une plus grande maquette, présentée celle-ci dans la longueur, à l'image de ce qui se faisait couramment déjà dans les autres échelles. Pour le thème et les décors, il s'est inspiré de la région qu'il habite.

Au départ, j’ai fait la gare de Château-Renault et puis je me suis aperçu que la gare de Château-Renault était en ligne droite et je me suis rendu compte que les gens aiment bien voir, ils sont curieux alors je me suis dit « il faut que je change », j’ai trouvé la gare de la Motte-Beuvron, près de chez moi et ça m’a permis de la faire en courbe, ce qui permet comme ça aux gens de pouvoir voir une partie du réseau et de vouloir découvrir le reste. Ça fait depuis une vingtaine d’années environ que je travaille dessus. Je fais tout : les caténaires, les poteaux de caténaires, je les ai recommencés 2 fois les caténaires, ça permet d’apprendre puisque les techniques évoluent, c’est bien, ça ! Au départ j’avais fait des caténaires en fils de laiton de 4/10èmes et puis en y touchant … le laiton est malléable et ça tombait, alors j’ai pris de la corde de guitare ! C’est plus solide et ça ne bouge pas.

Ce qui habite André et nourrit sa passion du modélisme, c'est qu'il s'agit d'une pratique très complète, qui va bien au-delà de la simple préoccupation de voir tourner des trains sur un réseau.

Pour moi, le modélisme c’est … Bon, le train qui tourne c’est une chose, mais il faut l’emmener dans un environnement, il faut avoir le sens de l’observation, aimer la nature, aimer toutes les choses de la vie qui peuvent se trouver, toutes les scènes on essaye de les reproduire sur le réseau, à tel point que j’ai fait la benne avec les gens qui ramassent les ordures, on ne les voit pas souvent ces gens-là mais il faut les reporter. C’est comme ça, c’est des bâtiments aussi qui sont intéressants, qui plaisent, je demande les autorisations avant de faire quelque chose parce que … Je continue de le faire évoluer parce que je suis en train de refaire l’hôtel Tatin avec les méthodes de maintenant, parce qu’a l’époque … Le carton a évolué, il y a des produits du modélisme qui ont changé, qui ont évolué, tant mieux ! Donc il faut s’adapter et il faut refaire les bâtiments comme ça. Les éclairages aussi : on mettait des ampoules, avant, maintenant c’est des LED, les LED on peut les avoir de plusieurs couleurs comme dans les maisons, vous avez un éclairage néon, vous avez un éclairage avec ampoule, ce n’est pas la même couleur ! Ça permet avec les LED de pouvoir faire quelque chose de plus joli avec les lampadaires, et réaliste quand même à cette échelle.

Une des seules choses qui n'a guère évoluée sur le réseau d'André Pinat, c'est le temps non négligeable qu'il faut consacrer à la manutention de la maquette pour qu'elle soit fonctionnelle, le plus souvent, le temps d'un week-end d'exposition, pour une ou deux journées d'exploitation.

Il y en a pour 6 heures à l’installer et puis 2 heures et demie à le démonter et puis le charger. Je le charge dans une fourgonnette, mon frère m’a fait des étagères et je range mes modules sans protection, bien calés, et tout se passe bien.

6 heures et demie de montage, et pourtant André Pinat n'hésite pas à exposer son réseau une bonne dizaine de fois par an. Souhaitons-lui de pouvoir le faire pendant encore longtemps dans de nombreux salon du modélisme ferroviaire ou non.

La semaine prochaine nous finirons l'année 2017 avec un reportage consacré au musée Rosny-Rail, situé dans la gare de Rosny-sous-bois en région parisienne.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Echelle N