Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

The Fraggle Rock Lumber Co

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

The Fraggle Rock Lumber Co

Transcription :

On parle de train américain dans ce numéro d'Aiguillages, en compagnie de Frédéric Morin et de son réseau The Fraggle Rock Lumber Co Railroad, et à propos d'une convention dédiée au train Us qui est en préparation pour la rentrée 2018. Bonjour et bienvenue dans Aiguillages !

Pour l'heure nous sommes au premier salon national de modélisme ferroviaire de Bugeat, qui avait été organisé dans cette ville par l'association Haute Corrèze événement au début du mois de septembre, et dont je vous avais rendu compte dans un précédent numéro d'Aiguillages. Frédéric Morin y avait fait le déplacement pour y présenter son réseau. Une maquette dont vous aviez pu découvrir la première partie dans un ancien numéro d'Aiguillages diffusé à la fin de sa 4ème saison en 2012 et qui s'est enrichie depuis de nouveaux modules qui en ont plus que doublé la taille.

La dernière fois qu’il était paru dans Aiguillages, c’était en 2012, on était à Saint-Etienne et il n’y avait que 5 modules, aujourd’hui il y en a 9, il est dans sa configuration finale, tout n’est pas encore terminé bien sûr mais l‘évolution est là, il y a un grand L, ça circule, il est bouclé et le spectacle est au rendez-vous. Depuis 2012, sur les modules qui étaient déjà construits il y a la scierie derrière moi qui a été entièrement terminée, qui a demandé presque 1 an de travail, je suis parti d’un kit de chez Sierra Model West et j’ai construit toute la scierie à côté, je l’ai améliorée, j’ai fait des tables de transfert, des ascenseurs pour les planches, typiquement américain, on ne trouve pas ça en France, ensuite s’est rajouté un logging camp pour tous les amis bûcheron du réseau, qui est en cours de finition et puis reste à venir une grande papeterie et quelques bâtiments à droite à gauche, il y a bien encore 3-4 années de travail.

A n'en pas douter, surtout que Frédéric ne consacre pas de longues sessions de travail à son réseau, il a adopté un rythme assez différent de celui de la plupart des autres modélistes, préférant travailler sur sa maquette à l'heure où certains commencent leur journée par un footing.

Je suis un lève-tôt donc j’aime bien le matin, un peu avant d’aller au boulot travailler 20-30 minutes chaque jour, ça permet de se concentrer, d’évacuer plein de choses et je ne fais pas des grosses séances de travail comme peuvent faire certains, c’est vraiment du ponctuel et c’est à la demande, là en sortie d’exposition je sais que j’ai pas envie d’y toucher pendant une semaine parce que j’ai fait 2 jours de train complets, c’est pas plus que ça, ça suffit.

Les expositions sont aussi une occasion de travailler sur le réseau.

Ça me permet d’accéder à des parties décor qui sont différemment disposées à la maison donc j’accède à des parties un peu plus difficiles pour moi et ça permet surtout, c’est l’élément le plus important, de montrer au public comment on travail. Pour beaucoup, on présente des éléments finis, mais l’aspect de dire avec quels matériaux je travaille, qu’est-ce que j’utilise, ça permet de démocratiser, de montrer que ce qu’on fait c’est plutôt simple, il n’y a rien d’extraordinaire, c’est juste des tours de main à acquérir, mais ça intéresse énormément les gens de savoir comment on fait.

A la maison, Frédéric à la chance d'avoir la place d'installer son réseau pour en profiter, seule sa disposition diffère légèrement. Il est en L ici, mais en U chez lui.

Chez moi je l’articule en tour de pièce, en U, je fais un petit passe-passe avec un module d’angle qui vient s’intercaler juste à côté de la scierie et je l’ai en U autour de moi, j’ai juste un pont au niveau de ma porte d’accès qui permet de boucler le réseau et de tourner comme ça.

L'occupation de l'espace disponible ayant été optimisé au mieux, le réseau ne connaîtra pas de nouvelles extensions.

En termes d’exploitation, sachant que je suis seul à l’exploiter, c’est suffisant. Au-delà, ça devient ingérable ne serait-ce qu’avec le public au niveau des lignes de vue et ainsi de suite, le matériel, je voulais un réseau qui soit montable par une personne en 2 heures, démontable de la même manière, facilement transportable, facilement manipulable, quand on est tout seul, au-delà ce n’est plus possible après.

Sauf, à s'associer à d'autres modélistes, une solution que Frédéric a bien évidement envisagée, et l'on pourrait voir prochainement les modules de cette exploitation forestière associés à d'autres.

C’est déjà un travail qui est en cours, mon réseau en expo c’est un L, visible de l’intérieur du L, il existe un autre réseau qui fait l’extérieur du L, qui est en phase de construction beaucoup moins avancée, à terme ce sera une distillerie de Bourbon, on espère bientôt faire goûter la production ! Ça devrait être sympathique, et il y a un troisième camarade qui nous a rejoint il y a une petite année, qui lui est fan d’aviation des années 30, de course au pylône, donc son terme va tourner autour d’un aérodrome avec des ateliers de construction de Gee Bee puisque c’est eux qui faisaient des courses au pylône et qui s’inscrira dans la même boucle. On devrait arriver à un petit bébé de 8 mètres par 11, visible sur 3 faces et demie, ça devrait être plutôt sympathique.

Voie étroite américaine oblige, échelle et écartement ne sont pas tout à fait ceux auxquels nous sommes accoutumés en Europe.

Du 1:48, donc c’est du 0n30, le 0 américain est un peu différent du 0 français, du 1 :48ème, 30 c’est pour la voie de 30 pouces, l’équivalent de 76 cm à peu près au niveau de la France, voie étroite US typique de ce qu’on pouvait trouver là-bas qui servait pour l’abattage d’arbre et la transformation dans une scierie, on trouvait aussi ce type de réseau pour les carrières, pour les mines, etc. L’écartement, c’est de la voie HO. C’est une petite transgression qu’à fait Bachmann au niveau commercial, la voie de 30 pouces était moins répandue que la voie de 3 pieds. La voie de 3 pieds, c’est du 0n3, mais commercialement parlant au niveau des voies c’était un peu compliqué donc ils ont fait un petit pied-de-nez, ils sont allés chercher le 30 pouces pour passer sur des voies HO qui étaient plus facilement commercialisables pour eux et avoir du matériel un peu plus adapté, un peu plus polyvalent en fin de compte.

Le matériel roulant que l'on peut voir évoluer sur le réseau de Frédéric est très typique de ces petites lignes.

Il y a des Shay, des Heisler, des Climax, il y a des Mallet qui étaient des machines qui étaient vraiment réservées à ce type de ligne-là, il y a quelques diesels parce que je suis en 1950 donc les diesels commencent à apparaître, quelques petits locotracteurs, il y a un school bus fait à partir d’un galloping goose, quelque chose qui était très américain aussi et puis du matériel très varié, il y a bien sûr des Skeleton pour transporter les grumes de bois et puis après du couvert classique.

Pour ce qui est des paysages et des bâtiments, Frédéric s'inspire d'une région assez précise, tout en s'accordant quelques marges de manœuvres.

Je m’inspire de l’Oregon, au niveau paysages j’aime bien cette région-là, j’ai fait une compilation de ce qui existe un petit peu, il y a des bâtiments qui existent plutôt dans le Colorado que j’ai ramenés dans l’Oregon, des choses comme ça donc je fais pas mal de fouilles sur internet et je m’inspire de ce que je peux voir et je reproduis après sur le site, je ne suis pas sur un site réel comme certains peuvent le faire, c’est plutôt imaginaire mais tous mes bâtiments sont tirés de bâtiments ayant existé.

Les exploitations du type de celle évoquée sur ce réseau étaient extrêmes nombreuses aux Etats-Unis jusque dans les années 50, elles présentent l'intérêt d'être une source d'inspiration pratiquement inépuisable.

Il y en avait énormément, c’était des exploitations qui pouvaient aller de quelques kilomètres à quelques dizaines de kilomètres suivant les besoins, c’était très local, il y avait besoin de beaucoup de bois pour la construction des bâtiments et en général les Etats-Unis sont très consommateurs de bois donc c’était quelque chose de très courant aux Etats-Unis, des installations qui souvent pouvaient se mailler avec le réseau à voie normale pour faire des échanges commerciaux et c’est tombé un peu comme chez nous en France en désuétude, maintenant ce n’est plus que des associations qui font vivre ces voies-là. Il y a le célèbre Durango & Silverton dans le Colorado, il y a quelques réseaux encore au niveau des Appalaches, je n’ai plus trop les noms, il y a certaines voies qui fonctionnent encore.

En France, le train américain à ses adeptes. Ils sont environ 700 à se connecter sur le forum dédié à ce sujet. De là à organiser une exposition, il n'y avait qu'un pas, qui a été franchi en 2011, avec la tenue de la première convention du train us à Noyant sur Allier, une opération ré-édité en 2016 au Cendre, et qui va connaître une nouvelle édition en septembre prochain à Clermont-Ferrand.

En mai l’année dernière on a fait la 2ème convention de trains US, que modèles US, toutes échelles confondues, on allait du 1:400ème au 1:5ème en vapeur réelle, et la prochaine convention va se tenir à Clermont-Ferrand les 8 et 9 septembre 2018, on renouvelle 100% des choses exposées, on va faire un concours très américain, un layout pizza ! C’est un réseau circulaire, 60 cm de diamètre, bouclé, fonctionnel, sur un thème US, il faut qu’il y ait un train, quelle que soit l’échelle. Il va y avoir du Z, du N, il y a du HO, on peut même monter, nos amis américains le font très bien, jusqu’à du GN15, c’est du 1:35ème, qui peuvent aussi fonctionner sur 60 cm de diamètre. On part sur des formats américains donc des formats très grands de pizza, on a pris « grand/medium », c’est-à-dire l’équivalent de 60 cm, ils montent jusqu’à 71 cm en pizza, eux. C’est vraiment la pizza, donc c’est circulaire, il faut un réseau circulaire, il faut qu’il tourne, on peut mettre des aiguilles, on peut mettre de la manœuvre, sur un thème américain quelle que soit l’époque. Tout est possible, pas de limite dans la hauteur, il y a juste l’encombrement de 60 cm à respecter. On a déjà une quinzaine de personnes qui se sont portées candidates et on pense qu’il va y en avoir encore un petit peu, oui. La première convention a créé pas mal d’émulation, on a pas mal parlé de nous aussi ce qui fait que sur le deuxième évènement qui s’annonce l’année prochaine, on a un peu de monde qui frappe à la porte.

Une convention, ce n'est pas tout à fait la même chose qu'une exposition de modélisme ferroviaire classique, même si ça y ressemble beaucoup bien sûr. Pour Frédéric, c'est surtout au niveau de l'état d'esprit que se fait la différence.

C’est vraiment pour se faire plaisir, pour se rencontrer entre copains, passer des bons moments, faire des échanges, on ne se prend pas la tête, c’est plus dans l’esprit américain d’une convention qu’une expo de modélisme française. C’est ouvert au public, le partage est là et on met beaucoup plus en place d’ateliers aussi pour expliquer la fabrication de nos éléments de décor, le montage plus technique de machines, la modification de machines, des choses comme ça, c’est des membres de l’association qui se proposent pour pouvoir animer ces ateliers-là, pour aussi démocratiser notre hobby, pour montrer qu’il n’y a rien de compliqué, il ne faut pas être un super crack pour pouvoir faire ça, il faut juste un petit peu de maîtrise qui s’acquière avec le temps, on est plus dans l’atmosphère, c’est un peu la différence. Beaucoup de modélistes français y viennent mais le train avec John Allen qui a lancé ce modélisme d’atmosphère, c’était le pionnier de ce type de modélisme, on est tout de suite beaucoup plus immergé. Sur les grandes échelles, c’est plus facile, sur les échelles un peu plus petites, le HO ou le N, c’est si on est passionné de diesel moderne, c’est quand même des monstres qui sont à l’œuvre, on peut faire de superbes convois, de belles distances, il y a de très beaux réseaux de switching, des réseaux urbains, ils ont des zones industrielles très denses et avec beaucoup de voies donc il y a énormément de passionnés qui sur une petite surface vont mettre 4-5 aiguilles et faire un passage de bâtiment à l’autre, c’est aussi très américain dans le principe, ça arrive en France aussi mais c’est moins dense chez nous. Avant tout, c’est se faire plaisir, peu importe si américain, français, peu importe le thème ! On fait du train, on se fait plaisir, on partage entre passionnés, et voilà.

Et pour ceux qui ne voudraient pas attendre la prochaine convention pour goûter à la pratique du train US, il existe un forum sur lequel retrouver d'autres passionnés : le Forum US.

On regroupe toutes les échelles : on va du Z au GN15. C’est un forum de bons vivants. Je dis ça, c’est important, je sais que certains forums français c’est beaucoup de compteurs de rivets, il n’y a pas chez nous. C’est vraiment l’esprit gaulois, on va dire, on plaisante, on s’entend bien, on progresse tous ensemble, il n’y a pas de jugement quant au niveau de la personne qui se présente chez nous, chacun a son modélisme, chacun apporte sa pierre à l’édifice et le but c’est vraiment de partager et de progresser ensemble et de passer de supers moments.

Il y a quand même une chose que vous ne pourrez pas trouver sur le forum, c'est le projet sur lequel travaille Frédéric en vue de la prochaine convention.

Pour la prochaine convention, je vais présenter juste un pizza layout. Ça c’est secret, parce que personne ne doit en parler ! Chaque thème sera dévoilé au moment de la convention et en tant qu’organisateurs la première fois on a présenté nos réseaux, on se lançait tout simplement et il fallait « meubler » un petit peu. Maintenant qu’on est sur de bonnes rails, on va se consacrer plus à notre boulot d’organisateur et ce sera juste un petit pizza layout histoire de pimenter le challenge.

Des réseaux, des défis comme les pizzas layout et certainement beaucoup d'autres choses encore à découvrir comme lors des précédentes éditions, je vous reparlerais bien sûr de cette prochaine convention du train Us.

La semaine prochaine dans Aiguillages, le réseau du club de Thonon les Bains qui était exposé quant à lui dernièrement à Savoie-Modélisme.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Train américain