Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

La fête du train à vapeur

de l'ECV45 à Longjumeau

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

La fête du train à vapeur de l'ECV45 à Longjumeau

Transcription :

Retour aujourd'hui sur une actualité récente puisque je me suis rendu à la Fête du train à vapeur qui s'est déroulée il y a quelques jours à Longjumeau, un festival vapeur pas comme les autres puisqu'il est dédié pour l'essentiel à des machines construite à l'échelle G et roulant sur des voies à l'écartement de 45 mm. Bonjour et bienvenue dans Aiguillages !

Toutes les années, la Fête de la Vapeur se déroule à Longjumeau dans l'Essonne, en région Parisienne. Nous allons nous y rendre en train en empruntant sur quelques dizaines de mètres cette navette mise en place par le P'tit Train des Templiers. L'association qui le gère dispose d'un circuit fixe en double écartement 5 et 7 pouces ¼ à Epinay sur Orge, à 3 km au sud-Est de Longjumeau, mais également d'un circuit portatif comprenant 120 mètres de voie qui peut être installé ici ou là, à l'occasion de différentes manifestations. Pour ce week-end de fête de la vapeur, seule la moitié des voies avait été posées, pour cause de place, mais aussi de temps de manutention. A eux seuls, ces 60 mètres de voie représentent déjà un poids de plus de 500 kg, sans compter celui du matériel roulant et des autres accessoires à installer. Le voyage est court, mais il ravit toujours les enfants qui n'hésitent pas à faire la queue plusieurs minutes pour le faire. La fête de la vapeur se déroule sur un terrain de sport et traditionnellement dans le bâtiment qui jouxte le gymnase ou elle se tient, est organisé le dimanche un tournoi de judo qui attire un public nombreux, dont profite à la marge, la manifestation organisée par l'Essonne Vapeur Club. Cette année les jeunes amateurs ont découvert que la vapeur ce n'était pas une science exacte et qu'il ne suffisait pas d'appuyer sur un bouton pour que le train démarre. Il leur a fallu en effet patienter un peu avant que la locomotive ne soit suffisamment montée en pression pour pouvoir les emmener.

C’était lié à la qualité du charbon, comme c’était un charbon de récupération qui était prévu non pas pour des chaudières de locomotive à vapeur mais ça vient d’une ancienne chaufferie qui était à Saulx-les-Chartreux, c’est un charbon un peu inadapté donc il a du mal à être flambant, donc je fais un mélange entre du bois et du charbon.

Ce qui peut aussi répondre à une question souvent entendue qui était, est-ce que le charbon qu'ils mettent dedans est celui que l'on utilise pour les barbecues ? La locomotive conduite par Jean-Luc est une 020.

C’est un modèle anglais, c’est un module qui s’appelle Romulus avec son tender Remus dont les plans ont été réalisés par Robert Marsh, c’est un kit de fonderie qui est vendu par une société qui s’appelle Reeves en Angleterre et la chaudière a été fabriquée par une société qui s’appelle Cheddar.

Nous allons laisser repartir Jean-Luc, son train a de nouveau fait le plein, de charbon, d'eau, mais aussi de voyageurs impatients de vivre l'aventure de ces quelques dizaines de mètres parcourus sur ce mini-circuit. Pour ceux qui en veulent plus, ils peuvent se rendre au parc des Templiers à Epinay sur Orge, où là le circuit se déploie sur 600 mètres. Le P’tit Train est ouvert d'avril à fin octobre, 1 dimanche sur deux, et les jours fériés, en revanche, il ne circule pas les jours de pluie.

A l'intérieur du gymnase, 4 circuits avaient été installés. Là, il va vraiment se faire tout petit si l'on veut monter sur les trains. Point commun aux différents réseaux, ils sont à l'écartement de 45 mm et la plupart du matériel roulant est à l'échelle G. Chauffe au gaz ou au charbon, radiocommande ou conduite manuelle, c'est selon le matériel et les affinités. Les participants sont des habitués du club qui viennent ici une fois par mois faire rouler leurs trains, mais à l'occasion de la fête annuelle de la vapeur, ils reçoivent quelques invités. Ils étaient ainsi 8 à venir de Suisse cette année. Quant à Jean-Pierre Tournois, il avait été convié à venir proposer une animation en permettant aux enfants de conduire des trains électriques, mais tout de même en 45 mm, sur son tout nouveau circuit, dont c'était la première sortie. Je vous résume ces propos, parce qu'un petit problème de micro les a rendus à peu près inaudibles. Jean-Pierre était venu avec ses deux petits enfants Martial et Guillaume auprès de qui il essaye d'inoculer sa passion du train. Il possède en Normandie un réseau à l'écartement de 7 pouces ¼, qu'il ouvre au public en moyenne 3 fois par an : le petit train du minerai. En 2018 il le sera les 23 et 24 juin, 28 et 29 juillet, 25 et 26 août. Le circuit mesure 450 mètres et se trouve dans le Perche à Neuilly sur Eure.

Sur la table d'à côté, un autre circuit à double voie, sur lequel on a pu voir évoluer pas mal de matériels également tout au long de ce week-end, dont celui de Claude qui était très heureux de tester cette année sa dernière acquisition. Une Heisler dont il avait passé commande l'an dernier, sans être bien sûr de pouvoir en acquérir une, car ce modèle a été réalisé par son fabriquant à un petit nombre d'exemplaires. Même punition, je vais vous résumer les propos de Claude que vous auriez bien du mal à comprendre en raison de mon souci de micro. Avec l'acquisition de cette nouvelle machine, Claude qui est un passionné de train forestier américain réalise un rêve. Celui de constituer une trilogie. Dans le domaine des locomotives forestières américaines, il existe en effet trois types de machines : Les Chaix, les Climax et la moins répandue les Heisler. Elles se distinguent en fonction de leur mode de locomotion. Ce qui caractérise la Heisler de Claude, c'est qu'elle est dotée de deux cylindres en V qui attaquent l'arbre de transmission. Celui-ci attaque à son tour les deux essieux situés aux extrémités de la machine avec une grosse couronne dentée, et la transmission de la puissance de traction aux essieux intérieurs, ce fait par l'intermédiaire d'une bielle. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer, et c'est précisément cette mécanique élaborée qui fascine Claude sur ce type de machines. Ces multiples démultiplications autorisent une vitesse d'évolution très lente, et ont pour conséquence une très faible consommation. Une fois lancée, elle dispose d'une autonomie d'une heure, du jamais vu pour des machines chauffées au gaz, qui le plus souvent doivent être réalimentées toutes les 20 à 30 Minutes. Pour en arriver là, il a fallu tout de même passer par une phase de rodage, et c'est au bout d'une vingtaine de mise en chauffe et de remplissage de son réservoir qu’elle a cessé de couiner un peu dans tous les coins, pour finir par tourner comme une horloge. Cette machine est la reproduction d'une locomotive existante, ramenée au 1/20,3 ème, elle est donc un tout petit peu plus grosse que le reste du matériel qui circule sur ce réseau, et c'est la toute première fois qu'elle fait l'objet d'une reproduction en modèle réduit fonctionnant à la vapeur. C'est la société Acucraft qui en la lancé la production il y a deux ans, et qui en a produit une 100 aine. Après avoir été placé sur une liste d'attente, Claude a appris qu'il aurait la possibilité d'en acquérir une. Il y a de forte chance d'ailleurs, pour qu'il soit le seul propriétaire français de cet engin. Même si la trilogie est maintenant réalisée, Claude a encore plein de projets dans la tête. Sa prochaine acquisition pourrait être une Chaix à chaudière verticale. Peut-être la découvrira-t-on lors de l'une des prochaines fêtes de la vapeur de l'EVC 45, qui l'année prochaine organisera sa 7ème fête de la vapeur, mais fêtera par la même occasion son 10ème anniversaire.

Les organisateurs étaient satisfaits du déroulé de cette nouvelle fête de la vapeur qui a drainé un bon millier de visiteurs dont certains venus de Grande-Bretagne pour l'occasion, et a permis à l'EVC 45 d'enregistrer l'adhésion deux nouveaux adeptes de la vapeur vive.
La semaine prochaine dans Aiguillages, je vous emmènerai sous la salle des pas perdus de la gare de l'Est, dans les locaux de l'AFAC, l'Association Française des Amies des Chemins de Fer.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Echelle G