Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Model-Rail Saint-Etienne

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Model-Rail Saint-Etienne

Transcription :

Nous partons aujourd'hui pour Saint-Etienne, où nous allons rendre une visite à l'association Model-Rail, un club de modélisme ferroviaire qui pratique le modélisme d'atmosphère et qui a organisé par le passé plusieurs expositions sur ce thème dont je vous ai rendu-compte au travers de différents reportages. Une association qui est en pleine mutation, je vous en parle aujourd'hui avec quelques-uns de ses membres. Bonjour et bienvenue dans Aiguillages !

Saint-Etienne, c'est dans la Loire. La seule ville de France dans laquelle la circulation des tramways n'a jamais été interrompue. En conséquence, et même s'il a été considérablement modernisé, le réseau de tramway de la ville présente la particularité d'être à voie métrique. Dans toutes les autres villes qui ont connu le tramway avant de déferrer leur réseau pour y revenir quelques décennies plus tard, c'est l'écartement normal qui est désormais utilisé. Forcément ici, le gabarit est plus étroit que celui auquel on est habitué, mais aurait-il pu en être autrement alors qu'en certains endroits le rayon de courbure est particulièrement serré et que les rames doivent se faufiler dans des rues parfois très étroites de la ville ? Le local de l'association Model-Rail est précisément situé à quelques dizaines de mètres du terminus de l'une des lignes du réseau de tramways stéphanois. Surprise, Model-Rail est l'un des très rares clubs à s'exposer en vitrine. Nous serons reçus par son nouveau président, Wandrille Lefevre, qui a été élu en début d'année, autour d'un café servi sur une table basse de sa conception. Wandrille nous parlera de cette réalisation pour le moins originale dans un prochain numéro d'Aiguillages, et pour celui-ci, de l'actualité du club, tandis qu'Hervé Jourdan nous fera découvrir le réseau ShamoNi. Une maquette à l'échelle N, qui avait été conçue en vue de l'exposition Train Mania qui s'est déroulée l'an dernier à Lille et où l'Afan (l'Association Française des Amis du N) proposait aux clubs de relever un défi. Celui-ci a été remporté par le réseau Shamoni présenté par l'association Model-Rail. Dans ce reportage, je vous présenterais des images de cette maquette, car, le réseau fixe du club, a été démonté récemment, en vue d'être reconstruit sous une autre forme. Je vous le disais, Model-Rail est à un nouveau tournant de son existence, après un premier qui a été pris il y a une 15 aine d'années. Car à l'origine, l'association avait été créée pour sauvegarder du matériel roulant, bien avant de devenir un club de modélisme ferroviaire. De ce fait, elle ne s'est pas toujours appelée Model-Rail.

En fait, à l’origine, le club s’appelait ASMFA, Association de Sauvegarde de Matériel Ferroviaire Ancien, il a même failli s’appeler TGV 26 à l’occasion du baptême du TGV numéro 26 à l’emblème de Saint-Etienne, finalement ils ont gardé ASMFA parce qu’elle disposait à l’époque de matériel ferroviaire réel, une 2D2, un Picasso … Les aléas ont fait qu’il a fallu s’en séparer, entre autres ça a servi à acheter notre local à l’époque, entre-temps il y a eu des expositions qui ont été organisées par l’ASMFA, la première en 2009 et ils ont décidé d’appeler ça « Model’Rail artisans et réseaux » et le nom « Model’Rail » est resté.

Des expositions dont je vous avais rendu compte dans différents numéros d'Aiguillages. Elles se sont tenues en divers lieux de Saint-Etienne en 2009, 2012 et 2014.
Model-Rail a la chance d'être propriétaire de ses locaux, ce qui ne doit pas être le cas de beaucoup de clubs de modélisme ferroviaire qui de ce fait se retrouvent dans des conditions parfois précaires ou obligés de quitter les murs qu'ils occupaient. Son autre chance, c'est que s'agissant d'un pas de porte, l'association peut s'afficher en vitrine.

C’est vrai que c’est rare parce que la plupart du temps c’est dans des hangars ou dans des maisons, on n’est pas visibles du public, que là on ne peut pas faire mieux, on est visibles ! Ca a aussi un intérêt, c’est que ça pousse à renouveler régulièrement un peu nos réalisations pour montrer ce qu’on fait aussi, et on le voit au travers des gens qui passent devant : certains s’arrêtent, d’autres rentrent … C’est quand même aussi agréable, ça permet de partager notre passion. Encore là, le monsieur qui est en train de passer devant, c’est le cas ! Je trouve ça bien, la plupart du temps on voit ça en salon, c’est feutré, c’est toujours que les modélistes, il y a très peu de public extérieur et moi je considère qu’il faut vraiment … pourquoi on devrait réserver ça qu’à certaines personnes ? Alors que si on le montre, on communique et on partage.

Ces jours-ci, c'est le réseau Shamoni qui est mis en avant dans la vitrine, la dernière création des membres du club, qui par ailleurs travaillent actuellement à la déconstruction de leur réseau fixe à l'échelle Ho.

Juste pour l’histoire, on avait un réseau qui s’appelait Loriassac, certains me disent qu’ils connaissent par Loco-Revue, à l’époque, c’est un réseau qui faisait le tour de la pièce, là où on se trouve sur le réseau. L’année dernière, on avait décidé de le rendre modulaire en e gardant que la gare, donc on l’a complètement démonté, ce qui a permis aussi de réaménager notre local pour plus de clarté, du coup on ne va garder que la partie gare et on y a rajouté 2 extensions : une partie village là-bas et une partie plutôt forêt-montagne de ce côté-là qui va nous servir de boucle de retournement. L’idée, c’est de refaire plus ou moins l’identique de ce qui a été, voire un petit peu mieux, rajouter quelques petits trucs qu’il n’y avait pas avant et à l’avenir s’en séparer pour repartir sur quelque chose de neuf avec un autre état d’esprit même de conception de modules.

Le but au final, est de reconstruire ce réseau pour mieux s'en séparer ensuite en le revendant si possible. L'idée étant de repartir dans la foulée sur la construction d'un autre réseau dont le thème, et le plan de voie sont encore aujourd'hui à l'étude. Seule quasi-certitude, il sera à l'échelle Ho. Pendant ce temps, les membres de l'association travaillent à la création d'un plus petit réseau. Un module qu'ils souhaitent exposer dans des bourses, et qui devraient entre temps trouver sa place dans une autre vitrine, celle d'un commerçant du centre-ville, histoire de mieux faire connaître le club dans sa ville, une des priorités que s'est fixé Wandrille.

En revanche, pas de nouvelle exposition organisée avant probablement quelques années à Saint-Etienne. Il s'agit de manifestations qui sont très lourdes à mettre en place. Alors, les modélistes de Model-Rail participent régulièrement à des salons organisés par d'autres. Ils étaient l'an dernier à Train-Mania, qui s'est tenu à Lille et où ils ont présenté ce réseau, né d'un défi. Celui-ci était proposé par l'AFAN. Il s'agissait en partant du contenu d'un ou deux coffrets de la marque Mini-Trix de présenter sur une surface limitée à 90 cm par 1 m 30, un réseau sur un thème industriel. Les modélistes de Model-Rail ont opté pour celui d'une carrière située dans un environnement alpin. Ils souhaitaient y voir figurer en plus de la voie ferrée bien sûr, une route et une rivière et que le réseau soit construit sur 3 niveaux. L'idée de concevoir une boucle de retournement a vite été abandonnée, par crainte de la complexité que rajouterait son électrification, s'agissant d'une voie unique. Et puis, les trois concepteurs de ce réseau, Wandrille Lefebvre, Alain Debize et Hervé Jourdan étaient plus intéressés à concevoir un réseau de manœuvre, qu'à regarder des trains tourner en rond. Et puis, défi, dans le défi, les trois amis ont décidé d'utiliser une technique qu'ils n'ont pas inventé, mais qui pour autant n'est pas si répandue que ça. Faire fonctionner leurs aiguilles, grâce à un dispositif construit sur la base de câbles de freins de moto.

C’est venu que les aiguillages ont des commandes qui sont vraiment très petites et si on veut les électrifier, c’est en surface et ce n’est pas joli, donc on a préféré faire des petits caches dessus qui sont beaucoup plus attractifs et qui nous ont permis de remporter le premier prix malgré tout. Dessous, ce sont des palonniers faits maison, inspirés de palonniers qui existent en aéromodélisme ou en radiocommandé, qui permettent d’actionner des tiges qui sont de différentes longueurs en fonction du plan de voie.

Un mécanisme que Hervé juge tout aussi intéressant à observer que le réseau lui-même. C'est pourquoi une trappe a été ménagée sur l'un des côtés de la maquette, et qu'un éclairage a été installé à l'intérieur. Le câble de frein utilisé est de la marque Shimano que les cyclistes et les motards connaissent bien. Le nom du réseau Shamoni, avec cette orthographe très spéciale, lui fait un clin d'œil et sert à rappeler l'inspiration alpine des décors du réseau. Sur celui-ci les reliefs ont été créé selon la technique éprouvée du support en grillage, sur lequel a été coulé une mousse de Polyuréthane en aérosol, habituellement utilisée dans le domaine de l'isolation thermique. C'est un matériau qui présente l'avantage de pouvoir bien se travailler, avant qu'il ne durcisse.
Côté électricité, la voie est alimentée par le transformateur fournit dans l'un des coffrets de départ. Un TCO a été conçu de manière à permettre de nombreuses manœuvres. 10 sections d'arrêt ont été ainsi prévues sur la voie, ce qui autorise de mettre en mouvement simultanément deux ou 3 machines et par conséquent de jouer à plusieurs sur le réseau. La commande et le TCO ont été réunis en un seul pupitre, grâce à une goulotte électrique.

Les 10 sections d’arrêt sont représentées en jaune avec S1/S2 pour les sections, et les deux interrupteurs qui sont à ma droite servent pour l’éclairage de la lumière : un pour l’éclairage de dessous le réseau pour qu’on puisse voir la tringlerie, et un pour les bâtiments et les quais. Pour simplifier, comme nous avons édité notre plan sur SCARM, qui est un logiciel gratuit et qui est très pratique, nous avons édité le plan et nous l’avons imprimé après réduction pour s’en servir de TCO, pour pouvoir repérer les différents emplacements des aiguillages et les sections d’arrêt. Comme je vous le disais, il y a 10 sections d’arrêt, comme ça on peut faire à peu près ce qu’on veut et éventuellement jouer à deux, malgré qu’on n’ait qu’une alimentation, mais on peut faire tourner deux machines, voire trois.

Autre choix pour ce tableau de commande, celui de le rendre déplaçable tout autour du réseau. Il est relié électriquement à celui-ci par le biais d'un câble informatique, et les opérateurs peuvent très facilement se déplacer en le prenant dans leurs mains. Ils restent ainsi disponibles pour discuter avec le public, tout en gardant le contrôle sur les manœuvres à réaliser.

Respect du cahier des charges imposé, réalisation du décor et conception technique, sont des critères qui ont pesé dans la balance qui ont conduit le jury de l'AFAN réuni à Train-Mania à décerner le premier prix de leur défi, à cette réalisation du club Model-Rail.

A noter que si vous désirez rencontrer les membres de l'association Model-Rail, ils organisent ce dimanche 22 avril, une bourse aux modèles réduits, à Saint-Jean de Bonnefonds, c'est tout près de Saint-Etienne et de Saint-Chamond. Le réseau ShamoNi y sera exposé, pour plus d'information vous pouvez consulter l'agenda d'Aiguillages, sur le site www.aiguillages.eu, ou celui de model-rail, à l'adresse modelrailsaintetienne.blogspot.fr.
La semaine prochaine dans Aiguillages, je vous inviterais à visiter le musée Lorrain des Cheminots à Rettel.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Visite de club