Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

L'exposition de modélisme ferroviaire à Chamnord

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

L'exposition de modélisme ferroviaire à Chamnord

Transcription :

Chaque année durant une semaine pendant les vacances de Pâques l'Association des Modélistes Ferroviaires du Bassin Chambérien investit la galerie marchande du centre commercial Chamnord à Chambéry. Je vous emmène aujourd'hui visiter l'édition 2018 de cette exposition, on y parlera Arduino, puzzle 3D en bois, et de la future édition de Savoie Modélisme qui se tiendra dans cette même ville à l'automne 2019.

Bonjour et bienvenue dans Aiguillages !

Chambéry c'est la capitale de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Nous allons emprunter le train pour nous y rendre, en passant par Saint-André le Gaz et les bords du lac d'Aiguebelette une ligne qui malheureusement est fermée à la circulation jusqu'à début septembre, en raison d'un glissement de terrain.

Une fois arrivés à la gare de Chambéry, il nous reste quelques minutes de trajet à parcourir en bus de ville pour nous rendre au Centre Commercial.

Si l'exposition est organisée par l'Association des Modélistes Ferroviaires du Bassin Chambérien, l'idée est de mettre en avant les clubs de la région. Je vous ai présenté dans un numéro récent des Rendez-vous du lundi d'Aiguillages, le réseau de celui d'Albertville qui était l'invité d'honneur de cette édition 2018, mais étaient présents également le Grésivaudan Vapeur Club, une association exploitant à Pontcharra dans l'Isère voisine, un circuit de train de jardin en 5 et 7 pouces ¼ et des réalisations de particuliers comme les locomotives au 1/10ème et au 1/22,5ème de Georges Giraud. Des machines qui ont toutes circulé dans la région. Pour le reste, l'exposition était constituée des réseaux de l'AMFBC, le club organisateur, qui prend soin chaque année de monter plusieurs réseaux sur lesquels les enfants peuvent jouer. L'un à l'échelle G, celle des trains de jardin, qui a l'intérêt de pouvoir présenter une configuration très différente chaque année, et l'autre plus classique, mais en TT, une échelle peu courante en modélisme ferroviaire, dont les modèles et les paysages sont créés au 1/120ème.

C’est une marque suisse, l’échelle c’est le TT, c’est une collection qu’on a récupéré récemment au club, ça date des années 1950-1960, on a trouvé opportun de mettre ce matériel à disposition des enfants, même si certains collectionneurs suisses crieraient au scandale de voir du matériel comme ça, aussi rare, mis à disposition des enfants.

L'exposition organisée à Chamnord pour la 6ème fois a servi de banc d'essai à l'organisation d'une beaucoup plus grosse, qui s'est tenue l'automne dernier au Palais des expositions de la ville : Savoie Modélisme. L'enjeu était de taille, car il s'agissait d'une première dans la région, où il n'y avait pas eu d'exposition de ce type depuis 25 ans.

Pour une première édition, l’essai a été transformé puisqu’on a fait 8000 entrées, c’est quasiment inespéré pour une première édition, sur Chambéry il n’y avait pas une d’exposition depuis 1992, on ne s’attendait pas à un tel succès et ce succès nous pousse à rééditer l’évènement le 2 et 3 novembre 2019 donc nous devrions redisposer de la salle de 4400 m² comme nous avions avec une salle supplémentaire de 2000 m², ce qui va nous permettre d’apporter un peu plus de choses à présenter, en multimodélisme. Il y aura toujours une forte dominante ferroviaire, puisqu’un des halls complets sera consacré au modélisme ferroviaire sur 1200 m², donc on essayera de faire des démonstrations dynamiques des autres pratiques du modélisme dans un hall dédié.

Pour des raisons de limites budgétaires s'agissant d'une première, Savoie Modélisme 2017 avait surtout été organisée autour de clubs venant de la région, mais avec le succès de cette première manifestation, l'association organisatrice dispose désormais d'un peu de trésorerie qui lui permettra de faire venir des participants venus d'un peu plus loin également, pour sa prochaine édition début novembre 2019.

Voici un réseau dont la genèse n'est pas banale. Ce que vous auriez dû voir sur ces images, était l'arrivée d'un train en gare de la Ciotat. Une référence au tout premier film tourné par Louis Lumière en 1895. Ce diorama réalisé par François Fouger, l'a été dans le cadre d'un défi intitulé "Les trains font leur cinéma", proposé par Loco-Revue à l'occasion du RAMMA 2015. Claude Perrot de l'AMFBC s'est chargé de la création des animations sur la maquette.

Initialement, la première idée c’était de faire l’entrée du train en gare de la Ciotat. Ça a bien changé, ça a basculé je ne sais plus pourquoi, pour une phase de Western, François s’est occupé de la partie décor et m’a demandé de faire la partie animation, aussi bien sons que circulation des trains à partir d’Arduino puisque je commençais à un petit peu mieux connaître Arduino, par rapport au réseau à crémaillère qui avait été présenté il y a quelques années. Là, ça a été vraiment mes vrais débuts puisque ça allait un peu plus loin dans la programmation, puisqu’il y a deux Arduino, un Arduino qui gère les 2 voies, la voie du train et la voie du train de mine, et un autre Arduino qui gère le fichier son avec une carte SD parce que chaque Arduino a une carte fille qui est embrochée dessus et elles utilisent, les 2, les mêmes entrées/sorties, donc plutôt que d’aller trafiquer dans les bibliothèques, c’était plus simple vu le prix d’acheter 2 Arduino. On les voit ici : celui-là gère les 2 trains, avec une entrée 12 volts et 2 sorties, 1 moteur A et un moteur B, et puis celui-là il gère la partie son avec le fichier son qui est sur la petite carte SD ici et une fiche Jack qui sort pour aller alimenter carrément les petites enceintes d’ordinateur avec la même en face pour faire la stéréo. Donc c’est tout simple, et après, la programmation, un petit peu plus compliquée parce que c’est le fichier son qui gère tout donc il a fallu baser toutes les circulations de trains, les temporisations, sur ce fichier son.

La programmation Arduino est relativement simple à appréhender.

C’est une programmation qui se fait par ordinateur, un peu comme le langage C qui est accessible à tout le monde, enfin il faut maîtriser un peu l’anglais et puis la programmation, c’est-à-dire le mots de programmation, suivant un résultat d’un capteur, on fait une action ou on en fait une autre, c’est de la programmation toute simple mais le puriste dirait qu’il faut écrire ça en très peu de lignes, alors que moi j’écris bien tout en détail, j’ai un fichier qui est très long mais qui fait les choses une par une et qui marche très bien. On écrit en C, on charge le langage Arduino, à partir de ce fichier qui est en C, et c’est la mémoire qui est dans l’Arduino qui gère tout. Mais pour les gens qui ne parlent pas anglais et qui ne font pas bien de programmation, il existe un petit module qui s’appelle Ardublock, et on programme avec des petits blocks en graphique. Si on a le droit, les blocks s’imbriquent entre eux, et après de cette fonction Ardublock on va générer un fichier pour l’Arduino. Il permet de ne pas connaître l’anglais, de ne pas connaître la programmation, juste un petit peu de logique.

Si vous êtes totalement hermétique à l'informatique et à la programmation, même en Arduino, Claude a peut-être quelque chose pour vous. Décidément, les membres de l'Association des Modélistes Ferroviaires du Bassin Chambérien sont à l'affut de tout ce qui peut exister dans les domaines techniques liés au modélisme ferroviaire, et il a découvert récemment des puzzles mécaniques en 3D et motorisés par des élastiques. Parmi les nombreux modèles proposés, il s'est lancé dans la construction d'une locomotive.

C’est un kit complètement en bois, en medium découpé au laser qui se présente sous forme de platine, chaque pièce est bien répertoriée, bien numérotée, il suffit de la détacher de la grappe, un petit coup de lime sur les points d’attache, un petit peu de bougie chauffe-plat pour lubrifier un peu les pièces qui vont s’engrener ou qui vont se frotter, et par exemple la loco qui est derrière moi, il y a 460 pièces, c’était ma première maquette, j’ai mis un peu moins d’une semaine pour la monter et avec un petit moteur à élastique, ça fonctionne très bien. Technologie tout à fait rudimentaire, après avec un petit complément avec le passage à niveaux et puis les rails pour avoir à peu près 1 mètre de roulement possible et puis existe aussi un quai qui permet de simuler une petite gare, et c’est assez sympathique.

Le fabricant s'appelle Ugears, d'autres modèles ferroviaires se trouvent à son catalogue, un tramway, une grue, mais c'est par le passage à niveau que Claude recommande de débuter. Il l'a construit en une journée. Les principales qualités requises pour se lancer sont la patience et la minutie.

Attention quand on sort les pièces de la grappe, à ne pas casser les morceaux, manier le cutter très fin, s’il y a besoin d’aider à la découpe des pièces, une petite lime à ongles pour enlever les points d’attache et puis voilà, après être minutieux, comme toutes les maquettes. Il n’y a pas un point de colle, c’est tout en clipsé. C’est assez bien foutu parce que dans la découpe laser il y a des parties à ressorts qui permettent de bien tenir les pièces ensemble.


En attendant la prochaine exposition à Chamnord, et la deuxième édition de Savoie-Modélisme en 2019, l'Association des Modélistes Ferroviaires du Bassin Chambérien organisera sa traditionnelle bourse de trains, de miniatures et de jouets anciens, le 21 octobre 2018 à la salle polyvalente de Bassens.

La semaine prochaine dans Aiguillages, nous irons fêter à Pacy sur Eure, le 25ème anniversaire du Chemin de Fer de la Vallée de l'Eure.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Visite exposition