Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le musée privé de Jean-Claude

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le musée privé de Jean-Claude

Transcription :

Un lieu qui est tellement grand, que pour mieux l'apprécier, je vous convie à une visite en deux parties. Aujourd'hui, nous commencerons par l'étage du bas, et dans un prochain numéro d'Aiguillages, je vous révélerai le haut.

Jean-Claude, le propriétaire des lieux a débuté sa collection, il y a plus de 50 ans. Sa première pièce ? Une locomotive de la marque Jep. Comme beaucoup de modélistes passionnés son parcours a été influencé par l'évolution des technologies et des échelles proposées par les constructeurs. Il a ainsi beaucoup collectionné de matériels en Tin Plate, puis c'est longuement intéressé à l'échelle Ho. Au point d'envisager que l'un des deux réseaux qu'il imaginait de construire dans le bâtiment dans lequel nous nous trouvons, le serait à cette échelle. Mais c'était compter sans l'arrivée sur le marché de nouveaux constructeurs de modèles réduits ferroviaires, et notamment celle de l'américain MTH Electric Trains, fabricant de matériels à l'échelle 0. Fasciné par la présence que peut avoir une locomotive à cette échelle, subjugué par les ralentis que la commande digitale permet d'obtenir, Jean-Claude décida alors de créer au rez-de chaussée de son musée, un second réseau, à l'échelle 0, d'inspiration américaine celui-ci. Le premier réseau construit, qui se trouve à l'étage supérieur, et que je vous ferais visiter dans un prochain numéro d'Aiguillages est également à l'échelle 0. Mais son inspiration est française, puisque le projet est parti de l'idée d'évoquer la gare de l'Est et sa grande salle des pas perdus. S'il occupe la même surface que le réseau situé à l'étage supérieur (250 m2 de plateau, dans une pièce de 350m2), ce réseau américain est un tout petit peu plus petit que le premier construit. Jean-Claude et les amis qui l'ont aidé à concevoir cette maquette, on en effet fait en sorte, que le réseau soit accessible en tout point. Ce qui n'est pas forcément le cas du premier réseau construit, ou il faut savoir ramper pour se faufiler en certains points du plateau. Qu'a cela ne tienne, la maquette conserve des dimensions imposantes, et on ne peut embrasser tout le réseau d'un seul regard. L'infrastructure, et la pose des voies sont l’œuvre de Ronan Brocard, le Vice-Président de l'Association des Modélistes Ferroviaire indépendants avec qui vous avez fait connaissance dans un précédent numéro d'Aiguillages. Jean-Claude, s'occupe quant à lui de la conception des décors. Ronan avait un oncle propriétaire d'un magasin de trains, dont Jean-Claude était client. Voilà comment les deux hommes se sont rencontrés. L'aventure de la création de ce musée privé à débuté en septembre 2001. C'est alors que Jean-Claude à fait l’acquisition du bâtiment qui allait l'abriter. Il a fallu près de deux ans de travaux pour tout refaire, et créer la mezzanine qui n'existait pas, afin d'aménager un second étage. Les années suivantes ont été consacrées à la construction du premier réseau et à la pose de ses plus de 1 km de voies. Le réseau que nous visitons aujourd’hui, n'est pas achevé. Sa construction a commencée il y a 4 ans, et est toujours en cour. Pour varier les plaisirs, les trains peuvent emprunter différents parcours. Le réseau est alimenté en convois depuis des gares cachées placées sous le réseau. Une solution plutôt bien adaptée à la longueur interminable des trains de marchandises, à l'image de ceux que l'on peut observer aux États-Unis. Les rames voyageurs quant à elles, peuvent être rangées dans la gare qui occupe l'un des côtés du réseau. La collection de Jean-Claude, compte plus de 300 locomotives, quand au nombre de voitures et de wagons, il n'est pas sur qu'il soit encore possible de les compter.
La création de ces deux réseaux à permis à Jean-Claude de concrétiser son rêve de voir rouler, les matériels de sa collection, plutôt que de les laisser rangés dans des cartons ou sur des étagères. Pas de doute, le bruit des locomotives sonorisées, la vapeur s'échappant des cheminées, tout cela contribue à faire de ce lieu un véritable musée vivant du chemin de fer miniature.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Réseau privé