Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

L'Association des Modélistes Ferroviaires

de Montélimar

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

L'Association des Modélistes Ferroviaires de Montélimar

Transcription :

Et bien qu'à Montélimar, nous sommes plongés d'entrée dans une atmosphère très US. Les Etats-Unis, c'est la passion de Bernard Collet, le président-fondateur de l'association. Il a réalisé ici, le rêve de toute une vie. Celui de construire un grand réseau, dans un grand local. Sa passion pour l'amérique, il pense l'a devoir à la période d'après guerre ou il est né. Son enfance a été bercée par les premiers westerns, le rock'n Roll et un certain Elwis Presley …. Quand à la passion des trains, c'est beaucoup plus flou. Il se souvient qu'elle remonte à l'âge de 4 ans. Pourtant, pas de cheminots dans la famille, aucun gêne qui pourrait l'expliquer. Qu'à cela ne tienne, il n'y a peu être pas de gêne, mais beaucoup de plaisir à voir circuler ces trains ayant une vraie présence physique. Car, autre originalité du projet, Bernard aime les grandes échelles. Ici, nous sommes autour du 29ème. En fonction des sujets l'échelle peu varier entre le 1/24ème et le 1/32ème, et Bernard reconnaît qu'il lui a parfois fallu faire quelques compromis. Mais rien de bien gênant vous en conviendrez.

Nous sommes dans le sud des Etats-Unis, le fief du Rio Grande, de l'Union Pacific, de la Santa-Fe ou encore de BNSF. L'époque, ce sont les années 60 à 80. Une période charnière qui voyait encore circuler des locomotives à vapeur, et leur remplacement progressif par la traction diesel.
Son train, Bernard en a rêvé pendant 30 ans. Mais ses activités professionnelles, ne lui ont guère laissé le loisir de le réaliser. Il crée l'AMFM, l'Association des Modélistes Ferroviaires de Montélimar en 2002, avec d'autres amis qui pratiquaient le train comme lui. Mais pour les mêmes raisons, celle-ci restera en sommeil, jusqu'à ce que Bernard atteigne l'âge de la retraite. Il revend alors son affaire, et fait construire dans une zone d'activité un grand local de 200 m2, pour y installer un réseau. Il pense même à y iaménager, un petit logement de fonction. Et c'est partie pour la grande aventure. Son association devient co-organisatrice de Montélirail, une biennale dédiée au modélisme ferroviaire, dont une première édition a eu lieu en 2012, réunissant 16 réseaux. En 2014, Montélirail est organisée au Palais des Congrès Charles Aznavour de Montélimar, sur 2600 m2, et ce sont 40 réseaux qui sont exposés cette fois-ci, dont un ensemble de modules de 17 mètres linéaires de trains américains au 1/29 ème, installés devinez par qui ? Bernard en personne.

Mais, revenons au réseau fixe. Tout n'est pas terminé, et il reste pas mal de petits détails à peaufiner, mais l'ensemble a déjà belle allure. Ce sont pas moins de 400 mètres de voies que Bernard et ses amis ont posé, en comptant les voies de circulation et les voies de service.

A l'exception du matériel roulant acheté au fil du temps ces trentes dernières années, en rêvant à son futur réseau, tout ou presque est de la récupération. C'est ainsi que l'on peu voir des parcmètres réalisés dans des têtes d'épingle, des cheminées réalisées avec des bouchons de flacons renfermant du produit à vaisselle, Bernard récupère beaucoup. La difficulté étant de savoir ou a pu être rangé le précieux objet qui permettrait de réaliser tel ou tel détail du décor. Et comme il le dit, il ne s'agit pas d'économiser par pingrerie, mais parce-que si l'on veut faire quelque chose de grand, cela finira toujours par coûter assez cher. D'autant que les temps ont changé. Il fut une époque ou acheter du train américain directement aux Etats-Unis n'était pas très onéreux. Il suffisait d'un peu de patience et de se faire livrer par voie de surface, plutôt que par voie aérienne. Certes, les colis mettaient trois semaines à arriver, mais les frais de port étaient réduits. Aujourd'hui, seule la voie aérienne est pratiquée, ce qui avec des frais de douane qui ont explosé, renchérit considérablement les emplettes que l'on peut faire outre-atlantique. Bernard le sent bien, l'amérique a beaucoup souffert depuis la crise des subprimes de 2008. D'ailleurs, même les plus gros fabriquants de matériels ont bien failli disparaître corps et âme dans la tourmante. Il ne regrette pas d'avoir fait l'acquisition de son matériel roulant durant ses trente dernières années.

Le réseau n'est pas ouvert au public, les contraintes auraient été trop importantes, mais les amis qui pratiquent ces échelles sont les bienvenus, surtout, s'ils sont eux aussi passionnés de trains américains. A noter que je serais à Montélirail pour y réaliser des reportages pour les prochains numéros d'Aiguillages. Tous les détails sur cette exposition sont sur le site d'Aguillages www.aiguillages.eu.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Visite de club