Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

PK149

un réseau d'Eric et Antoine Limousin

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

PK149 un réseau d'Eric et Antoine Limousin

Transcription :

Sedan, c'est dans les Ardennes, voilà déjà une chose acquise, mais lorsqu'il s'agit de situer le point kilométrique 149, elles se compliquent. Le PK 149 est un repère qui doit exister sur de très nombreuses lignes dans l'hexagone et ailleurs. Un coup d’œil sur le décor … la présence de ce type de coopératives céréalières et quelques autres détails nous feraient plutôt pencher pour une ligne de l'ouest de la France. Ce que nous confirme Éric l'un des auteurs du réseau. Pour nous aider, il nous explique que le numéro 149 lui a été inspiré par le code de son département, celui qui figure sur la plaque minéralogique de sa voiture est le 49. Vous allez d'ailleurs très vite découvrir, que cette voiture a eu un rôle particulier, dans la conception du réseau. Nous saurions donc probablement quelque part dans le Maine et Loire, c'est à dire autour d'Angers. Mais arrêtons de chercher, il n'est pas certain qu’Éric et son fils Antoine aient voulu reproduire un site réel.

On est complètement dans quelque chose d'imaginaire, le compromis à trouver c'était, au départ quand le réseau était un peu plus petit, de concilier le C4 Picasso et le coffre de toit (?) et le réseau. On est partis de ça, c'est pour ça qu'on a une profondeur de 50 qui nous permet de gérer ça avec la voiture. Maintenant, le réseau est agrandi donc là il faut passer au camion. C'est aussi le plaisir d'avoir fait ça et de présenter ce qu'on pouvait faire. Le premier réseau faisait 6 mètres quand on le faisait avec la voiture, on est passés à 10 m, et puis il y a deux ans maintenant on a mis un coup de boost avec des copains de Poitiers et on a fait la Coop Trinnet PK149 pour agrandir un peu le réseau, on se passe des convois de l'un à l'autre...Là, les deux réseaux associés, on est à 14 m, sinon le notre tout seul on est maintenant à 10 m. Et on a plus de projets, puisque c'est en cours, on a PK149 le dépôt, qui est un projet d'Antoine, qui est en cours, et qui va consister à présenter sur 3 m un dépôt numérique avec une plaque tournante, une rotonde, et ce réseau sera entièrement numérisé là aussi, il sera avec des scénarios d'entrée, de sortie, je donne pas trop de date parce qu'Antoine est très pris, mais il est quand même avancé, j'espère que dans 2 ans on pourra le voir fonctionner et le présenter dans les expositions. C'est de plus en plus le cas chez nos confrères, mais le cahier des charges c'est : on est devant, pas question de garder nos secrets, on transmet notre passion, si secret il y a, mais parfois des gens nous disent « non, on ne communique pas, c'est secret ». Chez nous, il n'y a pas de souci, « comment vous faites ça, comment vous faites ci ? », on donne tout, on transmet, c'est vraiment vivre notre passion. On fait ça avec mon fils, Antoine. La première partie du réseau 6 m, on l'a faite en 2 ans, l'extension qui nous a permis de monter à 10 m, là on a mis 2 ans de plus parce que déjà, Antoine commençait à être un peu plus pris. En fait l'histoire, je l'ai racontée plusieurs fois, on est sortis du salon d'Orléans, et à l'époque on a dit « dans 2 ans on sera là avec un réseau, et il sera 100% numérisé ». Nos copains d'ici nous on dit « oui oui, pas de problème », sauf qu'ils ne savaient pas à qui ils avaient à faire, enfin je dis ça amicalement, et en fait on a relevé ce challenge et on a été chez François et André, et on a présenté pour la première fois le PK avec les signaux, et ainsi de suite.

François et André sont des membres de l'Association des Modélistes Ferroviaires du Centre, organisateur du Salon international du Train Miniature d'Orléans, ou PK 149 a été exposé pour la première fois dans sa version courte en 2008. Pour la construction de son infrastructure, Eric et Antoine ont opté pour une solution proposée par le club Rail 86, un voisin de Châtellerault. Il s'agit d'un système de caissons rectangulaires faciles à installer, qui protège entièrement le réseau à la fois dans le transport et pendant son stokage ou il est placé à l'abri de la poussière et de la lumière, grâce à un système de casquette coulissante et rabatable qu'il suffit d'ouvrir pour la présentation au public. Pour ceux qui seraient intéressés par le système, Éric et Antoine proposent les plans permettant de concevoir une telle infrastructure en libre téléchargement sur leur site espacerails.com.

Le site, on l'a ouvert avec Antoine dans les années 1998, et on l'a tout de suite orienté digital, puisque j'ai découvert le digital par Alain Tachet, détaillant fabuleux de Clermont-Ferrand aujourd'hui sans doute à la retraite, mais s'il m'entendait je le salue, il 'a fait découvrir ce système numérisé et j'ai tout de suite compris qu'il fallait y aller, que ça allait être l'avenir du train, je me suis dit « il faut vraiment y aller », donc j'ai commencé comme ça, et tout de suite on a orienté le petit sur le numérique, le digital, d'ailleurs on avait un autre réseau et à l'époque, puisque j'ai un autre réseau à la maison, le site s'appelait « 2 réseaux HO en digital », c'était pas très marketing, on a après appelé ça « espacerails » pour que ce soit un peu plus communiquant. On a un forum, bien sûr on ne rivalise pas avec les grands du domaine, ça n'a pas lieu, mais au moins on essaye de répondre aux questions, donc on trouve tout un tas d'informations sur les centrales, sur la manière de conduire, soit en digital simple, soit en digital amélioré, ce qui est le cas ici puisque le réseau peut être totalement géré par le PC et par ILS. On peut donc gérer avec RRTC le logiciel, soit en manuel soit en automatique. On a fait des scénarios tout au long de la journée, de l'expo, on fait même du renouvellement de voie avec de l'IPCS, les talkies, pour que les spectateurs jouent au train. Parce que chez nous, chez PK on a vraiment envie de jouer au train, il faut jouer au train et associer le public, parce qu'on veut partager notre passion, c'est vraiment le but. On peut faire circuler, on va dire, 3+3, 6 convois en même temps. L'intérêt, puisque les trains s'autorégulent, puisqu'on est en BAL 3 Feux, c'est que les trains prennent de la vitesse et ne passent pas leur temps non plus à s'arrêter, ou du moins à ralentir. Donc l'idéal c'est d'avoir 2x2, 4 réseaux. Pendant ce temps-là, et c'était le cahier des charges, on a également deux petits EPU ?, et dans ces EP ? On fait les manœuvres, de temps en temps on fait conduire un enfant, on fait conduire quelqu'un, on va préparer un convoi et après on va l'envoyer dans la trame du réseau.

Et puis pour augmenter encore le plaisir du jeu, PK 149, continue de s'agrandir. Un nouveau module, PK 149,5 a été créé par des amis d’Éric et Antoine. Il est ainsi possible d'échanger des trains céréaliers entre les deux coopératives situées à l'un et à l'autre bout de deux réseaux associés. Ceci en attendant, PK 149, le dépôt, en cours de réalisation. Sur le réseau d’Éric et Antoine, si le décor est totalement imaginaire, la recherche du réalisme est poussée très loin dans la circulation des trains. La maquette est à l'échelle Ho, aussi et c'est une première chose, les trains circulent à une vitesse adaptée à cette échelle. Mais surtout, le système de protection des circulations reproduit ce qui existe à la SNCF. Le réseau fait l'objet d'un cantonnement en Blocks Automatiques Lumineux. Lorsqu'un train s'engage dans un canton, le signal passe au rouge, alors que le signal du canton précédent est mis à l'orange, et celui du canton encore plus en amont indique que la voie est libre. Mais la signalisation installée le long des voies de PK149 comprend aussi toute la panoplie des codes couleurs employés à la SNCF. L'exploitation du réseau se fait au choix, tout en automatique, la gestion des circulations est alors prise en charge par l'ordinateur, sans aucune intervention humaine, mais il est également possible de reprendre manuellement la conduite des trains. Il appartient alors au mécano de respecter la signalisation qui lui est imposée par le système informatique, tout comme dans la réalité.

Ce qui fait la fierté d’Éric et Antoine Limousin c'est que sur leur réseau, tout est pris en charge par l'informatique : les locomotives sont toutes digitalisées et sonorisées, les appareils de voies sont également pilotés informatiquement, c'est le cas des aiguillages et des dételeurs notamment, mais aussi les accessoires du décors : éclairage des quais de gare, lumière des passages à niveau, tout est commandé à partir de décodeurs numériques, d'un PC, du logiciel RRTC Train Controller, et d'une centrale. Ce qui laisse penser à Éric et Antoine, qu'il s'agit là d'un type de réalisation dotée d'une intégration numérique à ce point poussée, qu'elle n'a pas d'équivalent à ce jour, sur d'autres réseaux présentés en exposition.

Éric et Antoine sont deux modélistes indépendants, néanmoins il se tiennent prêt à poursuivre avec vous un conversation à propos de leurs réalisations, et plus généralement de l'exploitation numérique d'un réseau, par l'intermédiaire du site web qu'ils ont créé et de son forum, que vous trouverez sur www.espacerails.com

La semaine prochaine dans Aiguillages, nous irons visiter un très grand réseau, en Normandie. Le Chemin de Fer Miniature de Clécy.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Echelle Ho