Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le Grésivaudan Vapeur Club

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Grésivaudan Vapeur Club

Transcription :

Bienvenue au Grésivaudan Vapeur Club, installé à Pontcharra dans l'Isère, à mi chemin entre Grenoble et Chambéry. Sur ce terrain était construit l'ancien dépôt du train touristique, le CFTB (Chemin de Fer Touristique du Bréda) créé en 1976 pour exploiter une partie de l'ancienne ligne du Tramway reliant Pontcharra à la Rochette et Allevard. Un tramway à vapeur ayant commencé à circuler en 1894 pour desservir dans de meilleures conditions les communes et les entreprises installées le long de la vallée du Bréda. Le Bréda est le torrent qui prend sa source dans le massif voisin de Belledone, et vient se jeter dans l'Isère à Pontcharra, après avoir franchi plus de 2000 mètres de dénivelé. La ligne était relativement courte 12 kilomètres sur la branche Pontcharra – La Rochette, 15 sur celle reliant Pontcharra toujours à Allevard, ce qui explique le choix d'une construction à l'économie, en bord de route et en voie métrique. Le trafic voyageur est relativement conséquent, du à l'attractivité des termes d'Allevard. Cette ville verra même sa gare être reconstruite en 1911 pour faire face au flot de curistes. En 1932, le service voyageurs est néanmoins fermé, les curistes ayant changé leurs habitudes et venant de plus en plus nombreux en voiture. Le trafic des marchandises subsistera jusqu'en 1947, handicapé par le gabarit de la voie, qui imposait le transbordement des marchandises depuis la place de la gare de Pontcharra, sur des wagons à voie normal, pour continuer leur route sur les lignes de la SNCF. Une portion de la ligne continuera d'être exploitée entre Pontcharra et la Rochette de 1947 à 1988, après sa conversion à l'écartement normal, pour desservir des papeteries.
En 1978 est créé le Chemin de Fer Touristique de la Bréda qui exploitera notamment l'autorail X5815, et une locomotive à vapeur la 040 T 17. D'autres matériels viendront au fil du temps rejoindre le parc. Mais 10 ans plus tard, en prévision des jeux olympiques d'Albertville, la route le long de laquelle circule le train touristique est élargie, et la voie déposée pour ce faire. Les avis divergent sur l'avenir de l'association. Une partie de ses membres crée à l'Arbresle, le Chemin de Fer Touristique de la Brévenne, une autre choisie de rester sur place pour continuer à entretenir le matériel, au sein du dépôt de l'association, construit sur le terrain sur lequel nous nous trouvons aujourd'hui. Finalement, en l'an 2000, les membres restant à Pontcharra décident de continuer d'entretenir leur passion pour la vapeur, en pratiquant désormais à une échelle bien moindre. Ils se convertissent aux échelles 5 pouces et 7 pouces ¼. Les travaux commencent dans la foulée, mais il faudra quelques années tout de même pour déposer une partie des voies normales, construire un nouveau local pour servir d'atelier et se lancer dans l'acquisition ou la construction de matériels roulants. En 2012, le Grésivaudan Vapeur Club voit ainsi le jour, alors que les dernières braises de l'ancien Chemin de Fer de la Bréda finissent de s'éteindre.
En ce début d'été 2015, le circuit mesure près de 200 mètres, mais son doublement est déjà quasiment réalisé. Du ovale d'origine va se détacher une seconde boucle, qui portera la longueur du circuit à plus de 400 mètres. Les membres du club se retrouvent ici tous les mercredi, et le circuit est ouvert au public tous les derniers samedis du mois de mars à octobre. Une fois par an, est organisé un barbecue inter-club, décidément, on ne sort pas si facilement que ça de la thématique charbon et vapeur !

Aujourd'hui c'est une journée interclubs, des clubs qui s'intéressent au chemin de fer, on a des gens comme nous qui exploitons du 7 ¼ pouces, et on a beaucoup de modélistes qui exploitent du Ho ou d'autres échelles plus petites.

Quant au Grésivaudan Vapeur Club, il exploite toutes sortes de matériels.

On a deux machines à vapeur, on a un locotracteur thermique, on a maintenant trois machines électriques, et en projet on a un autorail thermo-électrique.

Tout ce matériel pour transporter les visiteurs du site, qui auront bientôt le plaisir de passer sous un tunnel, normal me direz-vous dans la région, sauf qu'ici, le tunnel a été construit avant la montagne. D'après certaines indiscrétions il serait même possible que l'on voit prochainement un funiculaire au 1/43 ème ou en LGB gravir son sommet.

Le club compte une grosse 20 aine de membres, dont 6 jeunes, pour l'essentiel ramenés par Jérémie.

Je suis arrivé ici en août 2013, parce que je suis passionné de trains. Je suis passé devant et j'ai vu des wagons, donc un jour je suis venu et j'ai été accepté, et puis au fur et à mesure j'ai ramené du monde pour essayer d'aller plus vite dans les projets. Avant que Birce arrive, j'ai surtout fait, les mercredis, du terrassement, aidé à fabriquer des wagons. Aujourd'hui c'est à peu près pareil sauf que je fais tout sur la voie, vu qu'on ne fabrique pas de matériel neuf en ce moment.

Pour Brice, l'un des amis ayant rejoint le GVC sur les conseils de Jérémie, c'est une journée pas comme les autres, car c'est aujourd'hui que pour la première fois, il a pu conduire une locomotive à vapeur, sous le regard et avec les conseils distillés par le propriétaire de la machine.

Voir les purgeurs juste un certain temps pour voir la condensation qui s'est fait dans les pistons, pour éviter de les abîmer, comment mettre le charbon dans le foyer, régler le niveau d'eau, parce qu'il faut avoir un niveau d'eau minimum et pas avoir trop d'eau. Ça m'est arrivé, j'i=ai mis un peu trop d'eau et je me suis pris 2-3 giclées d'eau dans la tête.

Pour le reste cette première fut une expérience plutôt agréable que Brice espère bien, vous vous en doutez renouveler le plus tôt possible. Samuel est arrivé tout récemment au club, sur les conseil de Jérémie, et c'est là qu'il a commencé à développer une passion pour les trains. Lui aussi s'est essayé aux différents modes de traction, et en a déjà retiré quelques leçons.

C'est plus facile les électriques parce que c'est des moteurs très simples et une batterie avec un potentiomètre et puis voilà, là il est plus compliqué le thermique. Après, il y a la vapeur, j'ai pas encore conduit la vapeur. C'est exactement la même qu'en vrai, c'est une Decauville, c'est exactement la même pour les niveaux d'eau, la vapeur, la pression qu'il faut vérifier. Je trouve que la vapeur et le locotracteur thermique, c'est le plus dur.

Nous voici arrivés à la fin d'une belle après-midi. Les nuages gris commencent néanmoins à s'accrocher aux reliefs du massif de Belledonne. Le vent se lève, l'orage n'est pas loin. Il est temps de ranger le matériel pour le mettre à l'abri. L'année prochaine une autre rencontre inter club sera organisée à Pontcharra. Les prochains mercredis seront employés à terminer l'extension du circuit, et des circulations seront proposées au public tous les derniers samedi du mois, jusqu'en octobre, avant de reprendre, en mars prochain.

La semaine prochaine dans Aiguillages, un autre haut lieu du patrimoine et de la machine à vapeur, nous serons à Oignies, dans le nord de la France, au Centre de la Mine et du Chemin de Fer, des réseaux exposés sur les 4 étages du bâtiment principal, un circuit en 7 pouces ¼ à l'extérieur, une locomotive à vapeur à l'échelle 1, en cours de restauration, bref un lieu à découvrir d'urgence pour ceux qui ne le connaissent pas encore.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Ecart. 5 et 7 pouces 1/4