Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le train de jardin

de Jean-Pierre Legeay

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le train de jardin de Jean-Pierre Legeay

Transcription :

Nous sommes dans la région Bordelaise ou Jean-Pierre s'est installé avec sa famille après une mutation, mais c'est un petit peu plus au nord que le virus du train a été inoculé à notre hôte.

Le train c’est une passion qui me date de quand j’étais tout gamin, parce que j’avais ma tante qui était garde barrière donc je passais beaucoup de temps avec elle, c’était sur la ligne Nantes-Pornic. On avait une ancienne barrière, il fallait fermer un côté et l’autre donc je me mettais sur la barrière et j’aidais ma tante à pousser, c’était un jeu pour moi.

Et du haut de cet observatoire Jean-Pierre regardait passer les autorails et les locomotives à vapeur parcourant cette ligne à voie unique reliant la cité balnéaire de Pornic à sa capitale régionale. Egalement passionné de généalogie Jean-Pierre a dessiné l'arbre de sa famille, et a eu l'heureuse surprise de découvrir l'existence d'un arrière-grand-oncle qui non seulement était chef mécanicien au dépôt d'Orléans de la célèbre compagnie du Paris-Orléans, mais assez passionné par son métier pour avoir construit intégralement un modèle réduit de locomotive à vapeur pour laquelle il reçut une médaille à l'Exposition Universelle de 1900. Le rêve de Jean-Pierre serait que ses recherches généalogiques le conduisent à retrouver les descendants de ce membre de la famille et pourquoi pas, la locomotive elle-même. Pour le reste, le modélisme est arrivé dans la vie de Jean-Pierre de façon relativement classique.

Mon père m’avait acheté un train quand j’étais gamin, je l’ai toujours, et le modélisme ça m’a pris dans les années 80, donc j’avais commencé à faire un réseau, j’habitais dans ce temps-là à Cherbourg, j’avais commencé un réseau et quand je suis revenu sur la région nantaise, j’ai continué et j’ai créé un club de modélistes à la montagne, le Rail Modélisme Montagnard.

La Montagne qui est une commune de Loire Atlantique également, où Jean-Pierre pratiquait le football d'abord en tant que joueur puis comme entraineur et dirigeant. C'est en parlant un jour au président du club sportif auquel il appartenait à l'époque, et en lui montrant ce qu'il faisait en tant que modéliste, que l'idée d'organiser une exposition dans la commune germa. Elle eut un tel succès, qu'un club de modélisme ferroviaire fut créé dans la foulée. Le Rail Modélisme Montagnard qui est toujours actif de nos jours, alors que Jean-Pierre a dû quitter la région pour des raisons professionnelles.

En 98, j’ai été muté à Bordeaux, j’ai continué à faire ma passion dans une pièce de la maison et en 2006 j’ai fait une coupure, j’ai dit « soit je passe en numérique en Ho, soit je fais du train de jardin » et comme ma femme m’avait acheté mon premier coffret train de jardin, j’ai tout revendu mon Ho et je me suis mis dans le jardin.

Méfiez-vous mesdames, une fois que les premières graines sont plantées, des rails peuvent très vite pousser dans un jardin. Jean-Pierre a tout de même pris la précaution que son réseau n'envahisse pas tout le terrain autour de sa maison, mais c'est sans plan et sans thème particulier que notre modéliste s'est lancé, aidé par les autres membres de sa famille. Les choses se sont petit à petit affinées.

Au début je n’avais pas trop de thème, c’est le matériel qu’on trouvait dans le commerce en train de jardin, donc LGB, et au niveau circuit j’ai commencé à poser mes voies sur la terrasse, sur les allées, et petit à petit je me suis dit que j’allais faire un truc et ça s’est fait comme ça, j’ai fait l’extérieur au départ, et après l’intérieur.
- Ça s’est fait sans plan, finalement ?
- Oui, sans plan, tout dans la tête, au départ je pose mes voies et après je mets les cales à la hauteur et c’est comme ça.

Un thème s'est peu à peu imposé à Jean-Pierre, au fur et à mesure de ses acquisitions de matériel roulant. Celui des Chemins de fer Départementaux Français. Du coup, notre modéliste ne se contente pas de faire l'acquisition de matériel du commerce, il achète beaucoup d'occasions auxquels il fait subir de nombreuses transformations. Les matériels d'origine deviennent ainsi méconnaissables après avoir été retravaillés pour être francisés.

On voit une Mallet du Vivarais, une 251 de Fives-Lille qui a fait Lozère, la guerre de 14, le Chemin de Fer Meusien et qui a fini Vivarais. Autrement, beaucoup d’autorails Billard, les Chemins de Fer du Vivarais, le double des Chemin de Fer de Provence, c’est diversifié mais toujours dans le thème « chemins de fer départementaux ».

Le gros souci des trains de jardin, c'est le captage du courant, il faut passer beaucoup de temps à nettoyer les voies. Pour améliorer les choses, une autre modification que Jean-Pierre fait subir à ses modèles est l'ajout de frotteurs qui captent l'électricité en plus des roues pour que la prise de courant se fasse dans de meilleures conditions.

La gare de Chanteloup est installée devant la terrasse de la maison. C'est là que les premiers rails du réseau avaient été posées. Les trains la quittent pour se diriger vers le village, puis le tunnel du Prunier, avant de rejoindre la gare de Villefranche puis le plan d'eau traversé sur un pont métallique. Ils longent ensuite la maison pour en faire le tour par l'un des côtés, là ou Jean-Pierre a installé un petit atelier et ou le remisage du matériel roulant peut se faire. A l'intérieur de ce premier circuit, une extension a été construite. Elle permet de varier les plaisirs en faisant parcourir aux convois des itinéraires différents. A l'origine, les trains circulaient sur le réseau grâce à une batterie embarquée, et étaient radiocommandés. Après avoir découvert le système numérique, Jean-Pierre l'a adopté pour son circuit. D'autres transformations seront sans doute à venir. Dans un premier temps, Jean-Pierre veut terminer son dépôt, mais il ne doute pas que son imagination lui dictera de nouvelles idées et pourquoi pas de futures extensions ?


Si vous voulez suivre l'actualité du réseau de Jean-Pierre, et même découvrir certaines étapes de sa construction, vous pouvez vous rendre sur le site qu'il anime avec sa femme Patricia et ses fils Corentin et Morgan, traindejardin-p231.fr

La semaine prochaine comme chaque dernier vendredi du mois, c'est un sujet patrimoine et train touristique que je vous proposerais, nous emprunterons le Train Jaune entre Villefranche de Conflent et la gare internationale de Latour de Carol et nous rencontrerons Paul, l'un des nombreux passionnés de cette ligne.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Réseau privé