Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le Petit Chemin de Fer

des Ribières

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Petit Chemin de Fer des Ribières

Transcription :

En plein cœur du parc régional Périgord-Limousin, à Bussière-Galant, circule le petit train des Ribières. L'association Traction Ferroviaire et Modélisme qui l'exploite a fêté les 20 ans de son circuit cet été, et organise cet automne le week-end des 11 et 12 novembre, une exposition de modélisme ferroviaire. Je vous raconte tout ça aujourd'hui.
Bonjour et bienvenue dans Aiguillages !

Bussière-Galant est une petite commune qui se trouve aux confins du Limousin et du Périgord, à une 60 aine de km au Sud-Ouest de Limoges. Il y a 20 ans ici, sur ce terrain qui se trouve à mi-chemin entre le bourg et la gare, il n'y avait rien ! Ou plutôt si, des ronces, des orties et des serpents. Loin d'être rebutés par l'ampleur de la tâche, 3 amis, passionnés de chemins de fer, ont proposé à la municipalité de l'époque d'y installer un circuit de trains de jardin à l'écartement de 5 et 7 pouces ¼, pour venir compléter les activités disponibles sur la base de loisirs des Ribières. 20 ans plus tard, celle-ci est devenue l'espace Hermeline, mais le petit train est toujours là et a conservé son nom de Petit Chemin de Fer des Ribières. Jean Dumias que nous avions rencontré dans un ancien numéro d'Aiguillages consacré à l'une des expositions organisées par Asstrafer et qui était aussi apparu dans l'un des tous premiers numéros d'Aiguillages qui avait été consacré au chemin de fer des Ribières au cours de la saison 2, est depuis décédé, mais Jean Granger et Patrick Hémard étaient au rendez-vous pour ce 20ème anniversaire. Ils sont à eux trois, ceux qui ont porté le projet à ses tout débuts. Mais c'est toujours avec la même émotion qu'ils en parlent.

Moi j’ai toujours rêvé de trains, même quand j’étais gamin, le père du mien c’était pareil et la première fois qu’on a roulé ici sur le train, on s’est pris par le bras tous les deux, on a pleuré comme des gamins. On réalisait notre rêve d’enfant ! Et là maintenant, bon je suis à la fin de mes jours moi, mais je suis content de voir que ça continue à bien marcher et que ça va s’agrandir.

Et oui, car loin de vouloir s'arrêter en si bon chemin, le circuit du Petit Chemin de Fer des Ribières va voir la longueur de son parcours pratiquement multiplié par deux.

On va passer de 550 mètres à 900 et quelques mètres, je trouve que c’est super. On a une équipe aussi, on a recruté des gens de la Dordogne, aussi quelques Limousins qui nous font un travail parfait et qui sont des mordus aussi, peut-être encore plus mordus que nous.

C'est dire, et pourtant de la passion et de la volonté il en fallait, car comme Jean Dumias aimait à le rappeler, lui dont le métier était boulanger et qui n'avait jamais tenu un fer à souder de sa vie, il s'est retrouvé à souder les 2500 traverses du circuit d'origine, quant à Jean Granger, il s'est retrouvé promus ingénieur des ponts et chaussées.

J’ai fait le nivellement des plateaux de voies avec des perches et j’avais un cousin dans les travaux publics qui est venu faire le nivellement qui m’a dit « tu ne t’es pas trompé, c’est exact ! », à ma grande surprise d’ailleurs ! Mais enfin bon, c’est tout un tas de souvenirs … Jean Dumias commence à souder les rails là juste au-dessus au mois de Janvier, et au mois de Juillet on tournait, il a quand même soudé 2100 mètres de rails sur des traverses métalliques. Ça, c’était pas mon boulot du tout.

Auriez-vous deviné tout seul quel est le rapport entre le Petit Chemin de Fer des Ribières et l'aquariophilie ? Probablement pas, ou alors c'est que vous avez vécu ses 30 dernières années à Bussière-Galant. En fait, on peut presque dire que le second est indirectement né de la première.

On avait organisé une exposition, tous les ans, d’un thème différent, et une année on avait un thème sur l’aquariophilie tout simplement et on cherchait des gens qui avait du matériel ou des objets en rapport avec la mer, et on a découvert un jeune retraité qui arrivait de Normandie, Jean Granger, qui nous a donné des objets et nous a dit « moi j’ai un thème pour l’année prochaine : les petits trains ! », donc on a organisé une première exposition de modélisme ferroviaire à Bussière-Galant dans une salle de fête de 100 mètre carrés, on a fait 2000 visiteurs dans le week-end. Donc on s’est rendus compte quand même que ça plaisait énormément et on a développé ça, on a fait un premier salon de modélisme ferroviaire en 1994, Jean Granger, Jean Dumias et moi-même, toujours au comité des fêtes, et de là en 1995 on a créé Asstrafer avec le développement de ce réseau, avec l’aide de la commune de Bussière-Galant, on a créé ce réseau qui en 1997 tournait réellement, c’est pour ça que cette année, ce sont les 20 ans.

Rétrospectivement, Jean Granger se dit que quand même, les trois amis s'étaient lancés dans une sacrée aventure.

On avait confiance, mais je vous garantis que quand on a présenté le projet à la mairie au départ, avec Patou, Hémard et puis Jean Dumias, on a dit « on se lance dans un truc, là … », moi j’ai dit « ça doit marcher » parce que je connaissais le chemin de fer de M. Delbauche en Normandie, je savais que ça devait marcher et grâce à la municipalité, grâce au concours de beaucoup de bénévoles, on tourne !

Quant à vivre une journée de 20ème anniversaire comme celle-ci, Jean Granger est forcément ravi.

C’est formidable ! Il n’y a pas d’autre mot, c’est formidable. Je suis content.

Au fil des années l'équipe de bénévoles s'est étoffée. Jean-René Malivert est à l'origine, un passionné de Train Américain du XIXème siècle, sa tenue en témoigne, et du coup, il se traine une réputation assez injustifiée d'écraseur d'indiens.

Cette réputation, je la tiens d’un ami californien de Sacramento, c’est lui qui m’approvisionne en chemins de fer américains du XIXème siècle et la tenue que j’ai, c’était une tenue de mécanicien de locomotive à vapeur autour de 1870-1880. Ici, comme j’ai fait un réseau d’amateur avec des indiens, des cow-boys, des dames en crinoline, ils ont commencé à me surnommer « l’écraseur d’indien » et ça m’est resté. J’ai également un autre surnom du fait que mon appartenance des chemins de fer américains et que je m’appelle Jean-René, il y en a beaucoup qui m’ont surnommé « J.R, l’abominable J.R ! ».

Jean-Réné Malivert qui s'investit également au sein de l'association Train à vapeur en Limousin qui exploite un train historique et circule sur les lignes du réseau ferré régional, comme on avait pu le voir lors de notre visite au salon de Bugeat, et qui pratique le modélisme ferroviaire. Sa passion pour le train américain lui vient d'un souvenir de cinéphile.

J’aime le chemin de fer, je me sens vivre quand je suis dans un chemin de fer quel qu’il soit pourvu qu’il y ait des roues en fer sur des rails en fer. Mes préférences vont à la vapeur et au thermique. Comme on dit, les suceurs de kilowatts, ça m’intéresse moins, les électriciens. Mais j’ai toujours aimé le chemin de fer, c’est probablement de l’atavisme, j’avais mon grand-père qui était au chemin de fer d’Orléans au service vapeur, et il ne jurait que par ses locomotives. Alors moi, quand je trouve le moyen de faire du chemin de fer miniature ou moins miniature, c’est-à-dire que je puisse le piloter, ou du chemin de fer réel, je me sens heureux. Les origines du train américain ça remonte assez loin, en 1940 ou 1941, j’avais vu un film qui s’intitulait « Pacific Express » : des ponts qui brûlaient, des indiens qui couraient derrière des trains, les hors-la-loi qui courraient sur le toit des trains, j’avais été impressionné. Mon grand-père m’avait dit « c’est pas du vrai chemin de fer, ça. » par la suite avec l’évolution j’ai trouvé que le chemin de fer américain avait quelque chose de particulier parce qu’il avait de la couleur. Nous, à la SNCF, c’était du noir ou du vert, là-bas c’était du orange, du mauve, du rose, ça m’a attiré. Il y a plusieurs dizaines d’années, j’ai des amis californiens dont le mari de la petite dame travaillait à la Southern Pacific lines alors quand ils ont commencé à venir en France, ils y venaient tous les ans, ils rapportaient des casquettes, ils rapportaient du matériel roulant, tout ce qui avait trait au chemin de fer et aux chemins de fer qui va de la rive droite du Mississipi à la Coast Range, mon chemin de fer que j’avais vu dans ce film de cow-boys !

Un chemin de fer que Jean-René n'aura jamais vu qu'en film ou rêvé au travers du réseau qu'il s'est construit. Car pour se rendre sur place, il faut prendre l'avion, et là, les choses se compliquent.

Je ne vais pas sur place parce que j’ai une peur panique en avion, autrement il y a longtemps que j’aurais franchi l’Atlantique et que je me serai retrouvé sur la côte Pacifique. Mais j’ai une peur panique en avion alors depuis 80 ans je rêve !

Bien parti sur sa lancée et pas décidé à s'arrêter en si bon chemin, le Petit Chemin de Fer des Ribières va grandir. Son circuit va être prolongé et doté de nouveaux équipements, notamment pour faciliter la venue sur le site d'autres amateurs de vapeur vive ou propriétaires de locomotives en 5 pouces ou 7 pouces ¼.

On a un club qui fonctionne bien, on a une équipe de bénévole très très active, ici on est au cœur du parc Périgord-Limousin, donc on a des gens du Limousin et beaucoup de Périgourdins également qui viennent nous voir. Là ils travaillent beaucoup, ils sont en train de construire une nouvelle machine à vapeur et on ce projet sur l’hiver prochain, pour que ce soit prêt la saison prochaine, on va agrandir notre réseau avec l’aide de la municipalité, on va agrandir de 400 mètres linéaire de voies, donc qui va nous développer un réseau en voie principalement de presque 1 kilomètre, donc quand on va faire deux tours ça fera quand même 2 km de voie, on va réaliser une bretelle d’accès pour décharger le matériel parce que beaucoup de gens nous disent qu’ils ne peuvent pas venir avec leur matériel parce que le déchargement n’est pas évident, ce que je comprends, donc il va y avoir l’année prochaine, rassurez-vous messieurs, une bretelle avec un système pour décharger vos machines de vos voitures, de vos camions, de vos remorques. La signalisation est en train d’être refaite, donc on va avoir une nouvelle signalisation et puis voilà déjà une grosse partie des projets, beaucoup de travail pour l’année prochaine.

Mais Asstrafer c'est aussi le modélisme classique et tous les trois ans, l'association organise un salon régional du modélisme ferroviaire.

Les 11 et 12 novembre prochains, donc 2017, ce sera le 9ème salon à la salle polyvalente de Bussière-Galant, on a 500 m² de couverts, il y aura une grosse dizaine de réseaux, pour la plupart inédits dans la région, des réseaux qui ne sont jamais venus chez nous qui arrivent de la région de Cholet, de la Normandie, du Puy-de-Dôme, de Gironde, de l’Indre, donc on va présenter un très beau plateau, de très beaux réseaux, toujours un très bon niveau de modélisme puisque c’est notre credo de toujours présenter de très beaux réseaux et donc les 11 et 12 novembre prochains ce sera toujours dans ce sens avec un beau salon qui s’annonce.

Le 20ème anniversaire du Petit Chemin de Fer des Ribières aura du coup été célébré dignement. Cette journée aura été très ensoleillée, le public était au rendez-vous, ainsi que des collectionneurs de voitures anciennes venus prendre part à la fête. Pour préparer son agrandissement le circuit s'est d’ores et déjà doté de nouvelles voies de garage ou le matériel roulant peut stationner à l'abri. 4 machines à vapeur et une électrique ont tournées pour cette journée, deux autres en construction étaient présentées au public. Maintenant que la saison est terminée, on a hâte de voir ce à quoi ressemblera le circuit après son agrandissement et une fois doté de ses nouveaux équipements et de sa nouvelle signalisation. L'occasion pour beaucoup d'amateurs qui ne le pouvaient ces dernières années, de venir faire rouler leur matériel et pour Aiguillages de vous présenter de nouvelles images de ce circuit.

Asstrafer qui s'est donné comme but de promouvoir le modélisme ferroviaire, au travers de l'exploitation du Petit Chemin de Fer de Ribières, mais également de l'organisation d'expositions, comme celle qui se tiendra ce week-end des 11 et 12 novembre. Ce sera le 9ème salon régional de modélisme ferroviaire en limousin, et il se tiendra à la salle polyvalente de Bussière-Galant

La semaine prochaine dans Aiguillages, le rassemblement des modules juniors, doublé du salon Rail Océan, une exposition 100% train. Deux événements qui se sont déroulés simultanément, à la fin du mois d'octobre à Nantes. Je vous en ferai un petit compte rendu.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Ecart. 5 et 7 pouces 1/4