Le P'tit Train de l'Est L'exposition 2020
  • Actuellement 490 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 70 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 214 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Le P'tit Train de l'Est

L'exposition 2020

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le P'tit Train de l'Est L'exposition 2020

Transcription :

Le ptit train de l'Est est une association affiliée à l'UAICF, c'est ce qui lui permet de faire parti de ses rares clubs de modélisme ferroviaire a avoir encore ses locaux dans une gare. Ses réunions de travail sont donc bercées au rythme du passage des TER, trains de Fret et autres I.C.E circulant entre Paris et Franckfort, pour le plus grand plaisir de ses adhérents.

Tous les deux ans, Le P'tit Train de l'Est investit les sous-sols de la mairie de Forbach ou se trouve la salle des fêtes de la ville, pour proposer une exposition de modélisme ferroviaire bien sur, mais pas seulement.

On essaye d’être assez diversifiéq quant aux échelles quand aux thèmes des réseaux et puis quand au thème de l’exposition en général. Cette année on a réussi à avoir des camions radiocommandés

Les clubs exposants venaient de la région et d'un peu au delà, de la Meuse, du Luxembourg et de Belgique. L'Alaf, l'Association Liégeoise des Amateurs de Chemins de Fer était notamment présente, des relations d'amitié ayant été nouées poignée de modélistes réunie autour de Vincent dans le but de créer un réseau fixe. Depuis un second réseau, modulaire celui-ci a également été construit pour permettre au club de se rendre dans des expositions. L'association compte 35 membres, parmi lesquels pas mal de jeunes que Vincent se réjouit d'avoir réussi à capter, mais aussi à garder. A une époque ou beaucoup de clubs se plaignent de ne pas y parvenir, j'ai demandé à Vincent de nous livrer son secret.

La recette principale c’est d’être dans le mouvement des jeunes. Il faut être avec les jeunes, il faut les comprendre. C’est des fois pas facile, mais ça marche. C’est les motiver par divers projets, divers plans. On leur propose des sorties à thèmes ferroviaire. Nous allons voir une gare, un dépôt, on leur propose des grandes manifestations en Allemagne ou nous allons ensemble en train, donc ça les motive, et ça leur permet d’assouvir leur passion à eux aussi.

Les jeunes du club, on va aller en voir quelques-uns à commencer par Thibaud.

Au sein de ce club je ne vais pas dire que je suis spécialiste pour faire tout ce qui est la reproduction du matériel qui n’a pas été sorti encore, mais j’aime bien faire des engins qui n’ont pas encore été reproduits en miniatures. J’ai pas mal de matériels de l'Infra, donc là j’ai un WSGI, c'est un wagon de grande intervention, c'est un train qui va intervenir quand il y aura des déraillements, des choses comme ça. Au-dessus j’ai un train désherbeur, donc c’est celui qui sera chargé de vadrouiller sur le réseau SNCF et d'enlever le plus de mauvaises herbes possible. Ensuite, un modèle qui n'a pas encore été reproduit en HO. C'est une 20200, c'est une locomotive qui était apte France Suisse et Allemagne. C'est un kit que j'ai fais sur la base du 25500 Pico.

Parmi les matériels roulants créés ou améliorés par Thibaud, on reconnaitra la célèbre grue cockerill de 85 tonnes de chez Jouef, qui n'a pas été modifiée en temps que tel, mais dont les wagons livrés dans le coffret on été super-détaillés et complétés par un wagon atelier et une voiture de cantonnement. Un autre des jeunes du club Kévin est conducteur de train, il présentait à l'exposition de Forbach le deuxième réseau qu'il vient de finir de construire. Après une première expérience en HO, il a changé d'échelle pour la création de cette nouvelle maquette.

Je suis passé N il y a un an et demi et j’ai créé une reproduction de la ligne 1 entre Paris et Strasbourg, plus précisément entre Lutzelbourg et Saverne. C'est là que j'ai vu les trains passés quan j'était petit. Les premiers trains que j'ai vu c’était à ce moment-là et donc c'est au point kilométrique 452. J’ai utilisé l'expérience de mon réseau d'avant, mon expérience de modéliste aussi, puisque ça fait 10 ans que je fais du train et donc je suis resté sur une base très simple en bois pour le module en lui-même. J’ai prévu beaucoup de place en-dessous pour les câblages, les cartes électroniques, les transfos ... J’ai tout fait en plaques de polystyrène. Un coup d'enduit par dessus pour tout rendre lisse et obtenir le résultat comme j’avais envie. Ensuite peinture, flocage, arbres et après les petites méthodes comme par exemple le papier à poncer pour imiter la route. Il y a beaucoup d’arbres au niveau des sapins, il y en a presque 400 et les arbres normaux, pas loin de 300, plantés un par un! Ce que j’aime bien dans ce lieu là, bon, ben maintenant il y a une piste cyclable. Ce cadre est vraiment très beau. La vallée des éclusiers qui est entre l'Alsace et la Lorraine est vraiment très belle. Mon grand-père qui était cheminot habitait à quelques kilomètres. C'est la route qu'on prenait pour aller manger au restaurant. On faisait exprès le détour pour voir les trains passer quand j'étais petiot. Je suis devenu conducteur ça fait presque 7 ans maintenant. C'est ce qui a déclenché la passion.

Kévin qui pratiquait jusque là le HO, est passé au N, ce qui lui a permis de représenter cette portion de ligne sur un module d'une taille qui reste raisonnable.

À la base j’ai toujours préféré Le HO. Je me suis lancé dans N par pur hasard en achetant un lot. Je me suis dis, si un jour je fais une bonne affaire et bien je me lance. Et je me suis dit bah quoi de mieux que cette ligne que j’apprécie particulièrement. Et maintenant j'ai un réseau en N que je peux emporter partout. C’est différent parce que quand on a un oeil habitué à faire du HO depuis 10 ans et bien la taille des arbres, la taille des lignes sur les routes, la taille de toutes les petites choses en fait c’est complètement démesuré, parce qu’on a l'habitude d’avoir un arbre assez grand et en fin de compte, c'est beaucoup plus petit, donc beaucoup plus minutieux. On a pas l’œil habitué. Pour ça j'ai du m'y reprendre à deux fois, faire des gabarits, un arbre en gabarit pour faire les autres, pour vraiment garder la bonne échelle en tête, et puis bien sûr toujours un petit reglet pour comparer.Eet puis des photos parce que j'ai fais tout avec des photos, j'ai pris aucune mesure sur le terrain, les seules mesures que j'ai pris c’est la largeur du canal et la distance entre les deux tunnels par Google Earth. S inon je n’ai fait aucune mesure sur le terrain à part pour la route que j'ai mesuré avec une voiture. Mais c'est tout. Pour le reste, tout est fait à l'oeil.

Et pour le plaisir, Kévin a imaginé et placé sur son réseau un TIV mobile, un TIV, c'est un Tableau Indicateur de vitesse.

C’est un TIV mobile donc cette ligne est équipée d'un pas d'IPCS, c’est-à-dire qu’on peut rouler à contresens. Les installations sont prévues pour aller dans les deux sens donc. Donc cet TIV là marque la fin d'une IPCS par exemple. Mais en gros quand le TIV est présenté, ça veut dire qu’on prend une aiguille pour aller en IPCS ou pour sortir de l'IPCS. Dans ce cas là, c'est purement décoratif, pas fonctionnel mais il s’active au passage du train comment en réalité.

La section de ligne représentée sur le réseau de Kévin étant située en Alsace, c'est à droite que la circulation des trains s'effectue. Pas de réseau sur le stand du voisin de kévin, qui s'affairait à la construction de maisons alsaciennes.

Ça fait déjà depuis 3/4 ans que je suis tombé amoureux des maisons alsaciennes. J’en construis avec des vieux calendriers. C’est simple comme tout. Je le découpe et puis je les peints et une fois que la peinture est bien sèche je colle du papier blanc, et puis après je mets des colombages. Je les fabrique pour moi, pour mon réseau, car j’ai un réseau qui fait 8,70 m de long qui va être entièrement décoré en style alsacien

Le Chemin de Fer Nouvionais avait fait le déplacement avec un réseau que je vous avais présenté il y a quelques temps déjà dans Aiguillages. L'occasion toute trouvée de prendre des nouvelles de cette association.

On vient de faire nos dernières portes ouvertes on a eu un succès fou. Il y avait longtemps qu'on avait pas eu du monde comme ça. Les gens apprécient et puis on continue sur la recherche du patrimoine. Finalement on va ouvrir une section patrimoine pour parler un peu du triage de Lumes. Et de son dépôt. C'était quand même un sacré établissement cheminot depuis la compagnie des Ardennes, la Compagnie de l'Est, et la SNCF ça a été quelque chose d’important dans la région. C’était le plus grand dépôt le plus grand triage, sur 8 km de long, il y avait 44 trains par jour qui rentraient et qui sortaient, c’était important donc ça mérite qu’on se repenche un petit peu dessus. Et puis aussi, sur le vieillissement de la population cheminote. Des vieux cheminots il n'y en a plus beaucoup, les anciens disparaissent petit à petit et toute la mémoire va s'en aller comme ça. Il est grand temps qu'on s’occupe de ça !

Autre difficulté à laquelle Daniel Robinet et son équipe ont à faire face, c'est la dissémination des cheminots retraités un peu de partout sur le territoire. Si ceux-ci vivaient sur place durant leur carrière dans des cités cheminotes, arrivés à la retraite ils leurs fallait en effet quitter leur logement de fonction.

L'histoire et le patrimoine, ce sont aussi les principaux sujets d'intérêt du Musée des Cheminots Lorrains installé à Retel, que je vous ai également présenté dans Aiguillages. Son actualité, c'est une exposition qui vient de se terminer et la parution d'un livre.

Nous avons la maquette du train de la cour impériale de Guillaume II. En fait les derniers jours ce sont les 20 et 21 mars, après elle rejoindra son propriétaire en Allemagne. Cette maquette on l'a eu pendant quelques mois, elle était dans la vitrine à la gare de Metz. Nous l'avons exposée déjà une première fois au musée, la seconde fois là, et puis voici nos supports écrits. Laurent Courtage, le président du musée Lorrain des cheminots a également écrit un livre sur Montigny les Metz et Basse Yutz du début jusqu’à la fin, avec l’espoir que Montigny les Metz revive puisque la région Grand Est a indiqué qu’elle allait faire des travaux. On en a vendu quand même par souscription, d’autres à Talanges ou il y avait une exposition de modélisme. Laurent a un autre projet déjà sur l’édition d’un autre livre, ce sera sur la ligne de Thionville-Bouzonnville, donc il est en train de travailler doucement dessus.

Un projet, dont je vous tiendrais au courant de l'avancée dans Aiguillages. En attendant, je vais finir cette visite de l'exposition du club de Forbach en rencontrant les membres de l'Alemf qui exploitent un train touristique à Vigy, près de Metz, mais qui à l'origine, est une association de modélisme ferroviaire

L’Alemf à l'originne c’était une association de modélisme qui avait été créée en 1966 en gare d’Hagondange et la sauvegarde de matériel réel est arrivée vers 1975 et une première exploitation d'un chemin de fer touristique dans les Vosges qui s’appelait le chemin de fer touristique de la vallée du Rabodeau à Senones et qui est venu à Vigy en 1985. Il s’est appelé le Chemin de fer touristique de la vallée de la Canner.

A Forbach les modélistes de l'Alemf présentaient un module dépôt qu'ils ont récupéré chez un particulier, remis au goût du jour et complété par de nouveaux modules.
Les membres du Ptit Train de l'Est se réunissent autour de leur réseau fixe le vendredi soir dans leurs locaux situés sur la voie 1 de la gare de Forbach, à partir de 19h30. Si leurs activités vous intéressent vous trouverez quelques informations complémentaires et contacts sur leur page Facebook. La prochaine édition de leur exposition se tiendra en mars 2022.












Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie :