Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Mini-Europe Bruxelles

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Mini-Europe Bruxelles

Transcription :

Mini-Europe est située aux pieds de l'Atomium, un monument qui est à Bruxelles et à la Belgique, ce que la Tour Eiffel est à Paris et à la France. Les deux édifices ont d'ailleurs été construits à l'occasion d'une exposition universelle. Pour l'Atomium, celle de 1958. Comme la Tour Eiffel, il devait être démonté à la fin de l'exposition, mais fut finalement transformé en lieu d'exposition, abrite un restaurant, et offre l'un des plus beaux panoramas sur Bruxelles et ses 19 communes.

Au pied de l'Atomium, Mini-Europe, un parc dédié à la miniature ouvert en 1989. A l'époque 12 pays et 60 sites étaient représentés. Aujourd'hui ce sont 28 pays qui sont évoqués au travers de 350 maquettes. Les monuments ont été sélectionnés par des historiens de l'art pour leur importance socioculturelle, ou architecturale, ou encore parce qu’ils étaient le symbole d'une caractéristique Europénne. Il a fallut ensuite collecter les plans, réaliser des milliers de photos , et se lancer dans la construction des modèles réduits. La plupart des bâtiments ont fait l'objet d'un moule dans lequel a été coulé une résine, l'époxy ou du polyester. Un procédé qui a le mérite de permettre une reproduction très précise des détails des monuments, mais qui a l'inconvénient d'être très long. Parmi les 55 ateliers sélectionnés dans une petite dizaine de pays européen pour réaliser le travail, celui de Michel Ovart a proposé une méthode de construction alternative. Pas de moule, les monuments sont taillés dans la pierre. Avantage du procédé, sa très grande résistance aux intempéries. Alors que toutes les autres maquettes du parc doivent être repeintes tous les 4/5 ans, les bâtiments construits par Michel n'ont pratiquement pas bougé 25 ans après leurs constructions. L'une des pièces maîtresses du parc, est la tour de Pise. C'est auprès d'elle que le prince Philippe devenu entre temps roi de Belgique a officiellement inauguré le parc. C'est elle que l'on voit aussi en premier lieu sur toutes les brochures servant à faire la promotion de Mini-Europe. Une construction qui a demandé de nombreuses heures de travail, et qui s'est révélée ne pas être si simple que ça.

La complication c'est que tout est courbe, ici. Donc les voûtes sont aussi courbes. C'est très compliqué à faire, on a mis au point tout un système pour pouvoir réaliser ses pierres-là sur des petites machines que nous avons créées aussi. On a créé une vingtaine de machines pour faire les maquettes. Chaque machine est spécialisée : une pour faire les colonnes, l'autre pour couper, l'autre pour fraiser, etc. Il a fallu 28 mois de travail, un homme si on veut, pour réaliser toutes les petites colonnes, toutes les pierres ...

Pour se rapprocher au plus près des originaux, c'est autant que possible le même matériau que celui qui a servi à bâtir l'original, qui a été repris pour sa maquette.

Celle-ci c'est du marbre, parce que la Tour de Pise est en marbre. Chenonceau est en pierre de France et ardoise naturelle. La citadelle de Dinan, qui est un peu plus loin, est en calcaire de Vinalmont parce que c'est une pierre grise, on ne pouvait pas employer d'anciennes pierres de Dinan, la carrière est fermée, donc on emploie la pierre de Vinalmont qui ressemble, en couleur. Ce qui compte, c'est de trouver la couleur qui convient pour le marbre ou pour la pierre.

La tour de Pise comme les autres maquettes construites par Michel ont fêté leur 25 ans.

Maintenant elles ont 25 ans, vous avez la situation de la maquette 25 ans après, qui est impeccable. Cette maquette-là par exemple, tous les 5 ans il faut les repeindre. Ici, on n'y touche pas, il faut simplement la nettoyer un peu, c'est tout. Vous avez les balustres qui sont en bronze, vous avez les cloches qui sont également en bronze, qui ont été tournée. Nous avons même fait un escalier qui va du haut et qui descend ici, et qui ne se voit pas, malheureusement !

Pour pousser la recherche du réalisme à son paroxysme, les losanges qui se trouvent en bas de la tour sont constitués de 60 pièces chacun. Et la tour compte 30 losanges. Vous pouvez vous amuser à calculer le nombre de pièces qui ont été utilisées pour confectionner ces losanges. A moins que vous ne préfériez répondre à cette autre question. Entre un kilo de plomb et un kilo de plume quel est celui qui tombe le plus vite ?

Ça, c'est l'expérience de Galilée. Donc à l'époque, on le retient de chaque côté, et évidemment il n'y a pas de problème puisque ça tombe en dehors de la tour, vu qu'elle est penchée. Donc vous avez l'expérience de Galilée avec un kilo de plomb et un kilo de plume.

Parmi les 350 monuments reproduits à Mini-Europe, Michel en a fabriqué 3. La Tour de Pise, mais aussi, la citadelle de Dinant qui surplombe la ville, sur la rive droite de la Meuse et à laquelle il est possible d'accéder entre autres moyens en empruntant le téléphérique dont le départ se fait tout près de la collégiale. Un citadelle qui fut construite au XIXème siècle entre 1818 et 1821 à la place d'un château fort qui occupait ce lieu stratégique dominant la Meuse de 100 mètres. Hasard de la géographie de Mini-Europe, La Citadelle de Dinant, se trouve juste à côté d'un grand aéroport international, qui met en valeur l'industrie aéronautique Européenne, au travers de la reproduction d'Airbus A310 et A320.

Autre monument Français celui-ci, reproduit par Michel Ovart au 1/25ème, le château de Chenonceau, à l'architecture si particulière, car enjambant le Cher. C'est justement cette particularité qui a causée quelques soucis à la maquette. Ayant les pieds dans l'eau, certains hivers particulièrement rudes, celle-ci à gelée, ce qui a provoqué l'éclatement de quelques morceaux du château. Des dommages que Michel devrait très prochainement réparer. Autres monuments Français on peut trouver à Mini Europe, la Tour Eiffel bien sur. Toujours aussi imposante, car à l'échelle 1/25ème elle mesure tout de même 13 mètres de haut, soit l'équivalent de 3 étages. Le centre Beaubourg, l'arc de Triomphe, Montmartre, et le TGV … Voilà qui nous ramène aux trains. Et qui nous rappelle que l'Europe, ce sont aussi 25000 km de lignes à grande vitesse. Un TGV qui se doit d'être endurant à Mini Europe. Il parcourt pas moins de 60 km par jour. A un tel rythme, ses roues doivent être changées toutes les 3 semaines, les rails tous les 4 mois, et les moteurs, une fois par an. Bien sollicités également, les Eurostars qui traversent la manche et conduisent leurs passagers aux pieds de Big Ben.

D'autres trains ont une vie plus paisibles. Comme ceux qui manœuvrent inlassablement dans ce grand port industriel.

Si vous n'avez pas encore d'idées pour vos prochaines vacances, venez faire un petit tour à Mini-Europe, vous y trouverez certainement l'inspiration.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Train de jardin