Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le réseau "Electrique

du CRIIm

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le réseau "Electrique du CRIIm

Transcription :

Etagnières, c'est une commune du canton de Vaud, à l'intérieur des terres si l'on peut dire, car on y arrive en tournant le dos au Lac Léman sur une 15aine de kilomètres au départ de Lausanne. Le CR IIM se trouve à une centaine de mètres de la gare de la commune. Il occupe le grand sous-sol d'un bâtiment qui a été divisé en plusieurs parties. Nous avons visité dans un précédent numéro d'Aiguillages, celle dévolue au Oval réservé aux circulations en Vapeur Vive. Une autre partie du local est réservée à un espace de convivialité, et enfin, dans une troisième, celle par laquelle les visiteurs accèdent aux locaux du club est occupée par un grand circuit de trains de jardin. L'échelle pratiquée sur l'un et l'autre des réseaux est le 45 mm. A l'origine, le réseau dit "électrique" du CR IIM, pour le distinguer du circuit Vapeur Vive, était amené à se déplacer en exposition. Il a par conséquent été construit sur une base modulaire, mais ayant pris de l'embonpoint, les modules se font de plus en plus lourds, au fur et à mesure de l'ajout d'éléments de décors, et par manque de bras également pour le déplacer dans de bonnes conditions, ce réseau s'est petit à petit sédentarisé. Ayant fini par prendre racine dans le local, il s'est lancé telle une plante grimpante, à l'assaut de ses murs, jusqu'à rejoindre une gare située à l'étage supérieur. A ce jour, il s'agit d'un réseau point à point, exploité en aller-retour, mais bientôt la boucle sera bouclée, et grâce à une crémaillère, certains des convois pourront rejoindre la gare du haut en longeant un second mur, et redescendre dans le bas de la pièce par le circuit actuel. 3 gares sont installées sur le réseau qui est piloté depuis 4 postes de commande.

Ce poste de commande fait toute la descente/montée : on s’arrête au viaduc, ici, et puis au tunnel d’en bas. Avant on avait des téléphones, maintenant il faut réparer la centrale, mais maintenant on se donne « un train monte, et l’autre descend », comme ça il n’y a pas de problème. Simplement, depuis ici il faut surveiller les montées et descentes, si ça décroche. Là c’est la gare la plus compliquée, puisqu’on n’a pas de tableau visuel, donc il faut tout vérifier. Par exemple, cet aiguillage d’entrée ici, il fonctionne avec l’aiguillage là-bas, parce que ça ne peut pas avoir plusieurs … On ne peut venir que sur la voie 2 parce qu’on n’a mis que celle-là sous tension, parce qu’autrement il faudrait remplir des voies, des voies … Le câblage, dessous, il est tout fait pour le futur tableau, donc ce n’est plus qu’une question de branchements.

Comme il est acquis que le réseau ne sera plus déplacé, pas mal de projets de transformation ont vu le jour et sont en cours de réalisation. La gare supérieure ou nous nous trouvons sera ainsi équipée d'un TCO, un poste de contrôle quelque peu plus sophistiqué que ce qui existe aujourd'hui. Mais entre-temps, la gare sera dotée de nouvelles voies.

Dans le futur, on a deux collègues qui sont plutôt des mordus de trams, alors ils aimeraient installer depuis ici jusqu’à la gare intermédiaire là au milieu, une ligne de tram avec des cuillères (caténaires), pour que les fils ça joue … Les autres trains pourront rouler aussi, mais ce sera spécialement pour les trams, comme ça ils pourront jouer avec leurs trams. On leur prévoit deux voies ici, où ils pourront mettre 4 trams arrêtés.

Pour ajouter un peu de piquant au jeu, chaque membre de l'association qui roule sur le réseau, peut créer sa propre compagnie de Chemin de Fer.

La compagnie de train qui roule ici au club, c’est la CPN : Chemin de fer du Pays de Neuchâtel. On est dans le club du train de l’imaginaire, ce qui permet de fabriquer n’importe quelle compagnie en étant directeur, conducteur de train, chef de gare, manœuvre, tout ce que vous voulez !
- Le principe ici, c’est que chacun a sa compagnie ?
- Pas tous, il fut un temps où on avait pas mal de compagnies : on avait le 3W, c’était le vicinal de la vallée de la Venoge, c’est une rivière qui a été mise en poème par Jean-Villard Gilles, on avait même le TGV, c’était le tram du Gros-de-Vaud, le Gros-de-Vaud c’est une région pour les cultures. Moi, j’ai fabriqué la gare des Ponts-de-Martel, que j’ai fabriquée pour le centième anniversaire des Chemins de fer des montagnes du Châtelard qui font La Chaux-de-Fonds – les Ponts-de-Martel retour. J’ai fabriqué le bâtiment voyageurs, et là-dessus j’ai posé des véritables tuiles en terre il y en a 1300-1400 que j’ai posées une tuile après l’autre, la deuxième rangée j’ai coupé les premières tuiles en deux pour que ça fasse comme dans la réalité, le chevauchement entre les tuiles.

Pas de doute, Alfred est un vrai passionné, qui a débuté avec un train en Tin plate. Trouvant qu'il manquait quelque chose à son circuit constitué seulement de rails droits, courbes et d'aiguillages, il a couru chez un marchand de chaussures, pour y récupérer des boîtes, dans lesquelles il a construit sa première gare, une réalisation largement inspirée de ses observations faites sur le terrain. Dès l'âge de 6/7 ans, il passait le plus clair de son temps libre à la gare de Lausanne, en profitant pour poser toutes sortes de questions. Pas étonnant, qu'il ait fait ensuite l'essentiel de sa carrière aux chemins de fer, ou comme conducteur de tramways. Sur le réseau, sa gare alimente le réseau en compositions variées. C'est une gare terminale qui reçoit, stocke et envoie sur la maquette les différentes rames composées par les membres du club. Alfred, fait partie du petit groupe de passionnés de tram, dont parlait son collègue Eric, mais au CR IIm, il existe également des passionnés d'un autre aspect du chemin de fer particulièrement bien représenté en Suisse, les trains à crémaillère, et sous l'égide de ce petit groupe, la construction d'une section de voie à crémaillère a démarré.

C’est une future crémaillère, c’est-à-dire qu’elle va partir d’une ancienne gare qu’on avait déjà installée, on a construit une gare ici. Il y a une montée à crémaillère ici, qui va rejoindre la gare de Lucens. La locomotive est équipée d’un engrenage, celle qu’on vient de voir a encore un engrenage pour l’entraînement de la mécanique : quand elle prend la crémaillère, la mécanique tourne, aussitôt qu’elle quitte la crémaillère, elle s’arrête.

A l'heure ou se reportage a été tourné, cette portion du réseau était encore en test et la voie ne rejoignait pas encore la gare de Lucens, mais gageons que tout cela n'est qu'une question de temps. Et pour ce qui est d'avoir plein de projets encore pour continuer à développer ce réseau, vous pouvez faire confiance aux membres du Cr IIm.

La semaine prochaine dans Aiguillages, d'autres trains de jardin, mais qui eux circulent en extérieur, nous serons à Seilhac en Corrèze, ou vient d'ouvrir un nouveau parc ferroviaire, les Petits Trains de Seilhac.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Visite de club