Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le Muséo Train

de la Compagnie du Chf de Semur en Vallon

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Muséo Train de la Compagnie du Chf de Semur en Vallon

Transcription :

Semur en Vallon se trouve dans la Sarthe, à quelques kilomètres du Mans, la Compagnie du Chemin de Fer qui y circule a construit ici sa ligne de toutes pièces aucun train ne c'était jamais aventuré en ces lieux avant l'année 1972. A cette époque, une poignée de bénévoles de la commune qui venaient de terminer l'aménagement d'un plan d'eau artificiel ou l'on s'adonnait aux joies de la baignade, du pédalo ou encore de la plage décident d'offrir encore plus d'activités sur le site et installent 500 mètres de voie d'un petit train Decauville dont le matériel roulant et les voies viennent tout juste d'être récupéré chez un industriel de la région. A l'époque beaucoup de matériel est destiné à partir à la casse et l'association décide de se lancer dans la sauvegarde d'une partie du matériel en voie de 60 cm qui un peu de partout en France commence à disparaître dans les années 80. En 1988 le plan d'eau, subissant la concurrence de très nombreuses bases de loisirs crées dans la Sarthe dans la foulée de celui de Semur en Vallon, est cédé à la commune qui décide d'arrêter toute activité autre que la promenade et la pêche.

On l’a quand même tenu pendant 20 ans, 1968 l’inauguration, on l’a donné à la commune de Semur en Vallon en 1988, donc on a tenu 20 ans le point d’eau avec la vedette, les pédalos, etc. Toute cette époque-là, au niveau chemin de fer, ça allait bon an, mal an, et à partir de 88, c’est là où ça a commencé à moins bien aller, et fin des années 90 on s’est dit « il faut qu’on structure ». Alors comment structure-t-on ? Déjà, le site de la gare : c’était moche à l’époque, les orties, les épines, c’était pas terrible. Donc peut-être qu’il faut faire un projet d’art, un bâtiment voyageur, celui qui est derrière nous, des quais, plusieurs voies qu’on voit dans les petites gares d’autrefois, des marquises qu’on a faites par la suite, un château d’eau, un bâtiment d’accueil, une halle marchandise … on a fait un espèce de « projet gare », site de la gare, place de la gare, qui est en train de se finir aujourd’hui. L’idée étant, patrimonialement, de faire revivre une petite gare d’autrefois.

L'ambition de l'association est d'ailleurs maintenant de faire vivre à ses visiteurs « l'atmosphère des trains des années 1920 dans la vie des années 2020 ». La voie est à l'écartement de 60 cm, elle est dite « Decauville » du nom du créateur de la société qui a son apogée en construisait 100 km par mois, ainsi que 1500 wagons, des locotracteurs, des locomotives à vapeur, des trains miniers, des autorails, et même des voitures de métro pour la RATP.


Pour le matériel roulant, très rapidement, heureusement d’ailleurs, à partir de 1985, on s’est dit qu’il faudrait qu’on en récupère, peut-être. On a commencé à fouiller la France : scieries, carrières, mines. On a récupéré pas mal de choses, puisqu’aujourd’hui on a plus de 15 machines, une centaine de matériels roulants, et de quoi faire 5km de voie Decauville, mais de la vraie voie Decauville. On a récupéré ça petit à petit, là aussi sans avoir l’envie de faire quelque chose de précis, en disant simplement « on sauve, ce sera là, on verra après ». Bien nous en a pris, parce qu’on se rend bien compte qu’aujourd’hui c’est disparu et même je dirais qu’on a pas été assez malins parce qu’on ne s’est pas du tout rendus compte que tout allait disparaître. Aujourd’hui on voit bien, on a commencé à se dire qu’il y a peut-être des choses qu’on aurait dû …. L’anecdote c’est Sallaumines/Valenciennes, par là, on avait été chercher des voitures de mineurs, fin des années 80, à l’époque on n’en a pris que 5-6, on a pris ce dont on avait besoin, il y en avait des tonnes, il y en avait des centaines empilées, on aurait dû retourner avec un semi et on ramener beaucoup plus. Quand on s’est réveillés, fin des années 90, trop tard, tout était ferraillé, tout avait disparu. On en a beaucoup sauvés, mais on aurait pu probablement en sauver beaucoup plus.

Et c'est ainsi qu'une première version du Muséotrain est ouverte en 1990. Mais le matériel ne peut être présenté qu'en plein air, et malgré tout le soin que les bénévoles peuvent lui apporter, les risques de détérioration liés aux intempéries sont grands. Mais une autre menace planait sur le site de Semur en Vallon. Avec l'émergence des normes notamment d'accessibilité à la fin des années 90, il devenait nécessaire de le faire évoluer profondément. Le préfet menace même l'association en 2004, de fermer le site, si rien n'est fait au cours de la décennie à venir. Durant la saison 4 d'Aiguillages, je vous avais parlé du projet de l'association de construire un bâtiment pour mettre sa collection à l'abri. Il est aujourd'hui sorti de terre, et mieux que ça, il permet une très intéressante mise en valeur des matériels sauvegardés, sur une surface d'exposition de plus de 800 Mètres carrés.

On a commencé par travailler le musée, puisque c’est ce que le préfet nous avait dit, c’était ça qui pêchait le plus : le musée, on l’a entièrement refait, il est complètement différent et neuf par rapport à ce qu’il était, puisque c’est aujourd’hui un bâtiment de 800 m², 150 m linéaires de circulation, avec la particularité qui est aussi unique en France, c’est qu’on doit prendre le train pour aller au musée, c’est le train qui amène les gens au musée. Dans la foulée, on s’est dit que si on voulait que les handicapés puissent accéder au musée, il faut que le site de la gare et tout le reste soient conformes, donc on a énormément bossé sur le dossier « accessibilité », avec les trois handicaps majeurs que sont la mobilité, les malentendants et les malvoyants. On a fait en sorte que ces gens qui ont des difficultés puissent visiter le musée, ça veut dire accéder à la gare, prendre le train, faire le voyage, arriver au musée, faire la visite du musée, tout ça en autonomie. Ça se termine, la commission de contrôle est venue courant juin contrôler tout ce qu’on avait fait, il y a eu des petites retouches à faire, et là on passe en commission régionale dans le courant de juillet, et on espère qu’ils vont valider, bien entendu. On va passer en commission dès septembre, ou début octobre, qui va finaliser l’affaire et dire « le site est complètement accessibles aux handicapés et mérite le label tourisme handicap ». On espère aller jusque-là à l’automne prochain.

C'est Benoist qui va nous faire visiter le site. Nous sommes arrivés à Semur en Vallon bien avant l'heure de l'ouverture au public, néanmoins les bénévoles de l'association ont tenu à ce que les Aiguillonautes découvrent le Muséotrain dans les meilleures conditions, et sont allés chercher une rame pour nous y conduire. Après quelques minutes de balade au travers des quelques 7 hectares de terrain dont l'association est propriétaire, nous parvenons à proximité des locaux qui abritent le Muséotrain. Pour ceux qui auraient vu les précédents numéros d'Aiguillages consacrés au Chemin de Fer de Semur en Vallon, c'est ici que les choses ont le plus évoluées. La visite commence maintenant dans un poste d'aiguillages.

C’est ici, depuis 2013, qu’on accueille les visiteurs de notre nouveau Muséotrain, par ce poste d’aiguillages qui a quelques années maintenant, qui sera rénové par les membres de l’association pour présenter au public ce qu’était le métier d’aiguilleur il y a quelques années maintenant. Les visiteurs vont déambuler en tout sur 4 quais dans lesquels ils vont remonter le temps. Notre ambition, c’est de faire vivre les années 20, ferroviaires, à nos visiteurs, dans les années 2020. C’est ce qu’on voudra faire à terme, pour le moment le matériel est statique, et notre ambition c’est de le faire vivre avec des sons, des lumières, des mouvements, tout ce que les nouvelles technologies peuvent nous permettre aujourd’hui, pour le mettre en valeur encore plus. L’un des avantages de notre nouveau musée, c’est que vous pouvez accéder aux voitures, ce qui n’est pas forcément courant dans les musées ferroviaires. Je vous laisse entrer pour constater par vous-même le confort des ouvriers dans les années 50. Tout ce qu’il faut pour se reposer tranquillement après une dure journée de travail, tout est réuni ici, assez confortable pour les années 50 !


Beaucoup de matériel Decauville, mais pas seulement dans le Muséotrain, témoin, cette ancienne voiture de la Compagnie Internationale des wagons-lits qui a roulé entre Paris et Londres dans des rames de la Flèche d'or, et qui a connu une bien étrange destinée avant d'arriver dans la Sarthe.

Aujourd’hui, on n’est plus montés sur des bogies, on est sur des pneumatiques, puisqu’en fait elle a été coupée en deux au milieu de sa vie et elle a été accrochée à un poids lourd pour servir de voiture publicitaire pour Jacques Vabre, le marchand de café, puis vers la fin de sa vie à Yoplait, l’usine du Mans. On va monter dans une voiture de la compagnie de l’état, une voiture surnommée par les voyageurs « cages à poule » puisque les compartiments étaient indépendants dans ces voitures. Pour la visite, bien sûr, on a créé un couloir de communication, et je vais vous inviter à me suivre à l’intérieur pour vous présenter diverses scènes de la vie ferroviaire d’autrefois. Le bouquet final de la visite, où on propose aux visiteurs de replonger pendant 5 minutes, à l’aide d’une sonorisation pour le moment mais qui sera peut-être amenée à évoluer comme je vous l’ai dit au début de notre visite, on les replonge dans les années 50, 5h du matin, quand le métro se réveille, quand la vie parisienne se réveille. Très apprécié des visiteurs, on s’y croirait vraiment avec le bruit du métro qui avance, il y a des gens qui font ça parce qu’ils ont l’impression d’avancer, c’est vraiment quelque chose qui plaît beaucoup aux visiteurs.

A l’extérieur du musée, dans la partie atelier, Benoist tient à nous présenter l’un de ses protégés, et à nous faire part d’un projet porté par les jeunes de l’association.

Un locotracteur Heim, le Liliput. C’est un locotracteur de chantier, il a eu une histoire un peu particulière puisqu’il a travaillé sur les toits du musée du Louvre en 93, il y a 21 ans, quand ils ont refait la toiture de l’aile Richelieu. Il était monté en haut des échafaudages, et il tirait les wagons de marchandises : les ardoises, etc. Il y a quelques moi, j’ai décidé comme ça de le remettre en route, j’ai refait la mécanique du moteur et la peinture puisqu’il a un peu changé d’allure, du coup, il était vert à l’origine, pour faire un locotracteur un peu plus joyeux, festif. Son avantage c’est qu’il pourra bouger à droite ou à gauche, c’est-à-dire qu’il est très léger. On a derrière deux petits wagons qu’on pourra aussi transporter, qui sont très légers aussi, des wagons Decauville. Son avantage, c’est qu’on peut le déplacer, on peut faire de la circulation itinérante puisqu’on peut aller dans des manifestations. Il est allé récemment aux 50 ans de nos collègues de la Transvap avec une autre locomotive en voie de 60. Très facile à transporter, maintenant qu’il fonctionne nickel, c’est agréable.

Quant au projet, il ne s’agirait ni plus ni moins que de refaire fonctionner une locomotive Decauville à vapeur.

Le diesel et l’essence c’est fiable, ça roule bien, mais ça fume pas assez ! Donc on voudrait un peu de fumée, un peu de panache dans le coin donc on réfléchit en ce moment à un projet de locomotive à vapeur, le rêve ce serait une Decauville type 1, sauf que les plans sont quasiment introuvables aujourd’hui. Chers Aiguillonautes, d’ailleurs, si vous savez où trouver des plans de locomotive Decauville type 1, n’hésitez pas à nous contacter, on en cherche ! Voilà, soit construire entièrement une type 1, soit ce qui mûrit le plus rapidement en ce moment : adapter l’existant, des moteurs à vapeur de treuils de bateaux, adapté sur un châssis de locotracteur Fenwick. On est en train de regarder les plans de tout ça, pour voir si c’est faisable et comment ce serait faisaible.

Le Muséotrain n'est pas totalement terminé. Les bénévoles travaillent maintenant à la création de la scénographie qui plongera le visiteur dans les années 1920, à grand renfort de sons et d'images, et de tout ce que les technologies actuelles permettent d'envisager de réaliser.
Mais maintenant que l'essentiel a été fait, l'accessibilité et la mise à l'abri de la collection, les autres travaux vont pouvoir reprendre. L'entretien de la voie notamment. Ces dernières années seules les interventions d'urgence ont été réalisées, toute l'énergie des bénévoles ayant été orienté vers la construction du Muséotrain. Mais aussi la restauration de matériel. Les membres de l'association viennent de se lancer dans le chantier de remise en état de deux autres machines, pour lesquelles d'ailleurs, si vous habitez dans les environs, ils sont à la recherche de personnes ayant des connaissances en mécanique. Pour les autres, ceux qui souhaiteraient découvrir le Muséotrain, la visite dure en moyenne un peu plus d'une heure. Le train vous emmène dans la clairière ou le bâtiment a été construit, vous laisse le temps de suivre la visite guidée, avant de vous ramener à la gare. Attention, le voyage se fait aussi dans le temps, et c'est une bonne centaine d'années que vous franchirez dans l'un puis dans l'autre sens, pour la durée de votre séjour dans ce petit coin de la Sarthe. La Compagnie du Chemin de Fer de Semur en Vallon assure ses dessertes tous les dimanches et jours fériés du juin à septembre, tous les jours en juillet et en août. Les visites sont possibles de mai à octobre pour les groupes, sur réservation.

La semaine prochaine dans Aiguillages, je vous emmènerais à l'exposition Quai 0 qui s'est tenue à Saint-Léonard de Noblat dans le Limousin.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Train Tour.Thermique