Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le Chemin de Fer de Bon Repos

Laniscat (Bretagne)

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Chemin de Fer de Bon Repos Laniscat (Bretagne)

Transcription :

50 ans après la circulation du dernier train, la Halte de Bon Repos se réveille doucement d'un long sommeil ferroviaire.

Nous sommes en Bretagne intérieure, dans les côtes d'Armor, sur la commune de Laniscat, jusqu'ici surtout connue pour son Abbaye, mais parions que dans les années à venir elle le sera également pour son chemin de fer touristique, une réminiscence de l'ancien réseau Breton qui était tombé dans un profond sommeil après le passage de son dernier train de voyageurs en avril 1967 et son dernier train de marchandises le 30 septembre de la même année. Cette renaissance, c'est l'un des chantiers que je vous propose de suivre régulièrement dans Aiguillages. La saison dernière, je vous avais fait découvrir ce projet, à l'occasion du rapatriement à la Halte de Bon Repos d'un ancien Autorail du réseau Breton. Force est de constater que, un an plus tard, les choses ont bien avancé. D'autres matériels en voie métrique ou en voie de 60 ont rejoints la Bretagne. En effet, l'exploitation de cette ligne se fera aux deux écartements. Et surtout, alors que l'an dernier, le parcours sur les rails se limitait à quelques dizaines de mètres sur le site de la gare, cette année, il va nous être possible de nous aventurer en sous-bois dans la direction de Gouarec, le futur terminus de la ligne. Bon, les derniers mètres de notre reconnaissance devront être parcourus à pied, car la voie n'a pas fini d'être posée. A la Halte de Bon Repos, de nouveaux matériels ont pu trouver refuge.

On a pu étendre la ligne et on a pu surtout avoir énormément de matériels en voie métrique qui ont pu rejoindre les rails à Bon Repos. Alors ils ont principalement deux provenances : les premiers, c’est les Chemins de Fer de Provence auprès desquels on a pu acquérir du matériel marchandise et des wagons voyageurs et le deuxième ce sont des matériels qui appartenaient à une compagnie Suisse du groupe des Transports Publics du Chablais qui nous ont cédé pour un franc Suisse symbolique du matériel en parfait état qui ont pu être utilisés et qui sont utilisés pour la pose de la ligne, notamment des ballastières, un wagon-grue et maintenant on a tous les éléments pour poser la voie métrique entre Gouarec et Bon-Repos. Jusqu’à maintenant, c’était plus artisanal et grâce à cette aide inestimable ça va nous permettre de mécaniser le chantier et d’économiser notre dos.

Une dizaine de bénévoles s'activent sur un chantier, on l'on ne parle que rarement français.

On est structurés en association, les Amis du Chemin de Fer de Bon-Repos, et on est une des rares associations françaises à être anglophone parce que l’essentiel de nos membres sont des gens qui résident dans les environs mais qui sont des anglais qui ont décidé de venir ici, en Bretagne, ce qui fait que sur le chantier on travaille en anglais et pas en français. Grâce à eux, on est aussi connus en Grande-Bretagne parce qu’ils ont aussi servi de relais auprès des journaux britanniques donc on a des amateurs anglais qui viennent maintenant voir le train.

A la belle saison, le site de Bon Repos est accessible au public qui peut profiter de sa visite pour parcourir quelques dizaines de mètres à bord de baladeuses en voies de 60. Une balade, qui est désormais un peu plus longue que celle qui était proposée au début, et qui ne cesse de s'allonger au fur et à mesure de la pose de la voie.

Le trajet a changé en ce sens que maintenant nous roulons sur le trajet d’origine dans la partie forestière de la ligne et qu’on augmente presque de semaine en semaine, tout du moins de mois en mois, pour arriver à ce qui sera le premier passage à niveau, qui est à peu près à 1 km de la gare, qui sera le premier point d’arrêt mais qui va être posé à la fois en voie de 60, donc c’est le cas actuellement et qui sera posé en voie métrique avec l’aide d’un troisième rail, ce qui permettra que l’ensemble du matériel dont nous disposons puisse rouler sur cette infrastructure. On a conservé une partie du circuit d’origine, le portail est un élément allemand de la première guerre mondiale, et en sortie de gare on a fait un appareil de fusionnement, entre-temps le rail est repassé sur du 20 km donc on fait le fusionnement des deux écartements avec une voie en trois fils de rails ce qui permettra à terme de pouvoir faire rouler l’intégralité de notre matériel.

Un double écartement voie de 60 et voie métrique qui est très probablement inédit en France, voire dans le reste de l'Europe, qui permettra de voir circuler à Bon Repos des tramways de provenances diverses. Celui à bord duquel nous nous trouvons provient de Lille dans le nord de la France.

C’est à la fois une opportunité et un choix, c’est-à-dire qu’à titre personnel, j’aime autant les trains que les tramways donc ça me plaît bien d’avoir ce type de matériel représenté à Bon-Repos surtout que notre idée c’est de pouvoir montrer ce qu’était la voie métrique dans sa variété et les tramways, ça en faisait partie. Deuxièmement, ça a été une opportunité parce que ça permet d’avoir des véhicules pour la demi-saison ou l’hiver, on est dans une région où il fait tout le temps beau, mais de temps en temps ça arrive qu’il pleuve donc au moins ça permettra de transporter les voyageurs à l’abri. On est dans un tramway de ligne, du Mongy, à Lille il y avait 2 réseaux mais là c’est bien du Mongy. C’est un tramway qui a roulé jusqu’en 1984, qui a été préservé par la mutuelle dans un premier temps et qui va certainement rouler à Bon-Repos, pas de façon autonome parce que maintenant on ne s’amuserait plus à mettre du 600 volts après plus de 30 ans d’arrêt mais en tous cas ce sera utilisé comme véhicule remorqué, tout comme une locomotrice PCC Saint-Etienne, qui est arrivée récemment. Ces 2 véhicules seront utilisés en véhicules remorqués, on a des aiguillages qui permettent la circulation de tramways donc on va se servir de ça.

Dans un premier temps, le parcours du train s'arrêtera avant le franchissement d'une route qui suppose la réalisation de certains aménagements pour qu'il puisse se faire en toute sécurité, mais à terme, le départ de la ligne, sera situé à la gare de Gouarec.

Le site de Gouarec sera à terme le point de départ du train en ce sens que les parkings seront en gare de Gouarec, et ce sera notre base de travaux à partir de la fin de cette année pour des raisons purement pratiques, parce qu’en fait le site de Bon-Repos est rempli à la fois de matériel ferroviaire et on a de l’espace de manœuvre pour des camions pour décharger des rails, des traverses ou du ballast. Donc on va refaire une base de travaux à partir de Gouarec et on va commencer à poser les voies dès le mois d’octobre. Actuellement, nous avons des rails qui proviennent de l’ancien train à vapeur de Touraine donc de la gare de Richelieu qui vont être installés en Bretagne assez rapidement de façon à ce que nous puissions manœuvrer notre matériel et recevoir d’autres matériels, notamment du matériel de Provence qui n’est pas encore arrivé sur le site.

Et à terme, le projet qui est porté conjointement par l'association du Chemin de Fer de Bon-Repos et le Conseil Départemental des Côtes d'Armor est celui d'un train touristique qui desservirait l'Abbaye de Bon-Repos. La halte et l'abbaye n'étant éloignées que de 400 mètres.

L’idée, ce serait de pouvoir reposer une partie de la ligne sur les 800 derniers mètres qui n’existent pas aujourd’hui qui sont sur l’ancien tracé, ce qui fait que l’ancien tracé sur lequel on est situés aujourd’hui aura plus vocation à devenir un écomusée des chemins de fer secondaires, très ciblé sur la voie métrique même s’il y aura toujours un peu de voie de 60 sur le site, alors que la partie qui desservira l’Abbaye sera sur une fonction transport, on aura une fonction transport et une fonction muséographie, mais les deux sont complémentaires.

Une belle ambition qui illustre une nouvelle fois comment les Chemins de Fer Touristiques peuvent s'inscrire dans le projet de développement culturel, économique et touristique d'une région.

Des trains circulent d’ores et déjà sur une partie de la ligne pour la saison 2017 à l'occasion des ponts et des jours fériés de Pâques, l'Ascension et Pentecôte, en avril, mai et juin, et tous les après-midis à l'exception des lundi et mardi du 12 juillet au 27 août. Retenez enfin le week-end des 30 septembre et 1er octobre, car 50 ans jour pour jour après le passage du dernier train à Bon Repos, les membres de l'association comptent bien célébrer la reconquête de la ligne, en faisant circuler leurs trains cette-fois ci sur 850 mètres de voies.

La semaine prochaine dans Aiguillages, c'était un peu l'événement le plus attendu de la Fête du Train de Meursault, le Club Ferroviaire de Franche Comté présentait son nouveau réseau : La Maurienne. Si vous n'avez pas pu faire le déplacement, vous le découvrirez dans Aiguillages.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Train Tour.Thermique