Le Gotthard Panorama Express
  • Actuellement 519 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 74 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 185 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Le Gotthard Panorama Express

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Gotthard Panorama Express

Transcription :

Bonjour, c'est le 400ème reportage diffusé le vendredi dans Aiguillages. On va s'offrir pour fêter ça un beau voyage en train, je vous emmène aujourd'hui en Suisse pour emprunter le Gotthard Panorama Express. C'est la suite d'une série de reportages qui a débuté à la fin de la saison X d'Aiguillages, intitulée, Trains Suisses au sommet.

Le voyage à bord du Gotthard Panorama Express commence en bateau. Il suffit de sortir de la gare et de traverser sa place pour se retrouver à l'embarcadère. A moins que l'on ne profite des quelques instants avant d'embarquer, pour visiter la ville.
Nous sommes à Lucerne à l'une des extrémité du lac des 4 cantons. L'architecte Français Jean Nouvel, y a signé la construction du KKL, le très futuriste Centre de la Culture et des Congrès, mais la ville est surtout connue pour son architecture médiévale préservée et colorée, et le célèbre Kappelbrücke, le pont de la chapelle.

Première étape de ce voyage, qui nous amènera à passer au travers du tunnel historique du Saint-Gotthard, la traversée en bateau, du lac des 4 cantons. On navigue sur ce lac depuis le moyen-âge pour y transporter marchandises et voyageurs. A l'origine, sur des embarcations à rames ou des voiliers, avant qu'en 1837 ne soit mis en service le premier bateau à vapeur. Dans les années 30, ceux-ci ont petit à petit commencé à être remplacés par des bateaux à moteur. Mais en 1972, l'association des Amis de la navigation à vapeur a été créée, et depuis 5 bateaux historiques à aube, ont pu être sauvé. Pour plus de commodités, ils ne fonctionnent plus au charbon, mais au mazout. Une évolution du reste, que certaines locomotives à vapeur ont également connu. Celui à bord duquel nous avons embarqué, est le Ville de Lucerne. Il date de 1887. Il est doté de plusieurs ponts et salons, ou il est possible de prendre le déjeuner. Une option que retiennent souvent les voyageurs qui rejoindront le train à Fluëlen, car pour eux le voyage va durer près de 4 heures. Nous allons parcourir près de 40 km sur l'eau et desservir de nombreux arrêts. D'autres passagers ne feront que relier une commune du bord du lac à l'autre, car ce service de bateaux, est intégré à l'offre de transports publics, et on l'emprunte ici, comme l'on prendrait le bus. Nous sommes ici, au cœur de la Suisse historique. Sur la rive occidentale du lac, se dresse un rocher naturel, haut de 30 mètres. Il a été dédié à la mémoire de Friedrich Schiller, auteur du Drame Guillaume Tell, dont l'épopée, si l'on en croit la légende, se serait déroulée non loin de là. Mais surtout, notre bateau va maintenant desservir le cœur même de la Suisse. La plaine du Grütli : C'est là, qu'en 1291, les cantons d'Uri, d'Unterwald et de Schwyz se seraient alliés, et que le serment du Grütli aurait été prononcé, un acte qui est considéré comme celui marquant la naissance de la Confédération Hélvétique. Toutes ces histoires, nous rapprochent de la petite ville portuaire de Flülen, qui est également desservie par le train depuis 1882. Auparavant, c'est à bord de charrettes tirées par des bœufs ou sur le dos de mules et de chevaux que les marchandises circulaient. Les voyageurs empruntaient quand à eux la diligence. Destination : l'Italie, en passant par le col du Saint-Gotthard à 2108 mètres d'altitude.
A Flülen, le bateau et le train font correspondance, c'est là que nous embarquons à bord du Gotthard Panorama Express. Le massif du Gotthard, est un point de passage obligé entre la Suisse et l'Italie, entre le nord, et le sud des Alpes. Pas moins de trois tunnels y ont été percés pour en faciliter la traversée. Et le premier, fut ferroviaire, c'est celui que nous allons emprunter dans l'après-midi de ce voyage. Il mesure 15 km de long, il fut construit entre 1872 et 1881. A cette époque, il s'agissait d'une extraordinaire prouesse technique qui a supposé de recourir à de nombreuses innovations. Par exemple, c'est sur ce chantier que pour la première fois, la dynamite fut utilisée. La construction du tunnel fut assurée par des équipes qui ont pu compter jusqu'à 4000 ouvriers. Les conditions de travail étaient particulièrement éprouvantes et dangereuses. 307 ouvriers trouvèrent la mort sur le site du Gotthard. 900 autres moururent de maladie contractées sur place. Le premier train circula dans ce qui était à l'époque le tunnel le plus long du monde, le 1er juin 1882. A l'époque, la ligne était exploitée par une compagnie privée : Les Chemins de Fer du Gothard. Elle fut nationalisée en 1909, et reprise par les Chemins de Fer Fédéraux Suisses, qui en assurèrent l'électrification. Un chantier qui fut achevé en 1922.
Après la mise en service de ce premier tunnel, il fallut attendre un siècle de plus, pour qu'un deuxième tunnel, routier, celui-ci, soit construit et ouvert en 1980.
Quand au troisième, il est appelé le tunnel de base, car il passe directement sous le massif du Saint-Gotthard, à faible altitude. Il épargne ainsi aux trains une longue phase d'ascension pour y accéder. D'une longueur de 57 km, c'est le plus long tunnel du monde.
Le Gothhard Panorama Express emprunte la voie historique. Il lui faut par conséquent s'élever jusqu'à l'altitude de 1100 mètres pour rejoindre le tunnel, qui se trouve lui même 1000 mètres en dessous du col. Les rampes sont sévères, de l'ordre de 28 pour mille. Mais cela n'est pas suffisant pour rejoindre l'altitude voulue sur une distance relativement courte. Alors, s'engageant dans des rampes hélicoïdales, notre train va à plusieurs reprises faire demi-tour pour continuer à grappiller quelques centaines de mètres. C'est ce qui nous vaut de passer à trois reprises devant l'église de Wassen. Pour immortaliser ce moment, les passagers ont la possibilité de quitter le siège qu'ils occupent dans les voitures panoramiques qui composent notre train, pour se rendre dans l'une d'entre-elles qui fait office de voiture photo. Il est possible d'y ouvrir les vitres pour encore plus profiter du paysage.
La traversée du tunnel s'annonce enfin. A l'intérieur de celui-ci, une fresque lumineuse raconte l'histoire de la construction de l'édifice. A sa sortie, le paysage à changé. Nous arrivons dans le Tessin, la Riviera Suisse. Le train s'arrête une dernière fois à Bellinzone, ville surplombée par d'imposants châteaux forts, avant d'arriver à Lugano, la capitale économique et touristique du canton. Depuis, celle-ci, il est possible de poursuivre son escapade ferroviaire, en empruntant le Bernina Express. Je vous avais raconté cette expérience en bref, dans le reportage Trains Suisses au Sommet, je le ferais de façon plus détaillée, dans un autre reportage à venir, dans cette série.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Train Touristique