Les installations de sécurités ferroviaires (Musée Rosny-Rail)
  • Actuellement 511 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 75 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 169 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Les installations de sécurités ferroviaires

(Musée Rosny-Rail)

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Les installations de sécurités ferroviaires (Musée Rosny-Rail)

Transcription :

Bonjour et bienvenu dans Aiguillages. Savez-vous ce que sont les IS ? Dans le langage cheminot ce sont des installations de sécurité. On les trouve le long des lignes de chemin de fer et plus souvent entre les voies. J'ai été invité par un jeune membre du Musée Rosny-Rail qui travaille dans ce domaine, à venir comprendre le fonctionnement de quelques-unes d'entre elles. Grâce à ce reportage, les crocodiles, ruches d'abeilles, niches à chien et autres boîtiers KVB n'auront presque plus de secret pour vous.

Rosny-Rail c'est un musée du chemin de fer que je vous ai présenté il y a de cela quelques années dans Aiguillages, sa vocation est de mieux faire connaître au grand public les cheminots et leurs métiers. Pierre, que je vais rencontrer aujourd'hui est l'un d'eux depuis assez peu de temps. Et son parcours n'est pas banal, puisqu'il est passé d'un intérêt quasi inexistant pour le monde du chemin de fer à une grande passion depuis qu'il est entré à la SNCF. Electricien basse tension il travaille au service électrique signalisation de la gare Montparnasse.

Je vais retrouver Pierre sur un lorry à bras sur lequel les visiteurs du musée sont également amenés à voyager.

On leur explique un peu l'origine de la voie, la création du musée, et aussi l'origine du lorry à main. C'était pendant la guerre pour amener les soldats au front. Après, ça a été récupéré par le service voie de la SNCF pour faire des tournées d'inspection. Et donc du coup, celle-ci on la récupérée, elle a été refaite. Ça fait la joie des visiteurs qui adorent. Ça permet de rester à l'air libre et d'être immergé dans la voie. C'est une attraction phare de Rosny-Rail, le lorry à mains.

On va pourtant devoir en descendre pour aller voir ce qu'il se passe sur la voie, car à Rosny-Rail, Pierre s'intéresse plus particulièrement à un domaine assez précis du monde ferroviaire : les installations de sécurité. Parmi elles, l'une des plus visibles et des plus connues est sans aucun doute le crocodile.

Le crocodile sert à répéter le signal au conducteur, c'est une boucle de rattrapage qui répète tous les signaux sauf la voie libre, le voie libre clignotant et le rappel de ralentissement 60 et 30, sinon, il rappel tous les signaux, c'est une boucle de rattrapage. On fait la maintenance dessus, il y a différentes cotes à aller observer, il faut prendre la tension … C'est alimenté avec une pile de 18 volts, c'est ce qui permet d'envoyer une impulsion électique au niveau de la locomotive et d'informer le conducteur si le signal est fermé.

Plus mystérieuses, ces grosses boîtes posées à même le sol

En général, ça cache souvent des batteries, on se les fait souvent voler parfois, il y en a dans lesquelles il n'y a plus de batteries à l'intérieur, donc ça veut dire que les camionnettes blanches sont passées par là …
Là j'ai mis le transformateur qui alimente en 12 volts la sonnette du passage à niveau, après je stocke là les piles des crocodiles … C'es vraiment le transfo qui passe du 220 au 12 volts pour les installations. Il me sert aussi à alimenter le fameux signal qui est là. Donc c'est un carré, qui se trouvait sous la dalle à Montparnasse. Là-bas, c'est une gare tout en béton, il y a des immeubles au-dessus, il se trouvait en dessous, c'est pour ça qu'il est petit. Ils ont fait un chantier et ils l'ont remplacé par un signal horizontal. Il était sensé partir à la poubelle, alors j'en ai récupéré deux comme ça, que j'ai câblé. Ça fait carré, avertissement et voie libre. Je ne les ai pas relié au circuit de voie, mais j'ai mis un interrupteur va et vient qui permet de passer du carré à l'avertissement …. Comme ça on peut montrer aux visiteurs le signal lumineux et le signal mécanique qu'on verra juste après.

Le transformateur qui se trouve dans la boîte alimente également la sonnerie du passage à niveau qui est déclenchée à l'arrivée du lorry ou de la draisine.

Pour fonctionner, le dispositif doit être complété par un appareil qui détecte le passage des trains, une pédale.

Quand on passe du côté musée au fond de la voie, il y a un bras qui annule l'autre, et dans l'autre sens, cette pédale là déclenche le passage à niveau. Donc en fait sur le côté il y a une petite flèche là, sur le côté, qui dit dans quelle direction on doit la monter pour avoir le déclenchement dans le sens voulu. Ça c'est l'intérieur d'une pédale. Là, c'est le bras qui annule celui-là. Le contact se fait dans cette boîte là. Bon, il faudrait un tournevis pour dévisser, mais en gros ce sont des petites lamelles. Là on a les pistons, avec l'huile dedans. On peut régler la temporisation qui est de 6 à 15 secondes, ça dépend aussi de la température, s'il fait chaud ou pas, l'huile se dilate un peu plus. Là c'est ce qui remonte les leviers, ce sont des sortes de ressorts. Donc là aussi, on doit faire la maintenance, d'ailleurs, celle-ci est neuve. L'ancienne il y avait une fuite dans le piston, donc je l'ai remplacée. Pareil, c'est une pédale que j'ai récupéré à mon boulot … et voilà, c'est ce qui sert à déclencher le passage à niveau.

Quand à l'autre pédale que l'on voit de l'autre côté de la voie, elle déclenche un feu de signalisation.

Pour assurer la sécurité de la circulation des trains, les cheminots ont besoin de communiquer entre eux, et pour se faire, ils disposent de téléphones de voie

on avait aussi pas mal de téléphones, donc j'en ai mis un. Ça, ça s'appel un V.A.T, un voyant d'appel téléphonique. C'est souvent à côté des signaux. Quand ça clignote, ça veut dire que l'agent de circulation veut appeler le conducteur qui descend alors de la machine et décroche le téléphone pour lui dire de passer ou quand il a une dépêche à lui communiquer.
Cette plaque normalement, c'est pour les téléphones d'alarme. En principe elle aurait du être rouge, mais bon, c'est plus pour montrer aux visiteurs, c'est pas officiel ! Et donc là, on a le signal mécanique vraiment fabriqué de toutes pièces, c'est vraiment de la récupération ce signal. Je vais vous montrer …
Dans la première vidéo d'Aiguillages sur Rosny-Rail vous pouvez le voir, il était par terre juste ici. J'ai trouvé un support, on l'a soulevé … J'ai mis la flèche parce-que ils sont normalement à gauche, les signaux, donc là j'ai mis une flèche pour dire que c'est pour cette voie. Bon, là c'est pareil, ça a été fabriqué main. Il manque un casquette ici. Ça fait carré/voie libre. C'est un peu comme le carré qu'il y a à l'entrée du musée. Cette plaque là, ça veut dire que c'est un sémaphore de bloc manuel, donc normalement, il est noir sur fond blanc, mais c'est pour dire en gros que l'on est en bloc manuel, vu que c'est une ancienne ligne. J'ai trouvé des contrepoids, une ficelle en acier, une traverse, un levier pareil que j'ai récupéré dans les réserves. On peut l'ouvrir comme ça. C'est pas tout à fait comme en vrai, mais ça permet de montrer aux visiteurs comment on ouvre un signal, avec un commutateur pour les petites loupiotes. Là on passe au carré ...

Et puis, un dispositif plus récent mais qu'en observant bien, on voit un peu de partout au milieu des voies ferrées, ces petites petites boîtes jaunes sont des balises KVB.

Ça, ça fait plusieurs choses, ça contrôle la vitesse, ça peut aussi répété le signal affiché. Ça a plusieurs fonction un KVB. Ça a été créé à la suite de l'accident de la gare de Lyon, ça a permis de sauver des vies en évitant des accidents. C'est une IS, donc une Installation de Sécurité pour vraiment éviter les accidents.

Un équipement propre à la SNCF mais qui est progressivement remplacé par l'ETCS qui lui est un système Européen de contrôle des trains.
Sur ce sujet des installations de sécurité Pierre est intarissable et même ses collègues se moquent gentiment de lui quand il leur explique qu'après sa semaine de travail, il se précipite au musée pour prolonger le plaisir de sa plongée dans l'univers ferroviaire. Lors du tournage de ce reportage cet été, Rosny-Rail était fermé, en raison de la crise sanitaire, il vient de rouvrir début septembre. Vous pouvez aller le visiter tous les samedi après midi à partir de 14h et suivre son actualité sur son site internet rosny-rail.fr, sa page Facebook ou son tout nouveau compte instagram, quand à moi, je vous retrouve la semaine prochaine, pour de nouvelles aventures sur les rails.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Patrimoine