Quelle centrale numérique choisir pour débuter ?
  • Actuellement 519 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 74 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 185 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Quelle centrale numérique choisir

pour débuter ?

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Quelle centrale numérique choisir pour débuter ?

Transcription :

Bonjour et bienvenu dans les Rendez-vous du Lundi d'Aiguillages, je vous avais promis avec l'arrivée de la nouvelle saison toute une série de nouveautés, et bien en voici encore une ! Si le concept vous plaît et vous intéresse, une fois par mois vous le retrouverez sur la chaîne.

Il s'agira pour moi d'aller chercher les réponses à une question fréquemment posée dans le domaine de la pratique du modélisme ferroviaire. La question de ce mois est quelle centrale choisir pour débuter en numérique ?

Cette question je l'ai posée à Vincent Burgun, qui est à la fois l'auteur d'un livre sur le sujet, mais aussi le gérant de la boutique Alsace Modélisme.

Petite précision pour commencer, le numérique ne sera pas le seul sujet abordé dans cette rubrique mensuelle, toutes vos questions sont les bienvenues, vous pouvez me les poser par mail, en commentaire ou via les réseaux sociaux d'Aiguillages, sa page Facebook ou son compte Instagram.

1er conseil, procéder par étapes. La première commencer par vous familiariser avec les fonctions de base en apprenant à faire rouler vos trains grâce au numérique, ce qui vous donnera accès à des fonctionnalités inédites ou très difficiles à mettre en œuvre en analogique : Eclairage des feux et de la cabine, production de son, émission de fumée, ou encore obtention de ralentis très réalistes.

Pour cela, il suffit de brancher une centrale numérique sur votre réseau. Il s'agit d'un boitier qui va transmettre des commandes à toutes les locomotives qui s'y trouvent, par l'intermédiaire des rails.

Il existe plusieurs modèles bien adaptés aux débutants, et une bonne solution selon Vincent Burgun, est de faire l'acquisition d'un coffret de départ, plutôt que d'acheter isolément votre première centrale.

Même si le matériel roulant disponible dans le coffret ne correspond pas tout à fait à ce que l'on recherche, mais si on souhaite avoir un réseau constitué avec un autre type de voies que celles proposées dans le coffret, la présence d'une centrale numérique dans un coffret de départ, constitue économiquement un gros avantage. Il y a deux types de produits actuellement sur le marché qui sont vraiment intéressants, ce sont les coffrets de départ Trix ou mini-Trix avec une Mobile Station qui est vraiment une petite centrale conçue pour débuter et qui constitue une excellente approche au départ, de la commande numérique du train miniature. Et puis a côté de ça, vous avez des coffrets de départ, Roco et Fleishmann, Roco pour le HO, Fleishman pour le N, et qui sont équipés d'une Z21 blanche et d'une commande filaire assez proche finalement de ce que propose mini-Trix ou Trix dans ses coffrets, ou Marklin, ce sont vraiment des produits qui sont faits pour démarrer et qui sont vraiment de bons produits pour se lancer dans le numérique quand on part de rien. Je conseil aussi l'acquisition de ces coffrets pour des gens qui sont déjà en analogique et qui veulent acquérir une centrale pas trop chère, parce-que finalement, le coût du coffret qui est à peu près de 250 à 300 euros, et son équipement amorti largement le coût de la dépense par rapport à l'achat d'une centrale toute seule, isolément, par rapport à un coffret. C'est un produit dans lequel on va trouver en général, un oval de rails, une locomotive avec 3 ou 4 wagons et une centrale et un boîtier de commande, et quand on prend le prix d'une centrale achetée isolément, c'est presque souvent plus cher que le prix du coffret de départ tout compris, donc c'est vraiment une bonne opération, je dirais même pour quelqu'un qui a déjà du matériel ferroviaire, qui est en analogique, pour se lance la dedans, la mobile station Marlkin/Trix est vraiment très intuitive et facile à mettre en œuvre et il en est de même exactement pour la Z21 de chez Roco.

Alors évidemment s'agissant de modèles d'entrée de gamme, ces centrales présentent évidement quelques limites, mais pas sure qu'elles soient rédhibitoires pour les débutants.

Alors effectivement sur la Mobile Station on est assez rapidement limité par le nombre d'engins que l'on peut exploiter, en gros on peut mettre en mémoire une 40aine de machines, mais on peut en exploiter que 10 ou 11 simultanément. Cela dit, exploiter 10 machines en même temps, pour un débutant, c'est déjà un programme ambitieux, on va dire. Ensuite, sur la Z21 à ce niveau là, par contre, il n'y a pas de limites. Sur la Mobile Station, en revanche, on va être assez vite limités en terme de fonctions, puisque les fonctions ce sont tous les accessoires que l'on peut mettre en œuvre sur une locomotive telle que l'allumage des feux, la mise en route du son, du fumigène, les différentes annonces, coups de sifflet, bruits divers et variés qui sont ajoutés sur la locomotive sachant que sur une Mobile station on est limité à 16 fonctions, alors que l'on a quand même des machines aujourd'hui qui proposent jusqu'à 30 voire 32 fonctions. Pour ce qui est de la Z21 en revanche, la-dessus il y a pas de problèmes, au niveau des fonctions on peut aller aussi loin que l'on veut.

Les solutions proposées dans les coffrets de départ sont constituées d'un ensemble de deux éléments, d'une part la centrale elle-même qui est ce boîtier qui se branche directement sur les rails de votre réseau, et d'autres part, une poignée de commande. Celles qui se trouvent dans les coffrets de départ dont Vincent vient de parler sont filaires. Elles sont donc bien adaptées à un petit réseau, sur lequel vous pouvez avoir une vision d'ensemble des circulations en mouvement, en revanche si votre train roule sur une très grande maquette et que vous devez courir après lui pour savoir ou il se trouve, c'est évidemment un peu moins adapté. Dans ce contexte là, votre smartphone ou une tablette pourraient vous être d'une grande utilité à condition d'avoir opté au départ pour une centrale à laquelle il est possible de rajouter un module wifi, ou qui supporte ce protocole d'origine.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin et utiliser smartphone ou tablette, il faut équiper votre Z21, parce-que ce n'est pas possible avec une Mobile Station, il faut partir sur une Z21 qu'il faut équiper d'un routeur Wifi, qui est vendu séparément en magasin, pour une 50aine d'euros. Votre Z21 blanche équipée d'un routeur, pourra être commandée par un smartphone ou une tablette.
Si vous faites le choix d'acheter une Z21 noire seule, en magasin, le routeur wifi est fourni avec. Le dispositif sans fil est effectivement plus pratique lorsque l'on a un routeur de taille relativement conséquente et que l'on souhaite être au plus près de ses trains et de ses appareils de voie pour les commander. Beaucoup de fabriquant proposent une commande sans fil, que cela soit Roco avec la Z21 et donc la Multimauss, en mode Wifi, soit l'utilisation d'un smartphone ou d'une tablette, soit Esu par exemple qui propose un boitier sans fil de commande de sa centrale, par liaison wifi également.

Ce qui est intéressant dans le numérique, c'est que c'est un univers dans lequel on peut progresser par paliers, et il est tout à fait légitime de décider de s'arrêter sur l'un d'entre eux, se contenter par exemple, de mettre ses trains en mouvement. Pour ceux qui souhaitent aller un peu plus loin, la prochaine étape c'est le contrôle de ses appareils de voies et pourquoi pas de la signalisation installée sur son réseau. Pour cela il va falloir s'orienter vers d'autres types de centrales que celles dont on a parlé jusqu'à maintenant, un peu plus performantes et forcément, un peu plus onéreuses.

Effectivement, il faut monter vers des machine un peu plus puissantes type Ecos de Esu, de type, la CS3 de Marklin, mais on peu également utiliser la Z21 c'est tout à fait possible puisque la Z21 permet de recréer son circuit sur un tableau de contrôle optique et donc de contôler les signaux également à distance. Sur les centrales à écran intégré type CS3 ou Ecos, on peut également reconstitue le tableau de contrôle optique de son réseau et commander les installations de manière tactiles sur la centrale. Il existe aussi une petite centrale polyvalente, qui est la DR5000 de Dijikeys, qui est peu onéreuse, qui reprend un peu le principe de fonctionnement de la Z21 de Roco, mais qui nécessite des notions en informatique pour pouvoir l'exploiter au mieux de ses possibilités.

Toujours plus haut, toujours plus fort, le numérique permet enfin d'entièrement automatiser les circulations sur son réseau. Ça peut être intéressant sur de très grandes maquettes sur lesquelles la circulation des trains peut s'avérer relativement complexe, mais aussi sur des réseaux de tailles plus modestes qui sont par exemple destinés à être exploités en exposition. Dans ce cas là, l'intérêt peut-être de libérer totalement l'esprit du propriétaire du réseau qui peut se rendre disponible pour discuter avec les visiteurs.

Le principe d'automatisation des installations nécessite que l'on mette en place tout un principe de réseau de détection de la position des trains sur l'ensemble du réseau. Cela se fait par un câblage spécifique, avec des détecteurs spécifiques et toutes les centrales n'ont pas cette possibilité. Toutes les marques ne proposent pas cela. Donc, effectivement que cela soit chez Marklin, chez Esu ou chez Roco, voire Digikeys, on peut assurer une détection automatique des circulations, et donc une fois que les trains on arrive à les détecter, on peut mettre en place des scénarios qui assurent des itinéraires automatiques et la circulation automatisée des trains.

Si vous êtes restés jusque là, tout d'abord, merci, c'est sans doute que le numérique appliqué au modélisme ferroviaire vous intéresse. Forcément, on ne peut pas faire le tour de toutes les solutions disponibles sur le marché. Par exemple, Vincent avoue ne pas bien connaître la centrale Lenz, c'est pourquoi il a préféré ne pas en parler ici. Si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet du numérique, il est l'auteur d'un livre qui s'appelle « Les commandes numériques pour tous ».

Le livre qui m'avait à l'époque été commandé par les éditions LR Press, donc Loco-Revue, l'objectif c'était de rendre un petit peu plus accessible l'univers de la commande numérique du train miniature, en reprenant pas à pas l'apprentissage et la connaissance de ce qu'est le numérique, dans un langage du quotidien et non pas un langage technique. Donc, c'est d'expliquer ce qu'est un décodeur, ce qu'est une centrale, ce que c'est que le langage DCC, et ensuite on met en œuvre. On branche la centrale sur la voie, on met en route une locomotive, on modifie les caractéristiques du décodeurs, et ainsi de suite. C'est un livre relativement didactique qui permet d'approcher l'univers du numérique de manière très progressive.

Merci à Vincent d'avoir pris le temps de répondre à mes questions, je rappelle qu'il est le gérant d'Alsace Modélisme, une boutique dans laquelle il aura le plaisir de vous accueillir et de vous renseignez. Dites-moi si vous souhaitez retrouver ce type de contenu sur la chaîne Aiguillages, auquel cas, on pourra renouveler l'opération et aborder un autre sujet le mois prochain par exemple, selon le même principe. N'hésitez pas alors à m'indiquer les thématiques qui seraient susceptibles de vous intéresser. Je vous retrouve avec plaisir quoi qu'il en soit jeudi prochain, pour de nouvelles aventures sur les rails.




Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Les rendez-vous du lundi