Les échelles et les écartements en modélisme ferroviaire
  • Actuellement 513 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 75 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 168 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Les échelles et les écartements

en modélisme ferroviaire

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Les échelles et les écartements en modélisme ferroviaire

Transcription :

Bonjour et bienvenue dans les Rendez-vous du Lundi d'Aiguillages, vous avez bien apprécié le mois dernier la vidéo que je vous ai proposé sur le thème Quelle centrale numérique choisir pour son réseau, et je vous en remercie, vous avez même été demandeurs d'autres sujets de ce type sur la chaîne, aussi chaque dernier lundi du mois, je vais vous proposer une vidéo un peu plus technique en rapport bien sur avec la pratique du modélisme ferroviaire. J'ai reçu pas mal de demandes et de question sur le thème de comment dessiner son réseau et avec quel logiciel, une série de vidéos est en préparation sur ce thème, je vous proposerais la première fin novembre, et en attendant, je voulais aujourd'hui revenir sur un sujet dans lequel il n'est pas forcément toujours facile de s'y retrouver : les écartements et les échelles.

Le but de cette série de vidéos c'est clairement de vous aider à franchir le pas si vous aussi, vous avez gardé précieusement dans votre cave, votre garage ou votre grenier le train électrique que vous aviez reçu quand vous étiez enfant, en vous disant qu'un jour, à la retraite ou peut-être même avant, je l'espère, vous vous lanceriez dans la création de votre réseau. Dans cette série vous trouverez matière à dégrossir le sujet, et je vous donnerais des pistes et vous indiquerais des ressources si vous souhaitez aller plus loin et approfondir les points abordés. Et si vous êtes comme beaucoup d'Aiguillonautes déjà pratiquants, j'espère que vous trouverez ici matière à un petit rafraichissement de vos connaissances, voire de nouvelles idées à mettre en pratique sur vos réseaux et surtout l'envie d'aider ceux qui souhaiteraient vous rejoindre dans la pratique de votre hobby à franchir le pas.

Quand on souhaite créer un réseau, bien des questions se posent et parmi elles, il y a celle de l'échelle à pratiquer, qui va bien sur être déterminante quand à la place que va occuper votre future maquette. A vous entendre, j'ai l'impression que cette question est souvent très vite évacuée, vous allez opter pour le HO parce-que vous avez le sentiment que c'est l'échelle standard, la plus communément pratiquée, celle pour laquelle il existe le plus grand choix de matériel dans le commerce, mais laissez moi quelques minutes pour vous expliquer que le choix d'une échelle dépend aussi de ce que vous aimeriez faire, construire du matériel, le surdétailler, faire rouler d’interminables convois de marchandises ou vous livrer à l'exécution de nombreuses manœuvres ce ne sont là que quelques exemples des pratiques très diverses qui existent dans le domaine du modélisme ferroviaire.

Pour faire simple on va classer les échelles en 3 familles pour ce qui est de la pratique du modélisme ferroviaire en intérieur, les petites, les moyennes et les grandes, et j'en évoquerais rapidement une 4ème qui concerne les trains de jardin. Mais avant de rentrer dans le détail de celles qui existent, et je suis à peu près persuadé que même si vous connaissez bien le sujet, il y en a une ou deux qui vous ont échappé, je voudrais revenir sur la question des écartements, parce que les deux sujets échelles et écartements ne fonctionnent pas l'un sans l'autre.

Bien sur là aussi, je vais forcément simplifier, parce-que les écartements il en existe un très grand nombre utilisés de par le monde, mais je pense que l'on peu très vite tomber d'accord sur le fait que si vous pratiquez ou vous vous apprêtez à pratiquer le modélisme ferroviaire, il y a 99 chances sur 100 pour que vous vous inspiriez de choses vues en France ou dans les pays limitrophes, et pour certains d'entre vous en Amérique du nord et avec ça, on a déjà de quoi dire.

La première chose c'est de se mettre d'accord sur ce que l'on mesure. L'écartement des rails, c'est la distance qui sépare le flanc interne des deux fils de rails d'une voie ferrée. Il existe un écartement standard, qui a été normalisé par l'UIC, l'Union Internationale des Chemins de Fer il est de 1 mètre 435. On estime que 60% des voies posées dans le monde, le sont à cet écartement. C'est beaucoup, et en même temps ce n'est pas non plus un standard ultra-dominant, il laisse la place à des milliers de km de voies posées à des écartements différents. 1 m 435, c'est l'écartement standard en vigueur dans les pays qui historiquement ont été les premiers à construire des voies ferrées, à savoir la Grande Bretagne, l'Allemagne, la France, la Belgique et en dehors du continent européen, les Etats-unis.

Pour ce qui est de l'Union Européenne, il existe une décision d'avril 2011 qui fait de cette norme un standard que tous les pays sont en passe d'adopter, même ceux qui au départ étaient partis sur un écartement différent.

Lorsque l'écartement est supérieur à 1m435, on parle de voies larges. On en trouve au sein même de l'Union Européenne, principalement en Espagne et au Portugal, ou l'écartement des voies est de 1 m 668. Sous l'influence de l'UIC et de l'Europe, l'Espagne équipe peu à peu ses lignes de voies à double écartement, mais à construit ses lignes à grandes vitesse directement à l'écartement standard.

Les autres pays dans lesquels on trouve des voies à écartement large, sont l'Irlande, 1 m 600, la Russie et les anciens pays de l'Union Soviétique ou le standard était un écartement de 1 m 524 et la Finlande ou les trains roulent sur des voies d'une largeur de 1 m 50.

Pour ce que j'ai pu en voir moi, ces écartements ne sont pas inexistants, mais très très rarement évoqués sur les réseaux créés par des modélistes ferroviaires. Il en va tout autrement des voies dont l'écartement est inférieur à l'écartement standard, et que l'on qualifie de voie étroite.

Dans ce groupe, il convient de distinguer d'entrée de jeu la voie dite métrique qui est ou a été très utilisée, et tous les autres écartements. La voie métrique est très couramment employée dans le monde, en France elle a équipé les nombreux réseaux de chemins de fer secondaires et subsiste notamment en Corse, dans le centre sur les quelques kilomètres de ce qu'il reste du réseau du Blanc-Argent, dans les Alpes sur la ligne qui relie Saint-Gervais à Martigny, entre Villefranche de Conflent et Latour de Carole et en Provence. Je ne parle pas ici des chemins de fer touristiques qui pour certains roulent sur des lignes à écartement métrique, mais bien de liaisons qui restent intégrées au réseau ferré national exploité par la SNCF. Beaucoup de réseaux de tramways ont également opté pour ce standard, c'est le cas encore aujourd'hui à Saint-Etienne, et ce fut le cas en Belgique pour le très important réseau des Chemins de Fer Vicinaux qui couvrait pratiquement tout le pays. En Suisse, ce sont pas loin de 1500 km de voies métriques qui restent actives à l'heure actuelle.

L'intérêt de la voie étroite c'est qu'elle permet de grosses économies en terme de coûts de construction puisque l'emprise sur le terrain est moins conséquente, des rayons de courbures beaucoup plus serrés pour facilement s'adapter au terrain et limiter ainsi la construction d'ouvrages d'art. En revanche, la vitesse y est limitée et il est à noter que toutes les lignes à grande vitesse construite dans le monde l'ont été à voie normale, parce qu'elle est la seule à supporter les contraintes que la grande vitesse sur rail induit, ainsi que le poids plus important des rames en circulation.

En dehors de la voie métrique que l'on pourrait considérer comme un pseudo-standard, il n'existe pas à proprement parler de normes dans le domaine de la voie étroite, même si certains écartement sont plus courant que d'autres. Ainsi, le système Decauville qui a été mis au point durant la Première Guerre mondiale utilise de la voie de 60 cm. De nombreux chemins de fer industriels l'ont également adopté, rachetant du matériel militaire pour leurs propres besoins, dans l'entre deux guerres. Dans les mines, sur les chantiers, les briqueteries, les scieries et autres sites industriels, on trouvait aussi de la voie de 40 ou de 70 cm.

A noter que des lignes d'intérêt secondaires ont été établies à l'écartement de 75 cm en Allemagne, et 76 cm en Autriche et dans les Balkans et encore plus étroit, en Grande-Bretagne, il existe une ligne en voie de 38 cm, un écartement qui a été repris par le Chemin de Fer Touristique d'Anse en France, mais nous somme là à une limite qui nous permet de rebasculer du train réel au modélisme ferroviaire.

Je vous parlais de 3 grandes familles d'échelles pour la pratique du modélisme ferroviaire en intérieur, au sein de celle-ci on va pouvoir créer encore 4 subdivisions pour refléter les différents types d'écartement rencontrés dans le monde des chemins de fer réels. Ces 4 variantes sont :
La voie normale, la voie métrique, la voie étroite et les faibles écartements.

Dans la famille des petites échelles on va trouver le Ty, le T, le ZZ, le Z et le N.

Je passe rapidement sur le Ty, une échelle mise au point au Japon ou la place fait cruellement défaut, c'est Lorie qui me l'avait fait découvrir, vous pouvez vous référer au reportage que je lui avait consacré si vous souhaitez en savoir plus au sujet de cette échelle, nous sommes ici au 1/900 ème, et les modèles sont tellement petits que la notion de rails n'existe plus, le train est aimanté sur une plateforme.

Le T, c'est du 1/450 ème et au vue de la petitesse des modèles on ne distingue pas les différents type d'écartements, seule la voie normale est représentée, sa largeur est de 2,9 mm. Vous n'êtes pas très nombreux à pratiquer cette échelle, qui permet pourtant de faire tourner des trains sur des très petits réseaux ou de s'amuser à l'image de ce que fait Gérard, dont je vous ai présenté le travail dans Aiguillages, à créer de petites scènes ferroviaires dans des écrins tout à fait inattendus.

Le ZZ, c'est du 1/300ème une échelle qui semble exclusivement pratiquée en Japon, je n'en ai jamais personnellement jamais vu en exposition, la voie est large de 4,8 mm.

Le Z, c'est du 1/220 ème, c'est la première des petites échelles à se décliner à voie normale ou métrique. On parle alors de Zm. Dans le premier cas, la largeur de la voie est de 6,5 mm, dans le second, de 4,5 mm. C'est une échelle qui est bien adaptée à la représentation de très gros sites ou à la circulation de très longs trains de marchandises, y compris des convois pouvant mesurer un km de long, comme c'est souvent le cas aux Etats-unis. Et là, le spécialiste français de cette échelle, s'appelle Jean-Baptiste Merillot, il a créer un site dédié à ce sujet, que vous trouverez à l'adresse z-trains-us.fr.

Avec le N, on commence à entrer dans le domaine des échelles dont le nom est un peu plus connu des amateurs. Nous sommes au 1/160ème, la voie normale est de 9 mm, c'est elle qui a donné son nom à cette échelle, N pour neuf (Neun en Allemand, puisque cette échelle est née dans ce pays) mais on peut aussi pratiquer du Nm pour N métrique avec une voie de 6,5 mm ou du N étroit, Ne, la voie utilisée étant celle de 4,5mm. Une ressource incontournable lorsque l'on pratique le N, c'est l'AFAN, l'Association Française des Amis du N, le site afan.fr propose pas mal de documentation et détails les normes modulaires que vous pouvez adopter pour pratiquer cette échelle et raccorder vos modules à ceux d'autres amateurs.

Dans la famille des échelles de taille moyenne, on trouve le TT pour Table Top, c'est du 1/120 ème et la plus petite des échelles qui offre un accès aux 4 écartements de voie possible. La je vous renvoie au reportage que j'ai consacré au réseau de Stéphane à cette échelle, qui vous explique bien les avantages de cette échelle assez mal connue en France, et qui est le promoteur de la FETT, Fédération Française de l' Echelle TT une association qu'il aimerait créer pour promouvoir la pratique du 1/120ème en France.
Le TT se décline en TT à voie normale dont l'écartement est de 12mm, voie métrique, le TTm, de 9mm, voie étroite, le TTe de 6,5mm, et TTi de 4,5mm

Je pense ne pas avoir besoin de vous présenter très longuement le HO, que selon les puristes on serait sensé prononcer H zéro, sauf que très peu de pratiquants le font. La raison est que le 1/87 ème est moitié plus petit que l'échelle de référence qui est le Zéro, échelle à laquelle on été diffusé les premiers trains jouets. H zéro signifie par conséquent Half Zéro.
Les déclinaisons des écartements à cette échelle se font en voie normale d'une largeur de 16,5 mm, voie métrique sur une voie de 12 mm, étroite, de 9 mm et faible écartement de 6,5 mm.

Le double Zéro est une échelle assez proche du HO, mais surtout utilisée par nos amis anglais. C'est du 1/76 ème sur de la voie de 18,8 mm pour l'écartement normal, je passe rapidement dessus, de même que l'échelle S rebaptisée échelle H1 qui a été pratiquée en Europe dans les années 50 à 80 et qui ne l'est plus à l'heure actuelle qu'en amérique du nord. C'est du 1/64ème sur voie de 22,5mm.

On rentre ensuite dans la catégorie des grandes échelles, avec le célèbre 0 qui existe en plusieurs déclinaisons selon qu'on le pratique en Europe ou aux Etats-unis, ce sera du 1/43,5ème, du 1/45ème ou du 1/48ème. Les écartements utilisés sont de 32 mm pour la voie normale, 22,5 mm pour la voie métrique, 16,5 mm pour la voie étroite et enfin 12 mm pour les voies à faible écartement. Si vous vous intéresser aux possibilités de cette échelle, je ne peux que vous renvoyer au Cercle du Zéro qui saura a vous renseigner sur le sujet, et aux nombreux reportages que j'ai pu consacré à cette échelle dans Aiguillages.

Vient ensuite l'échelle I qui est au 1/32ème. Là, la voie normale est de 45mm, 32 pour la voie métrique, 22,5 pour la voie étroite et 16,5 pour les voies à faible écartement. Peu d'amateurs la pratique en France, je peux néanmoins vous renvoyer au Club de Thonon les bains qui présente en exposition le réseau de l'un de ces membres Jérôme Girardeau, à cette échelle.

Après quoi on sort un peu du cadre de cette vidéo, avec les échelles conçues pour pratiquer le modélisme ferroviaire en extérieur, c'est le cas de l'échelle II, le 1/22,5 ème qui voit rouler ses trains sur des rails à l'écartement de 64 mm pour la voie normale, 45, pour la voie métrique, 32mm pour la voie étroite et 22,5 pour les voies à faible écartement. Nous sommes ici dans le monde de la vapeur vive ou des trains de jardin. Cette échelle est aussi dite G pour Garten en Allemand, et sa promotion en est largement faite par l'EVC 45 pour la pratique de la vapeur vive, et les Potes à G pour sa déclinaison Trains de jardin.

Enfin, pour être complet, mais sans entrer dans des détails qui nous amèneraient à traiter un autre sujet, je voulais terminer cette énumération, en évoquant la pratique du train de jardin sur des voies de 127 ou 184 mm qui elle est largement portée par la CAV, la Confrérie des Amateurs de Vapeur.

Un dernier point, quand je vous parlais au début de cette vidéo du type de réseau que vous souhaitiez construire, du type de matériel que vous souhaitiez y voir circuler, livrez-vous peut-être à ce genre de calculs avant de déterminer l'échelle que vous allez adopter.

Pour représenter un km de paysage ou faire circuler un train de marchandise américain qui atteindrait cette taille, il vous faudra disposer d'une longueur minimale de plus de 20 mètres en 0, un peu plus de 10 en Ho, mais seulement un peu moins de 6 en N ou 4 mètres 50 en Z,

Une rame TGV qui mesure en moyenne 200 mètres vous prendra un peu plus de 4 mètres en 0, 2 mètres en Ho, 1 mètre 25 en N ou encore 90 centimètres en Z,

un train court d'environ 80 mètres de long, c'est 1,60 en 0, 90 cm en HO, 50 cm en N, 25 en Z

et enfin, un autorail de type X2800 d'un peu moins de 30 mètres d'envergure, c'est 60 cm en 0, 30 en Ho, 15 en N et 7 en Z

On est d'accord, que je ne vous ais pas fais des calculs scientifiques, il s'agit juste de vous donner une idée des questions à se poser avant de se lancer dans la création d'un réseau et de faire le choix d'une échelle.

J'espère que cette vidéo vous aura été utile, mettez un petit pouce bleu si vous la regardez sur Youtube, pensez à vous abonnez à la chaîne également pour être sur de ne pas rater les prochains épisodes de cette mini-série technique, et je vous retrouve Jeudi, pour de nouvelles aventures sur les rails.







Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Les rendez-vous du lundi