Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

La Maurienne

Un réseau des CFFC

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

La Maurienne Un réseau des CFFC

Transcription :



Un club qui est basé à Pontarlier dans le Haut-Doubs, mais dont les membres, ils sont une soixantaine, proviennent d'un peu partout en France. De ce fait, pas de local ou des maquettes seraient installés à demeure, les membres de l'association travaillent chacun de leur côté sur des modules qui sont assemblés lors de diverses expositions. Pas étonnant donc que si le premier grand réseau du club était d'inspiration locale, il s'agit de "La Bosse", une reproduction des sites les plus marquants de la ligne internationale Dole-Pontarlier, la nouvelle maquette du CFF nous sort du territoire Jurassien. La Bosse avait été présentée pour la première fois, à Meursault lors de l'édition 2010, et dans l'un des plus anciens reportages d'Aiguillages qui soient encore en ligne, au cours de sa 3ème saison. En 2013, lors de la 3ème édition de la Fête du Train au Pays des Grands Noms, nous avions de nouveau rencontré Jean Cuynet, le président du club, qui présentait un premier module de ce futur projet. Et nous voici de nouveau à Meursault, pour la 4ème édition de la Fête du train, en présence des deux réseaux. "La Bosse" dont la grande version occupe une longueur de 22 mètres, était présentée dans une version raccourcie cette année à Meursault, afin de laisser la vedette au nouveau réseau du club, "La Maurienne". Une maquette qui se développe sur une longueur plus modeste, pour l'heure limitée à 9 mètres.

Après « La Bosse », on avait à nouveau à cœur de produire une ligne de montagne originale puisque nous avons choisi La Maurienne dans les années 50-60, à l'époque où la ligne était encore équipée du troisième rail latéral, c'est la particularité de cette ligne. Nous avons sélectionné plusieurs gares au départ, notre choix s'est finalisé sur la gare de La Praz, située juste avant Modane. Pourquoi ? Une gare de dimension raisonnable située dans une partie très accidentée de la ligne et qui voit passer de nombreuses circulations particulières à la Maurienne, entre autres un transit important international de la France à l'Italie et vice-versa. Le réseau est géré par le logiciel Train Controller interfacé par une centrale ESU. C'est un réseau qui est entièrement digitalisé, avant c'était géré avec un système un peu plus simple. L'avantage du digital, c'est de représenter des particularités propres aux machines, à l'exploitation, les bruits des freins, les arcs électriques quand les frotteurs quittent le troisième rail, ça produit tout une série de petits détails très particuliers.

Des arcs électriques qui sont reproduits grâce à de toutes petites leds.

Des micro-leds effectivement, qui sont montées sur des machines, ce n'est pas un point fixe sur le réseau, ce qui fait qu'on voit l'arc qui chemine sur quelques mètres comme en réalité quand ça avance.

Troisième rail oblige, le matériel roulant était très spécifique à cette ligne, la plupart des machines étant cantonnées à des allers-retours Chambéry-Modane.

Au niveau du matériel roulant, les engins moteurs sont des 6500 à frotteurs, donc là on a travaillé sur des bases Jouef avec une reconstitution de la machine, on a regardé la pièce d'origine, beaucoup de détails à ajouter, la photogravure, etc. Les unités Mauriennes couplées de façon indissociable. Ce sont des bases Jouef mais on est en train de travailler sur des unités Mauriennes à partir des maquettes Mistral. On retrouve des engins spécifiques : tous les engins d'origine PLM, un CC1, deux CC2, un BB1 etc. Le parc est en constitution, on a déjà 6 trains qui roulent mais il y aura une suite, le prochain rendez-vous sera à Lille au mois d'avril. Au niveau du matériel marchandise, chaque wagon a été patiné, super détaillé, chargé, les petites inscriptions sur les wagons comme il était coutume à la craie, à l'époque et chaque rame est extrêmement personnalisée et beaucoup de wagons présentés d'après de photos réelles, on est allés jusque-là.

Un travail de recherche documentaire qui a concerné également la réalisation des bâtiments de la gare de La Praz, puisque celle-ci n'existe plus de nos jours.

Un énorme travail documentaire, parce que la gare aujourd'hui elle a disparu en tant que telle donc on ne pouvait pas faire du repérage, en tout cas au niveau du bâtiment, on s'est basés sur des images d'archive qu'il a fallu retrouver. On est quand même allés sur le site, on a pris des milliers de photos, découpé le site, voir comment on allait le séquencer, l'adapter en modélisme. Ce qui nous intéressait c'était cette succession d'ouvrages d'art spectaculaires et le décor très minéral avec des reliefs imposants en réalité qu'on a essayé de reproduire ici.

Le site de la gare de la Praz est en fond de vallée. Au dessus de nos têtes, plus de 800 mètres de dénivelés pour beaucoup recouverts par la forêt. Sur ce module, ce sont plus de 300 sapins qui ont été plantés, les feuillus quand à eu, n'ont pas été compté. Autre défi, la reconstitution de la gare.

La gare, c'est d'après une seule photo qu'on avait, c'est un tout petit peu de l'uchronie parce que cette gare a dû disparaître dans les années 50. Les architectes de la SNCF ont fait un bâtiment tellement horrible qu'on a préféré mettre ce bâtiment qui était quand même joli, le problème c'est que la jolie façade est tournée côté voie, le public ne la voyant pas, j'ai fait une image, j'ai incrusté à l'emplacement exact où est cette gare notre maquette, c'est la stricte réalisation d'après la photo d'époque. Avec un cadre en plus agréable comme ça, c'est joli. Maintenant, à l'emplacement il y a un ferrailleur avec un chien qui a des dents énormes, donc c'était pas la peine, j'en ai pris une un petit peu plus loin, la photo depuis le pont, mais la perspective va bien. Ça permet au public de voir l'emplacement réel, comme était la gare. La gare est équipée à l'intérieur, ce qui est un peu frustrant c'est que moi je sais ce qu'il y a dedans, là on y voit un petit peu moins, par exemple le chef de gare qui était pas très fatigué, il a deux pieds sur le bureau, le poste de bloc il y a un gars qui finit son sandwich, en train de lire les avis peut-être de futures grèves, l'avantage qu'on avait avec ce poste de bloc c'est qu'il est vitré de ce côté, ce qui n'est pratiquement jamais le cas. Là, on n'a rien inventé, c'est le cas sur ce bloc. Pourquoi ? Parce que la vue en face est pas spécialement gaie, il y avait une énorme usine qui fumait, c'était peut-être pour distraire l'agent de sécurité, on ne sait pas !

Et pour distraire, mais aussi instruire le public qui fréquente les expositions de modélisme ferroviaire, le CFF se déplace avec du matériel à l'échelle 1. Une cabine de conduite était installée cette année sur le réseau de la Bosse, et sur celui de la Maurienne, c'est un poste de bloc fonctionnel qui a été mis en place.

C'est un souci permanent pour nous de montrer le rapport qu'il y a entre modélisme et réalité parce que le chemin de fer que nous reproduisons est la copie de ce qui a existé ou de ce qui existe aujourd'hui. Le poste de bloc, c'est là où l'agent de circulation de la gare se rendait pour ouvrir et fermer les signaux, c'est une installation qui ne fonctionnait que dans le sud-est, c'est une installation de l'ancien PLM. Il y en avait un gare de La Praz, dans lequel l'agent se rendait pour pousser les leviers qui commandaient les signaux. Il y avait un répétiteur de signaux, le poste n'était pas terminé l'échelle 1, mais à l'échelle Ho il est fini et il est là ! On a le fonctionnement ici des sémaphores qui vont s'ouvrir et se fermer, les autres signaux sont trop loin pour être représentés sur ce réseau.

Le réseau La Maurienne va continuer à évoluer dans les semaines et les mois à venir avec de nouveau matériels roulants qui peu à peu vont pouvoir circuler sur ses voies, et une petite extension qui est dores et déjà en projet mais dont la construction ne devrait pas être commencée avant le début de l'année 2018.

La semaine prochaine dans Aiguillages, une visite de club. Nous nous rendrons à Saint Saturnin les Avignon pour y rencontrer les membres du Rail Club Model Sat et découvrir les réseaux sur lesquels ils travaillent.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Echelle Ho