Aiguillages, tourisme et loisirs ferroviaires

Le musée 1900 de Lagrasse

Les tramways à vapeur de l'Aude

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le musée 1900 de Lagrasse Les tramways à vapeur de l'Aude

Transcription :



Lagrasse est situé en plein cœur des Corbières dans l'Aude, c'est une cité médiévale classée parmi les plus beaux villages de France, notamment grâce à son Abbaye, la plus grande du département. Mais c'est une autre visite qui nous intéresse aujourd'hui plus particulièrement. Celle de ce lieu créé par une famille de viticulteurs. Des collectionneurs d'objets de métiers anciens, de vieux jouets et de poupées. Le musée en compte plus de 3000. Cyril Codina, le fils est maître Vinaigrier. Avec son épouse Isabelle, ils animent ce musée, en y proposant des dégustations de leur production. Au rez-de-chaussée, les 300 premiers mètres carrés d'exposition ont été ouverts au public en 2009. En 2014, était inaugurée le premier étage avec deux maquettes interactives dont celle nous proposant de vivre une journée de voyage à bord des Tramways de l'Aude. Une réalisation de l'AMFA, l'Association des Modélistes Ferroviaires Audois, dont le dernier module a été posé quelques semaines avant le tournage de ce reportage. Au final, les modélistes auront passé plus de 3 ans à reconstituer les 7 villages traversés sur le parcours de l'ancien tramway de l'Aude, en collaboration avec une équipe de techniciens, car il ne s'agit pas là d'une simple maquette, mais d'une animation en 4D qui plonge le spectateur en immersion totale dans un beau jour des années 1900, à bord du tramway. Les sièges sur lesquels vous prenez place vibrent lorsque le train se met en mouvement, un audio-guide vous raconte l'histoire de cette journée particulière, des parfums de la garrigue embaume la pièce, et il n'est pas dit que vous ne serez pas légèrement arrosé si un orage venait à gronder en fin de journée.

La maquette est disposée en U, face aux spectateurs. Au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire, le tramway se déplace de village en village, marquant l'arrêt dans chacun d'eux, pour laisser le temps d'apprécier la visite. La compagnie des Tramways à Vapeur de l'Aude a exploité entre 1900 et 1933 jusqu'à plus de 400 km de voies ferrées, pour l'essentiel construite en bordure des routes existantes. L'une d'entre elles passaient précisément à Lagrasse.

C’est la ligne de 1904 qui partait de Lézignan à Saint-Pierre-des-Champs. Elle a permis de débloquer la vallée puisqu’il n’y avait pas de moyens de locomotion. Après, le moteur à explosion a fait que cette ligne n’a pas duré, mais juste ces 20 ans ont beaucoup servi à tous ces villages. Avec toute l’équipe de l’AMFA, on a passé pas mal de temps à aller voir tous ces villages et on a essayé de s’imprégner de cette histoire et reconstituer au plus juste chaque village en 1900, avec toute la vie qui va autour. A Fabrezan, par exemple, on a mis tous les marchés, tous les magasins, exactement comme on les trouvait à l’époque puisque tous ces petits magasins dans chaque village ont un peu disparu, avec ces grandes surfaces, etc. et la proximité de Lézignan. On a voulu remettre les villages tels qu’ils étaient à l’époque et non pas comme on les trouve maintenant.

Un gros travail de recherche dont se sont chargé les modélistes de l'AMFA de Carcassonne pour reproduire les principaux bâtiments existants et reconstituer certains de ceux qui ont été détruits depuis.

Toute cette ligne à voie métrique est représentée par, au départ, la gare de Saint-Pierre-des-Champs, et les villages sont positionnés les uns à la suite des autres : on retrouve Saint-Pierre-des-Champs, Lagrasse, Ribaute, Camplong, Fabrezan, Ferrals-les-Corbières, et Lézignan terminus. La maquette est d’une fidélité vraiment formidable puisque nous avons notre professeure super douée, Béatrice, qui a son diplôme d’ingénieur maquettiste et qui a une main de fée, et donc tout a été représenté au plus fidèle possible.

A commencer par l'Abbaye Bénédictine de Lagrasse, dont la partie la plus ancienne se visite encore de nos jours.

En premier lieu on a fait des repérages sur place, dans l’Abbaye elle-même, on a fait des photos, on est montés au niveau de la tour, on a fait le tour pour avoir un minimum de renseignements précis pour élaborer les plans et après réaliser la maquette et après on est passés à la production. On a mis à peu près 2 mois, on a fait des plans de sol et après on a monté par rapport aux photos et les vues qu’on avait pris dans ce cadre-là.

Mais au-delà de l'élévation à l'échelle des bâtiments, ce sont toute une série de petits détails qui ont donné le plus de travail aux maquettistes.

Les petits détails qui font ressortir l’architecture historique, tout ce qui est vraiment dans le contexte magnifique par exemple du cloître, le mettre en valeur par rapport au contexte autour de la maquette. Les petits jardins, essayer de mélanger le côté historique de l’époque, parce qu’au niveau de la grande tour qui se trouve là-bas, ils avaient un jardin avec à l’époque des plantes médicinales, donc ils avaient élaboré des petits carrés de façon très consciencieuse dans les quadrillages et ça, le mettre en maquette, ça donne un plus au niveau artistique dans l’ensemble.

La maquette a été construite par l'ensemble des membres de l'AMFA, et plus particulièrement Alain, Béatrice, Philippe qui n'a pu être présent le jour de ce reportage, et Pierre.

Ce que j’ai surtout fait sur cette maquette c’est la pose de la voie, les aiguillages etc., plus toute l’électricité en relation bien sûr avec les gens de Tournissan qui eux se sont chargé du spectacle sons et lumières, c’est-à-dire qu’en fonction du texte et de l’éclairage, le train démarre en fonction du texte. Ils ont fait la partie du démarrage, à chaque gare il y a une coupure, et c’est l’informatique qui fait démarrer le train.

L'expérience qui est proposée au spectateur va même bien au-delà, puisqu'elle fait appel à tous ses sens.

Je suis assis sur un siège qui vibre, on a mis de petites vibrations à l’intérieur, bon après ça reste un tramway, c’est pas une soucoupe volante, on est pas à Poitiers. Ensuite on a, au-dessus de vous, le brumisateur, les ventilos, différents parfums, et là comme ça le petit tramway autour de nous se promène et passe de village en village avec tous les éclairages qui vont autour et bien sûr tous les effets au niveau son, chacun met son casque avec la langue qui va bien, il y a 4 langues, et nous avons une sorte de petite musique d’ambiance et puis la personne explique exactement tout ce qui se passe, mais c’est plus un petit spectacle un peu à la Pagnol, on n’a pas voulu expliquer rigoureusement la voir ferrée, on est ici pour passer un bon moment, pas pour expliquer l’Histoire du tramway, oui cette histoire est expliquée, mais un peu ironiquement, on a voulu, que ce soit les audioguides en bas, que ce soit le spectacle qui se trouve de l’autre côté, ou celui-ci en 4D, on a voulu expliquer une petite histoire chaque fois, mais qui tourne aussi autour de la viticulture, et c’est peut-être grâce au tramway aussi qu’on a encore ces vignes sur Lagrasse, ces villages un peu reculés, puisqu’il a permis, ce tramway, d’acheminer toutes les barriques jusqu’à Lézignan, qui partaient après sur Bordeaux.

A Lézignan, le tramway à voie métrique faisait en effet correspondance avec le grand train. Celui exploité à l'époque par la Compagnie du Midi. Outre les marchandises, les passagers prenaient bien sur place à bord. Pour certain, ils permettaient même de goûter à un plaisir auquel il aurait été difficile d'accéder s'il n'avait pas existé.

A l’époque, les gens n’avaient pas de voiture, mis à part un cheval mais c’était très long pour aller se baigner à la plage de Port-la-Nouvelle, eh bien là avec le petit train ils pouvaient partir de Lagrasse, avoir une correspondance à Fabrezan où il y avait une voie ferrée qui partait directement sur Port-la-Nouvelle, passer la journée à la mer et revenir le soir. Pour cette époque-là, c’était une affaire sensationnelle d’avoir la possibilité de se baigner à la mer alors qu’on habitait à l’intérieur des Corbières.

Vous découvrirez bien d'autres anecdotes sur les Tramways à Vapeur de l'Aude et la vie dans les Corbière au début du XXème siècle, en venant visiter, le musée 1900 de Lagrasse ou rencontrer les membres de l'AMFA de Carcassonne, que l'on devrait retrouver très prochainement en exposition, puisqu'ils travaillent à l'heure actuelle à la construction d'un nouveau réseau modulaire, plus facile à déplacer que celui que je vous avais fait découvrir dans un précédent numéro d'Aiguillages. Des membres qui sont ravis de leur collaboration avec le musée 1900 et qui ne demande qu'à se relancer dans la construction d'une autre maquette de ce type, pour représenter pourquoi pas une autre ligne des Tramways de l'Aude, en un autre lieu.

La semaine prochaine comme tous les derniers vendredis du mois, un sujet consacré à un chemin de fer touristique. Nous serons à bord du Train Touristique du Centre Var, pour une balade entre Carnoules et Brignolles.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Réseau ouvert au public