Le Grand Train Tour de Suisse 2019

Le Grand Train Tour de Suisse

2019

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Grand Train Tour de Suisse 2019

Transcription :

Bonjour et bienvenue dans Aiguillages ! On va retourner en Suisse pour ce dernier numéro de la saison, le Grand Train Tour de Suisse, c'est un ensemble de 8 parcours totalisant 1280 km à arpenter en trains panoramiques pour découvrir la Suisse, on va en faire un petit bout ensemble dans le reportage qui arrive.

La Suisse vous pouvez la rejoindre depuis la France grâce au TGV Lyria qui assure une 20aine de liaisons par jour et y circuler librement, grâce à un billet unique, le Swiss Travel Pass réservé aux touristes étrangers. Pour les français, les principales gares d'arrivée sont Bâle, Berne, Genève ou Lausanne. Il reste ensuite à faire une petite marche d'approche en train, pour rejoindre l'un des points de départ de l'excursion. Pour nous, ce sera Zermatt d'où nous emprunterons comme premier train panoramique le Glacier Express.

Si vous avez Suivi la série Train Suisse au Sommet diffusée tout au long de cette saison dans Aiguillages, et bien le voyage que nous nous apprêtons à faire aujourd'hui est quasiment le même, mais à l'envers. Nous étions parti de Lucerne pour arriver à Zermatt, et monter au sommet du Gonergrat, cette fois-ci nous partirons de Zermatt pour rejoindre Lucerne.

Zermatt c'est une station ou l'on peut skier toute l'année, une petite ville d'où les voitures à moteur à combustion sont bannies. Ici, les déplacements se font à pied, ou en empruntant divers véhicules électriques. Le train y est arrivé en 1891, avec la construction d'une ligne reliant Zermatt à Viège, au fond de la vallée. Comme de partout en Suisse depuis 1982, les trains ici sont cadencés, et les allers et venus à la gare sont particulièrement nombreux.

A côté de la gare voyageurs, une petite annexe marchandise est également très active.

Zermatt est le siège d'une autre compagnie de chemins de fer, le Gornergrat Bahn qui se trouve à quelques mètres de la gare principale. En une demie-heure, ce chemin de fer transfert ses voyageurs dans un autre monde : celui de la haute montagne. Nous sommes à la mi-juin, le temps est magnifique, alors nous allons nous laisser tenter par l'aventure, et la promesse de découvrir l'un des plus beaux panoramas alpins avec une vue sur le Cervin, et une 40 aine d'autres sommets. Entre deux circulations régulières, une rame spéciale redescend un chasse neige. On se dit que l'on a de la chance, que c'est sans doute le jour que les employés de la compagnie on choisi pour le ramener au dépôt de pour le remiser pour la saison d'été. On était loin d'imaginer, ce que nous allions trouver plus haut.
Les travaux de construction de cette ligne, ont commencé en 1896, elle fut inauguré, deux ans plus tard. Elle est à voie métrique et à crémaillère sur toute sa longueur. Elle est longue d'un peu plus de 9 km et passe de 1604 mètres à 3089 mètres d'altitude. Son terminus supérieur est ainsi la gare ferroviaire à l'air libre, la plus haute d'Europe.

Dans un premier temps, en raison d'un gros risque d'avalanche, le terminus ne pouvait être atteint que l'été. La construction d'une galerie paravalanche de près de 800 mètres de long, a permis l'exploitation de la ligne dans sa totalité, tout au long de l'année, à partir des années 40.

Pas de gros risque d'avalanche en ce mois de Juin, mais ho surprise, le retour du chasse neige aurait du nous alerter sur ce que nous risquions de rencontrer au sommet. La neige est bien présente, et c'est même la tempête. Alors tant pis pour le magnifique panorama, ce sera pour une autre fois et pour la vue sur le mont Cervin, et la photo carte postale inévitable, il nous faudra attendre demain.

Une journée qui commence par un petit tour à bord du taxi électrique de l'hôtel pour rejoindre la gare, ou nous attend notre premier grand train panoramique, le Glacier Express. Au départ de Zermatt, il permet de rejoindre St-Moritz ou Davos des destinations que séparent pas moins de 291 ponts et 91 tunnels. Une partie de ce parcours est commune avec celui de la ligne du Bernina-Express, que nous emprunterons demain. Ce train exploité conjointement par le Matterhorn Gothard Bahn pour la partie comprise entre Zermatt et Disentis dans le canton des Grisons, et les Chemins de fer Réthiques est également à voie métrique, et fait appel à une crémaillère sur de nombreux tronçons de son parcours pour franchir de très fortes rampes. Il se targue d'être l'express le plus lent du monde. Il lui faut 7 heures pour parcourir la totalité de sa ligne. Une réputation qui n'a en rien entaché le succès qu'il rencontre depuis sa mise en circulation en 1930. Et pour cause, si l'on prend le Glacier Express, c'est pour le spectacle qu'il offre à ses passagers tout au long de son trajet et aussi pour le plaisir et l'art de voyager en train. Le voyage est commenté en plusieurs langues, il suffit de brancher des écouteurs sur le canal correspondant. A midi, le repas est servi aux voyageurs, à leur siège. Ce train doit son nom au glacier du rhône qu'il longeait jusqu'au début des années 80, avant la mise en service du tunnel de base de la Furka. Celui-ci évite au train d'emprunter la ligne sommitale qui culmine à 2160 mètres d'altitude, et n'a jamais été électrifiée. Après le Rhône, c'est le Rhin dont se rapproche le Glacier Express, avant d'attendre notre ville d'étape de ce soir, Coire. La plus ancienne des villes Suisses. On y parle le Romanche, l'une des 4 langues officielles pratiquées en Suisse, avec l'Allemand, l'Italien et le Français. Coire, c'est aussi le siège de la compagnie des Chemins de Fer Réthiques.
Depuis Coire nous repartirons pour une nouvelle journée de voyage, avec comme destination la riviera Suisse, et un court passage par l'Italie. Nous montons à bord du Bernina Express. Pour un voyage sur une ligne classée au patrimoine mondiale de l'UNESCO. Après quelques kilomètres parcourus en fond de vallée, les choses sérieuses commencent très vite, et notre train prend de l'altitude, enchaînant pour ce faire les lacets et les boucles hélicoïdales. Juste avant d'arriver en gare de Filisur, il s'engage sur le célèbre viaduc de Landwasser. Construit au tout début du Xxème siècle, c'est un viaduc en courbe, haut de 65 mètres, à la sortie duquel le train s'engage dans un tunnel. On dirait, qu'il est avalé par la montagne. Ici aussi le paysage est magnifique. Nous sommes sur la ligne dite de l'Albula. Sur à peine plus de 120 km, la voie ferrée emprunte 55 tunnels et 196 ponts. Les trains franchissent des rampes de 7%. Mais ici, point de crémaillère. Cette ligne est la plus haute transversale ferroviaire des Alpes, et l'une des lignes à adhérence, les plus raides du monde. Elle atteint son point culminant à L'Ospizio Bernina, à 2310 mètres d'altitude, ou la voie flirt pendant quelques kilomètres avec glaciers et lacs d'altitude. Notre train entame alors une longue et lente descente jusqu'à Tirano en Italie, qu'il atteindra après avoir franchi la célèbre boucle de Brusio.

De là, nous prendrons le Bernina Bus, pour un transfert via les berges du lac de Côme, jusqu'à Lugano.
Petite balade dans la ville pour terminer la journée, nous sommes maintenant dans le canton Italophone du Tessin.
Et pour notre dernière journée de balade ferroviaire à travers la Suisse, c'est à bord du plus récent des trains panoramiques que nous allons monter. Le Gotthard Panorama Express. Un train opéré par les CFF, les Chemins de Fer Fédéraux Suisses. Nous voici par conséquent revenu, sur une voie à l'écartement normale. Notre train est tracté par une locomotive historique de Type Ré24/4 datant de 1959. Il empruntera la ligne historique du Gotthard que délaissent la plupart des autres trains aujourd'hui, lui préférant le tunnel de base, et un parcours beaucoup plus rapide. Les rames du Gotthard Panorama Express ne sont constituées que de voitures panoramiques de première classe. Une ancienne voiture dont les vitres peuvent être ouvertes y est insérée. Elle sert de voiture photo. On peut y voyager en compagnie d'Alfred Escher, un célèbre homme politique Suisse, qui fut à l'origine de la construction de la ligne. Mais le commentaire sera assuré par un guide, présent dans chacune des voitures. Point d'orgue du trajet, la traversée du tunnel du Gotthard, à l'intérieur duquel une animation retrace l'histoire de sa construction et le passage à trois reprises et à 3 altitudes différentes devant la célèbre église de Wassen. Le terminus du train se fait à Flüelen, ou un bateau à vapeur nous attend pour une traversée du lac des 4 cantons et une arrivée à Lucerne, en début d'après-midi. Disposant de quelques minutes avant le départ de celui-ci, nous allons pouvoir accompagner le conducteur en cabine, dans sa manœuvre pour replacer sa machine à l'autre extrémité de la rame. Après quelques heures de bateau, il est déjà temps de regagner la France, en rêvant à d'autres parcours en train, à travers la Suisse, en suivant les voies du Grand Train Tour de Suisse. Mais ça, ce sera pour la prochaine saison d'Aiguillages !

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Train Touristique