Le Gotthard Panorama Express De Lugano à Lucerne
  • Actuellement 503 Aiguillonautes soutiennent Aiguillages assurant 72 % du budget annuel nécessaire à la pérénisation de la chaîne. Il ne manque plus que 194 contributeurs pour que ce projet soit viable. Découvrez comment vous aussi, vous pouvez soutenir Aiguillages en cliquant ici ou sur le lien Soutenir.

Le Gotthard Panorama Express

De Lugano à Lucerne

Plein écran cliquez ici

(ou appuyez sur la touche Entrée de votre clavier)

Le Gotthard Panorama Express De Lugano à Lucerne

Transcription :

Mon escapade de ce jour commence à Lugano dans le canton du Tessin, tout au sud de la Suisse. Les façades du cœur piétonnier de la ville se parent de couleurs chaudes, la végétation est luxuriante, le lac baigne les pieds de la ville, on se croirait presque déjà en Italie.

Et de fait, l'Italie est toute proche, elle entoure le canton du Tessin sur 3 de ses côtés et l'Italien est l'unique langue officielle de ce territoire Suisse. Lugano en est la plus grande ville, sa capitale économique. Entre collines et petites montagnes son territoire est très accidenté et s'étage de 273 à 2116 mètres d'altitude. Le moyen le plus rapide de rejoindre la gare depuis le centre ville, est d'emprunter ce funiculaire. Le Gotthard Panorama Express qui assure un aller-retour quotidien en saison est déjà à quai et ne va pas tarder de partir. C'est l'un des derniers trains réguliers avec les express régionaux à traverser le tunnel historique du Saint-Gothard. Le massif du même nom, se trouve à une centaine de km de notre point de départ, et notre train va dans un premier temps se diriger vers la capitale du Tessin, Bellinzonna. En Suisse, un très grand programme de travaux a été lancé. Intitulé NLFA (Nouvelles Lignes Ferroviaires à travers les Alpes), il prévoit la construction de tunnels situés à des altitudes dites de plaine, en lieux et place de plusieurs tunnels sommitaux existants. La création du tunnel de base du Saint-Gothard est de loin la plus spectaculaire de tous. Il s'agit d'un tunnel a deux tubes d'une longueur de 57 km. C'est le plus long, mais aussi le plus enfoui du monde, puisqu'il est recouvert par 2450 mètres de roche. L'aboutissement d'un long travail de réflexion puisque l'on commence à parler de ce nouveau tunnel dès les années 40. Il faudra attendre une 50aine d'années pour que le projet soit validé et 1998 pour que les travaux d'excavation commencent. Son inauguration a eu lieu le 1er juin 2016, et sa mise en service commercial,le 11 décembre de la même année. Les trains de voyageurs y roulent à 200 km/h, même si le tunnel est conçu pour une vitesse maximale de 250, ce qui permet de gagner une heure sur le trajet Zurich-Milan. Les trains de fret sont limités à 160 km/h. Outre le temps gagné pour eux aussi, l'intérêt de ce parcours beaucoup moins hardi que l'itinéraire historique est de permettre de faire circuler des trains plus lourds, ou de ne pas avoir a recourir systématiquement à la double traction. Mais bien sur les touristes disposant d'un peu de temps, et les amateurs de chemin de fer continueront à lui préférer, la ligne sommitale. Pour eux les CFF, les Chemins de Fer Fédéraux Suisses ont créés le Gotthard Panorama Express. Un parcours qui se fait pour partie à bord d'un train panoramique à voie normale, et pour l'autre, sur un bateau à vapeur traversant le lac des 4 cantons. Le trajet ne peut se faire qu'en première classe. La réservation est obligatoire. Un guide accompagne les voyageurs dans chaque voiture, et assure un commentaire dans différentes langues, l'Allemand, l'Anglais, l'Italien et le Français. La rame intègre une ancienne voiture de seconde classe ou les passagers peuvent se rendre pour prendre des photos, au travers des fenêtres dont les vitres peuvent encore être baissées. Ils y retrouveront Alfred Escher qui pourra leur raconter ses souvenirs de la construction de la ligne et du tunnel sommital du Saint-Gothard.
De son vivant Alfred Escher était un homme politique, né à Zurich en 1819, dans une famille d'entrepreneurs, à une époque ou les trajets entre les grands pôles économiques Suisses et Italiens pouvaient prendre plusieurs 10aines d'heures et ne pouvaient se faire qu'en diligences. Pour pallier à ces contraintes, Alfred Escher va très fortement favoriser le développement des chemins de fer dans son pays et sera à l'origine en 1869, de la construction de la ligne du Saint Gothard. Les travaux commencent en 1872, et passent par la construction déjà l'époque du plus grand tunnel au monde. De taille certes beaucoup plus modeste que le tunnel de base, puisqu'il ne mesure que 15 km de long. Parallèlement, il faut créer l'itinéraire qui permettra de l'atteindre et combler un dénivelé de 900 mètres. La solution trouvée sera un tracé particulièrement étudié, constitué de viaducs hélicoïdaux dans lesquels les trains prennent de l'altitude tout en restant sur place, et de nombreux ouvrages d'art. C'est ainsi que l'église du petit village de Wassen est devenue mondialement connue, le train passant devant à 3 reprises en offrant sur elle différents points de vue à chacun de ses passages. Beaucoup moins idylliques, les conditions de travail et d'hygiène qui étaient celles des ouvriers, dont beaucoup de mineurs italiens. Plus de 300 y laissèrent la vie. 900, leur santé. Il fallait travailler vite, l'objectif étant de construire le tunnel en un maximum de 8 ans et de mettre en service la ligne en moins de 10 ans.
Même l'ingénieur Louis Favre a qui fut confiée la direction des travaux y laissa la vie.
A l'été 1879, il décède d'une crise cardiaque alors qu'il procède à une tournée d'inspection sous le tunnel. Quelques mois plus tard, les équipes partie du nord et du sud se rejoignent. Malgré les moyens techniques limités de l'époque, les calculs étaient bon, et le décalage entre les deux galeries n'est que de 5 cm à la verticale, et 33 à l'horizontal. Le 1er juin 1882, 10 ans après le début des travaux, la ligne est officiellement inaugurée et exploitée par la Société Privée des Chemins de Fer du Gothard.
Le voyage à bord du train se termine à Flüelen, nous allons avoir la chance de pouvoir le prolonger de quelques minutes, ayant été autorisé à accompagner en cabine Damien son conducteur, dans sa manœuvre pour remettre la locomotive en tête de convoi, en vue du prochain départ de cette après-midi vers Lugano. La locomotive est une RE 4/4, elle est issue de la plus grande série de locomotives Suisses affectées tant au service des voyageurs qu'au fret, ayant été produite en 276 exemplaires. Des machines qui ont assuré un service régulier pendant plus de 40 ans pour la plupart.
Il est possible de parcourir la ligne du Gothard aux côtés du conducteur, puisqu'il s'agit d'une offre commercialisée par les CFF qui prévoient alors en cabine deux pilotes. L'un pour assurer la conduite du train, l'autre pour vous accompagner et commenter le parcours. Vous en saurez plus en consultant les pages du site des CFF consacrées à ce train.
Pour terminer mon voyage, il me reste à courir bien vite à l'autre bout du quai ou le bateau m'attend pour partir en direction de Lucerne. Une traversée du lac des 4 cantons à bord d'un bateau à vapeur à bord duquel un repas est servi à table dans l'un des différents restaurants du bord. Il est en effet un peu plus de midi et la traversée va durer pas loin de 4 heures. Le lac est très grand, 38 km, le bateau dessert plusieurs haltes. Il fait partie intégrante du réseau des transports publics suisses et est accessible aux détenteurs d'un Swiss Travel Pass qui reste pour les étrangers en voyage en Suisse pour plusieurs jours le titre de transport le plus avantageux. Il intègre une entrée gratuite dans plus de 500 musées du pays, dont le célèbre musée des transports de Lucerne que notre bateau dessert avant son terminus en face de la gare de la ville, à quelques dizaine de mètres seulement du célèbre Pont de la Chapelle. C'est là que se termine cette série consacrée à quelques-uns des parcours constituant le Grand Train Tour de Suisse d'Aiguillages en 2019.

Suggestions de reportages à revoir dans la catégorie : Train historique